Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 17
Invisible : 0
Total : 18
· dreampop
13569 membres inscrits

Montréal: 24 sept 08:07:49
Paris: 24 sept 14:07:49
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Les Immortels Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Eau Vive

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
152 commentaires
Membre depuis
14 juin 2014
Dernière connexion
9 février
  Publié: 14 août 2018 à 16:46 Citer     Aller en bas de page

DIS...
QUAND REVIENDRAS-TU?
MAIS OUI
TU SAIS
QUE J´ATTENDRAI,
ICI OU LÀ,
AU FIL DES TEMPS,
AU LARGE AU LONG
DES CONTRÉES
QUI ONT PERDU
LEUR NOM.
JE T´ATTENDRAI LÀ
OÙ S´ESTOMPE LE TEMPS,
LÀ ... OÙ NULLE ACTION
NE CHANGE LE MOUVEMENT.
C´EST LÀ OÙ J´ATTENDRAI
ALORS...

REVIENDRAS-TU?.


(c) copyright

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
512 poèmes Liste
23460 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 15 août 2018 à 00:54 Citer     Aller en bas de page

Le matin au réveil, c'est un poème que j'apprécie beaucoup et qui me fait penser à la chanson de Barbara.
Si ce poème était pour moi, je répondrai, "Mais je ne t' ai jamais quitté et je serai là près de toi toujours en pensée et au delà des étoiles c'est surtout là que je te retrouverai".
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
78 poèmes Liste
667 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 15 août 2018 à 02:30 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,
Oui je pense comme ode et je dirai que les liens invisibles sont certainement plus forts parfois.
Bonne journée

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Eau Vive

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
152 commentaires
Membre depuis
14 juin 2014
Dernière connexion
9 février
  Publié: 17 août 2018 à 15:27
Modifié:  17 août 2018 à 15:29 par Eau Vive
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Ode,
Bonsoir Papillon Mystère,
merci de la lecture...
oui c ést ainsi
ce que nous avons vecu fait partie de nous-mêmes,
c´est un poème nostalgique ...
Une soif de n´avoir pas terminé l´eau du verre.
Mais la vie continue...

 
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3741 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
29 mai 2019
  Publié: 10 jan 2019 à 17:23 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Eau Vive


Après une longue absence sur ce site, je me retrouve en dessous de tes mots qui m'émeuvent au plus profond de mon être...
Car tu touche à l'infini... la au loin à l'horizon tout près de l'océan blanc... aux fin fond des espaces enneigées... au toit de la montagne la ou les mains touchent la plénitude.




DIS...
QUAND REVIENDRAS-TU?

MAIS OUI
TU SAIS
QUE J´ATTENDRAI,

ICI OU LÀ,
AU FIL DES TEMPS,
AU LARGE AU LONG
DES CONTRÉES
QUI ONT PERDU
LEUR NOM.

JE T´ATTENDRAI LÀ
OÙ S´ESTOMPE LE TEMPS,
LÀ ... OÙ NULLE ACTION
NE CHANGE LE MOUVEMENT.

C´EST LÀ OÙ J´ATTENDRAI
ALORS...

REVIENDRAS-TU?.




Merci du fond du cœur, EAU VIVE, pour cet émouvant partage.
Superbe poème en souvenir à ...
J'espère que tu vas bien.

Mes amitiés poétiques vous accompagnent,
actuaire

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Eau Vive

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
152 commentaires
Membre depuis
14 juin 2014
Dernière connexion
9 février
  Publié: 27 sept 2019 à 16:25 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Actuaire,
Vos mots m´ont touché profondement.
Je vous remercie du fond de mon coeur...

 
Argynne Aphrodite Cet utilisateur est un membre privilège


Lorsqu'il est déjà bien trop tard pour dormir te kidnappe l'inspiration poétique. _Argynne
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
834 commentaires
Membre depuis
7 août 2019
Dernière connexion
7 septembre
  Publié: 9 févr à 17:22
Modifié:  9 févr à 17:26 par Argynne Aphrodite
Citer     Aller en bas de page

Une poignante demande, un bel espoir, une magnifique envie...
Ces espaces infinis se déplaceront eux même s'ils le faut, sans même bouger, là où nos âmes flottent libres des corps entravant, libérés du mental limitant, ces espaces immatériels réunissent là où même le confinement du temps n'existe plus....

Merci pour le partage de ce poeme qui parlent pour nous tous...


"Je ne t'ai jamais dit
Mais nous sommes sommes immortels
Pourquoi es-tu parti
Avant que je te l'apprenne?
Le savais-tu déjà?
Avais-tu deviné?
Que des dieux se cachaient
Sous des faces avinées
Mortels, mortels
Nous sommes immortels
Je ne t'ai jamais dit
Mais nous sommes immortels
As-tu vu ces lumières
Ces pourvoyeuses d'été
Ces leveuses de barrières
Toutes ces larmes épuisées
Les baisers reçus
Savais-tu qu'ils duraient?
Qu'en se mordant la bouche
Le goût en revenait
Mortels, mortels
Nous sommes immortels
Je ne t'ai jamais dit
Mais nous sommes immortels
As-tu senti parfois
Que rien ne finissait?
Et qu'on soit là ou pas
Quand même on y serait
Et toi qui n'es plus là
C'est comme si tu étais
Plus immortel que moi
Mais je te suis de près
Mortels, mortels
Nous sommes immortels
Je ne t'ai jamais dit
Mais nous sommes immortels
Mortels, mortels
Nous sommes immortels
Je ne t'ai jamais dit
Mais nous sommes immortels "

Paroliers : Dominique Ané
(Bashung)

  Y A T'IL UN PASSAGE QUI VOUS A PIQUÉ AU COEUR ? ;-) Poètiquement vôtre, Argynne Aphrodite
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 422
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0237] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.