Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 323
Invisible : 0
Total : 324
· Yvan Bert
12991 membres inscrits

Montréal: 20 juil 08:28:06
Paris: 20 juil 14:28:06
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Rencontres Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
victormarie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
52 commentaires
Membre depuis
3 juillet 2016
Dernière connexion
20 juillet
  Publié: 12 juil à 14:05
Modifié:  13 juil à 02:09 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

On s’est croisé un soir sur un trottoir bondé
Du côté d’saint germain, et quand tu as souri
J’en fus tout retourné, j’en fus tant attendri,
Et je suis resté là, planté, à m’attarder,
Près du kiosque à journaux, dérisoire refuge,
Pour figer ton sourire, dans mon cœur, dans ma tête,
Pour retenir l’instant, pour en faire une fête,
Et pour me souvenir en coupable transfuge.

Tu n’t’es pas retournée, le boul’mich t’a croquée,
Avalée ; j’aurais dû courir après ton ombre
Mais, las, j’ai sans nul doute craint de te choquer,
De te voir disparaître vraiment, telle une ombre,
Et suivre, inatteignable, dans une course effrénée,
Un autre port d’attache, pour te rasséréner.

La pluie a entonné son refrain clapotant,
Tandis que je ressasse, ce rendez-vous fugace,
Tandis que j’ai perdu depuis quelques instants,
Le souvenir d’un soir qui devient une farce…
Une douloureuse farce, la mémoire est prison
Quand elle restitue, des chagrins et des larmes,
Quand elle distille, secrète, son terrible poison.

Des rencontres improbables, Des sourires timides,
Avec dans le regard un incroyable charme,
Témoignent qu’elle existe l’étincelle qui guide
Vers un bonheur possible pourvu que l’on y croie,
Pourvu que l’on soit prêt à courir chaque fois ;
Il n’y a point de hasard, et la vie restitue,
A qui le veut vraiment, son comptant de crédible,
Pourvu que l’on soit prêt d’accueillir l’indicible.

Le kiosque est toujours là, à côté de l’église,
Sur le boul’vard magique, je m’y promène encore,
Je m’attable en terrasse de la brasserie du Flore,
Guettant un souvenir qui toujours m’électrise.

Les belles déambulent mais je reste invisible,
Solitaire et chagrin installé en automne,
Mais le cœur au printemps, exalté, accessible,
Espérant l’impossible, qu’une romance entonne,
Une chanson nouvelle, dans la ronde du vent…

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
202 poèmes Liste
6483 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
20 juillet
  Publié: 13 juil à 01:45 Citer     Aller en bas de page

pauvre VICTORMARIE,
elle n'avait pas de rétroviseur.
à + de SAM

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
9531 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 13 juil à 02:09 Citer     Aller en bas de page

Tu as vraiment une écriture qui me parle, qui me plait ... !

Un plaisir de rencontre, merci à toi

  ISABELLE
victormarie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
52 commentaires
Membre depuis
3 juillet 2016
Dernière connexion
20 juillet
  Publié: 13 juil à 13:10 Citer     Aller en bas de page

Merci
Oui je crains cher SAM que les belles que je croise n'aient point de rétroviseur, mais à défaut d'amour elles deviennent mes muses (ça t'amuse ça ? non ?)

Chère Isabelle j'apprécie ton commentaire qui prend une vrai saveur car venant de toi dont l'écriture me ravit
Amitués
Philippz

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 124
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0250] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.