Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 320
Invisible : 0
Total : 322
· DeviousF · Lacase
12994 membres inscrits

Montréal: 23 juil 13:00:03
Paris: 23 juil 19:00:03
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Je sais Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Adamantine

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
393 poèmes Liste
12022 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 4 juil à 14:50
Modifié:  5 juil à 02:03 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page




Je sais le fil de l’eau qui coule au bord de toi
Lorsque par nos ébats ta peau luit, assoiffée,
Les frissons de bonheur quand mes lèvres fermées
Savourent la caresse infime de tes doigts.

Je sais l’envie du corps sauvage et éphémère
Qui se tait, assouvie par nos brèves rencontres ;
Et si le temps nous fuit, lentement il nous montre
Combien nous étions libres et plus vivants hier.

Je sais les amants doux, les puissants, les sauvages,
Ceux qui m’aiment d’injure en savourant mes cris
Et s’éloignent, lassés, puisque je les oublie
Leur cédant ma vertu en un dernier hommage.

Je sais que je vous aime et j’abolis le tu 
Celui qui vous ferait revivre intensément
Alors, je vous enfouis bien plus profondément
Aux tréfonds de mon être et de mon âme nue.

Je sais le fil de l’eau qui glisse au bord de moi
Les matins de brouillard quand le manque de vous
Me brûle, me consume et me laisse à genoux
Bien plus forte qu’avant mais plus seule, je crois...


  Et si l'on me demande à quoi j'ai passé le temps Je dirai à jouer... Le reste n'importe pas.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
698 poèmes Liste
21119 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 4 juil à 15:04 Citer     Aller en bas de page

Magnifique renoncement.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
9538 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 5 juil à 01:55 Citer     Aller en bas de page

... ou comment l'on s'efface par amour ...

Superbe écriture que je retrouve avec plaisir, merci à toi

P.S. : peut-être manque-t-il un "le" ds le 7e vers ...

  ISABELLE
Adamantine

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
393 poèmes Liste
12022 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 5 juil à 02:11 Citer     Aller en bas de page

Citation de Aude Doiderose
Magnifique renoncement.


Ce qu'il y a de bien en poésie c'est que même les situations peu glorieuses peuvent être embellies Merci de ton passage.

Citation de Maschoune
... ou comment l'on s'efface par amour ...

Superbe écriture que je retrouve avec plaisir, merci à toi

P.S. : peut-être manque-t-il un "le" ds le 7e vers ...


J'avais effectivement oublié l'article, merci de me l'avoir signalé
L'envie d'écrire s'est un peu éloignée, elle est sans doute en vacances Merci pour tes mots.

  Et si l'on me demande à quoi j'ai passé le temps Je dirai à jouer... Le reste n'importe pas.
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
13961 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 6 juil à 09:13 Citer     Aller en bas de page

sublime

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Adamantine

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
393 poèmes Liste
12022 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 6 juil à 16:59 Citer     Aller en bas de page

Citation de mido ben
sublime


Merci Mido

  Et si l'on me demande à quoi j'ai passé le temps Je dirai à jouer... Le reste n'importe pas.
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
58 poèmes Liste
1266 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
14 juillet
  Publié: 7 juil à 05:51 Citer     Aller en bas de page

Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort. Et peut-être que lorsque l'on est plus fort, l'on n'a plus peur de la solitude. Alors on est plus seul qu'avant. Bises !

 
Adamantine

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
393 poèmes Liste
12022 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 9 juil à 13:39 Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Claude Glissant
Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort. Et peut-être que lorsque l'on est plus fort, l'on n'a plus peur de la solitude. Alors on est plus seul qu'avant. Bises !



  Et si l'on me demande à quoi j'ai passé le temps Je dirai à jouer... Le reste n'importe pas.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 159
Réponses: 7
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0424] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.