Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 7
Invités : 470
Invisible : 0
Total : 477
· Bardok66 · Lapoètesse · Cidnos · Boju · Bonjour12 · Yvan Bert · QUOIQOUIJE
12988 membres inscrits

Montréal: 16 juil 08:10:07
Paris: 16 juil 14:10:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Mode De Vies Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
6458 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 28 juin à 04:15
Modifié:  29 juin à 06:30 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Je suis d’une génération
Qui est en train de disparaître
De parentales dominations,
Devant tout faire en cachette, pour être.

Premier rapport à vingt et un ans.
Les préservatifs dénonciateurs.
Traces nocturnes au lit, la (ma mère) rassurant,
Voulant ignorer les masturbations.

Traditions de cultures chrétiennes.
Hypocrisies, du délit d’ignorance.
En vérités qui lui conviennent.

Elle a été éduquée comme ça.
Les traditions ont leur importance,
Les carcans ne se contestent pas.

Ô, jeunes réactivités,
Nous aurions pu nous révolter ?

Nous n’aurions plus chaque semaine d’argent de poche.
Nous n’aurions plus de sorties libres.
Nous serions surveillés par d’invisibles proches.
Les confiances ne seraient plus en roue libre.

Vous les jeunes, avez tendance à oublier…
« À consommer avec maux des rations »
Les désobéissances vivaient cachées,
Pour éviter certaines de leurs sanctions.

Les maillages d’une certaine société,
Assuraient les principes des surveillances,
Que l’église, les quatre bras (*01) savaient imposer.
(Les quatre bras (*01) religieux des cultures, catéchèses, scolarité, patronage, éducation sexuelle, obéissance.)

Nous étions conditionnés à mentir. (Valeurs chrétiennes)
Comme aujourd’hui, faire vivre les apparences.
Les temps « d’armée » savaient nous réunir.

Oui ? Maintenant en êtes-vous plus heureux ?
Les sécuritaires ? Et libertés d’yeux ?

Oui tu crois que ce n’est pas vrai,
Ça l’était il y a soixante ans.
L’après-guerre, soixante-huit, libre à dix-huit, lois vraies.
Les grèves, drogues, et autres changements.

SMS, internet, les réseaux sociaux,
Les impunités de certains mineurs,
Les présences hors des carcans légaux.

Pourquoi travailler, les aides sont là.
Les découverts seront pris en charge.
Des futurs ne s’envisagent pas.

Ces laxismes sont de nos fautes.
Responsabilités laissées en marge
Les contraintes en charge qui s’ôtent.

Que feront les prochaines générations ?
Elles subiront des restrictions ?

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
696 poèmes Liste
21101 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 28 juin à 05:53 Citer     Aller en bas de page

Intéressant texte.
Mentir fait partie des apprentissages, les parents mentent, les enfants aussi, pour préserver leur intimité, cacher leurs faiblesses et épargner les chagrins inutiles.
Les jeunes d'aujourd'hui ne subissent pas les mêmes interdits, mais même si ils semblent avoir la "vie plus facile", je ne pense pas qu'ils soient exempts de toutes contraintes.
Le principal sujet d'anxiété est : trouver du travail (si possible qui soit intéressant), trouver un logement (si possible pas en coloc) et éloigner le spectre du chômage et de la marginalité.

Par ailleurs nous avons transmis à nos enfants un monde pollué, par goinfrerie de consommation. Alors certains jeunes s'imposent à eux-même des restrictions et des modes de vie qui leur semblent plus "vertueux".

Comme dit le proverbe : l'expérience est un flambeau qui n'éclaire que celui qui le porte.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
6458 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 28 juin à 10:44 Citer     Aller en bas de page

merci AUDE,
j'aime le proverbe que tu as cité.
l'expérience est un flambeau qui n'éclaire que celui qui le porte.

les réalités ne peuvent pas être oubliées longtemps.
trouver du boulot, ne serait pas plutôt "savoir se vendre aux bons moments", en sachant rester maitresse ou maitre, de ses libertés de choix, et cela en fonction de ses spécialités entretenues.
pour le logement, démarrer ave des structures prévues pour les besoins des usagers de ces moments, foyer de jeunes travailleurs, hébergements proposer par les structures professionnelles, (ça ce sont des revendications ou des aides qui sont beaucoup plus riches que des valeurs financières qui n'évoluent pas avec les couts de la vie) en attendant l'occasion inespérée.
pour le spectre du chômage, s'inscrire et s'investir dans de la formation continue, dans des présences parfois gratuites pour acquérir de nouvelles compétences. les emplois temporaires offrent des richesses sans trop de ressources, mais qui permettent de faire preuves de savoirs faires qui sont des valeurs de réussites pour les futurs emplois.
contre la marginalité, essayer de pas se mettre dans des circonstances d'isolements, ou de risque de dépendances qui peuvent devenir aliénantes et non contrôlables.
merci AUDE, pour avoir ouvert les échanges, qui peuvent devenir des lieux de réflexions, que nous les anciens n'avions pas, puisque nos libertés et nos choix étaient contrôlés et souvent pipés à notre place.
osez formuler en commentaires vos curiosités.

