Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 447
Invisible : 0
Total : 451
· wippi · Tychilios · Didier
Équipe de gestion
· Catwoman
13327 membres inscrits

Montréal: 27 oct 02:45:40
Paris: 27 oct 07:45:40
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Inéluctablement Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
343 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 2 mars 2018 à 00:08
Modifié:  26 mars 2018 à 09:46 par frank .T
Citer     Aller en bas de page

Le ciel se fait candeur lorsque vient l'insouciance
Et que s'en vont ailleurs, comme en indifférence
Les vagues de nos coeurs, les rythmes de nos danses
Pour nous laisser rageurs de n'être que fragrance

La vie n'est que lourdeurs que nous aimons haïr
Pour nous sentir vainqueurs lorsque nait le plaisir
Mais vient le temps d'humeurs moins feintes, plus divines
Qui nous laissent au coeur ce que nos mains devinent

L'amour et ses deux soeurs, la passion, la langueur
Se mêlent de notre humeur et nous lient au bonheur
De n'être plus si seul de n'être pas si veule
Alors les jours s'effeuillent, alors les fleurs se cueillent

Mais vient le temps du doute, du dédain et des joutes
Que la rancoeur ajoute, que les amants redoutent
Alors s'en vont les jours de l'inusable amour
Alors s'en vient le jour du triste désamour

A moins que ne se presse cette infinie tendresse
Dont on dit qu'elle laisse, jolie délicatesse,
Un sentiment de liesse aux âmes en détresse
Avant que ne se presse le relent des bassesses
Des pauvres maladresses, des vilaines promesses

Le temps s'en vient soudain de remettre à demain
Une tendresse qu'en vain nous pensions à nos mains
Et par manque de tendre nos mots et nos désirs
Se faisant trop attendre se refusent au chérir

Les vents se font plus forts,
Lorsque l'amour est mort
Et les liens à nos mains
Ne tiennent pas plus loin
Que le temps d'un éclair
D'un pâle au revoir
Murmure de nos chairs
Illusion d'un espoir...

  Au plaisir de vous lire...
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
12550 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 2 mars 2018 à 02:24 Citer     Aller en bas de page

Je salue le travail quant à la forme de tes vers Franck.T , et surtout j'applaudis au fond de tes mots

Et hop, dans mes favoris ! Si si ...

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
293 poèmes Liste
9746 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
14 octobre
  Publié: 3 mars 2018 à 03:51 Citer     Aller en bas de page

merci FRANK
La vie n'est que lourdeurs que nous aimons haïr
Pour nous sentir vainqueurs lorsque nait le plaisir
Mais vient le temps d'humeurs moins feintes, plus divines
Qui nous laissent au cœur ce que nos mains devinent
c'est aussi joli que "blesse mon cœur".
à + (je me joins à vous 3)

 
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
343 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 26 mars 2018 à 09:44
Modifié:  26 mars 2018 à 09:47 par frank .T
Citer     Aller en bas de page

Merci Isabelle, et trés honoré que vous ayez pris un peu de votre temps pour me laisser une réponse...quant à faire partie de vos favoris, je m'en sens tout ébaubi😘😘

  Au plaisir de vous lire...
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
343 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 26 mars 2018 à 09:49 Citer     Aller en bas de page

Un grand plaisir de vous lire sous mes mots, Sam...et très heureux qu'ils vous aient inspirés.
A bientôt sous les votres...ou sous d'autres

  Au plaisir de vous lire...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1156
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0211] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.