 
ODIN
Impossible d'afficher l'image
J'ai une langue, qu'elle soit utile et subtile!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
620 poèmes Liste
3490 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2012
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 28 juin à 11:07 Citer     Aller en bas de page

Chaque génération Seurat éblouies par ce qu'ils auront fait
Shakespeare
Chaque génération de Seurat pointilleux qu'est l'esprit, aura l'âme proche ou éloignée de l'aura
Odin

 
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
1607 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
15 juillet
  Publié: 28 juin à 11:37 Citer     Aller en bas de page

un texte intéressant sur les mœurs d'il y a soixante ans

  Critiques acceptées
M@rselO


“ Les lèvres de la sagesse sont closes, excepté aux oreilles de la raison „ — H. Trismégiste
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
6 poèmes Liste
549 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2017
Dernière connexion
14 juillet
  Publié: 28 juin à 14:02 Citer     Aller en bas de page

Les "modes de Vie", que je désignerais sous un vocable plus général comme les "mœurs", sont les héritiers de nos cultures, et si la mode évolue, elle est un éternel recommencement...
Le mensonge fait partie de l'héritage, mais bien qu'énoncé comme un des dix commandements, sa transgression n'est pas un délit dont il faut rendre compte devant les autres Hommes... Seule la conscience est juge !

Mon vieil Ami Pierrot s'interroge aussi sur certaines pratiques actuelles de "modes" archaïques, et je me réjouis déjà de nos réflexions à venir sur une collaboration qui permettrait d'illustrer par des exemples concrets certains comportements, sans réelle perspective... Mon carnet de croquis est plein !

  M@rs
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
9523 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 29 juin à 02:20 Citer     Aller en bas de page

On ne peut pas dire que telle ou telle génération a eu ou aura une "meilleure vie" ... D'ailleurs une "meilleure vie" qu'est-ce que ça veut dire ? C'est très subjectif comme idée ...

Chaque génération s'adapte à la vie et à son environnement ; nos grands-parents l'ont fait, nos parents, nous-mêmes, nos enfants, etc etc. Et nous jugeons par rapport à ce que nous connaissons nous ...

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui

  ISABELLE
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
6458 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 29 juin à 03:12 Citer     Aller en bas de page

MUSE est en train de me suggérer, que ce texte n'est peut-être pas aussi con que ça. à lire vos commentaires, ils semblent ne pas laisser vos perceptions indifférentes.
merci à vous….
Maschoune, Xénia, Odin, Aude….
d'avoir fait vivre ces quelques lignes.
à + de SAM

 
Big Lebowski


- Il se fout de tout, c'est un nihiliste. - Ca doit être épuisant comme activité !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
35 poèmes Liste
189 commentaires
Membre depuis
3 décembre 2016
Dernière connexion
12 juillet
  Publié: 30 juin à 05:21 Citer     Aller en bas de page

y a soixante ans j'avais même pas de flagelle

  Big comme gros Lebowski comme polak
Amanda


Dites le avec des fleurs
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
101 commentaires
Membre depuis
22 avril
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 30 juin à 06:12 Citer     Aller en bas de page

À l'époque du numérique, très intéressante plongée dans album contenant des photos argentiques noir et blanc aux bords dentelés.

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
6458 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 1er juil à 03:11 Citer     Aller en bas de page

bonjour, bon dimanche,
j'ai fais un texte sur un chat
qui passait entre la feuille blanche et vierge
en agaçant la plume du poète
pour recevoir sa part d'encre
et laisser de ses traces dans une mémoire.
j'ai du rester trop longtemps avant de connaitre ce chat.
ou du moins à oser lui permettre de s'encrer les pattes.
en soixante ans…. j'ai beaucoup de retards à rattraper.
mdr.

 
vivre libre

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
6 poèmes Liste
48 commentaires
Membre depuis
22 avril
Dernière connexion
15 juillet
  Publié: 2 juil à 21:18 Citer     Aller en bas de page

Que dire que ton poème n'est qu'une triste constatation de notre société.
Notre mémoire nous fait bien défaut.
A trop vouloir se mettre a l'abri pour les mauvais jours en s'est coupé du Vivant de tout le Vivant en se pensant plus fort que la mort.
On recule de plus en plus ce départ et a ne pas vouloir voir cette fin , on en oublie de vivre notre vie au présent a présent donc quel gaspillage nous passons a coté de tout.
De toute façon sans en être pessimiste mais il en est ainsi, nous sommes en train de vivre la 6 eme extinction, donc pour nous espèce humaine c'est bel et bien fini.
Donc essayons a notre niveau de nous aimer mais surtout aimons nous mais aimons nous vivant et pour le reste et bien qui vivra verra a chacun son destin...
Merci pour ce beau partage

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
6458 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 3 juil à 01:31 Citer     Aller en bas de page

merci VIVRE LIBRE
ton texte de commentaire est profond (ou plutôt comme un éventuel arbre d'éclatements de pourquoi, tout au moins pour moi) j'ignore encore si MUSE et mon ETRE DE LUMIERE, vont essayer de sauvegarder des cheminements de pensées, cette nuit j'ai fais un rêve unique, qui a repris après en continuités à chacun de mes réveils, une sensation que je ne me souviens pas avoir déjà rêvé, sur un sujet de dissertation d'une épreuve du BAC, sur les interdépendances des raisons d'êtres. (dans tous les sens du terme).
je vais ouvrir dans mon tronc commun sur mon PC, une rubrique BAC, j'ai bien conscience que je n'en verrai pas la fin, comme pour mon dilemme entre l'esprit de communion et l'esprit de consommation commencé en 2009.
bise ma grande.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 224
Réponses: 12
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0436] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.