Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 23
Invisible : 0
Total : 23
13210 membres inscrits

Montréal: 22 sept 00:20:19
Paris: 22 sept 06:20:19
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Cahier de brouillon Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 5 sept 2018 à 03:58 Citer     Aller en bas de page

Le petit bonhomme en feuille morte
Qui vendait des calendriers de l’automne
Et la petite poupée en poignée de porte
A laquelle le marchand sonne…

J’ai découpé le ruban de ses cheveux
Sur sa paupière une ville est dessinée
En dessous depuis longtemps il pleut
Son visage par ma main est froissé

Les ombres descendent les escaliers
Un peu plus longues que les hommes
Qui entre elles et les lumières éclairées
Ne savent plus de quoi elles sont la somme

Le petit bonhomme en carte postale
Qui traîne sa gomme avec ses pieds
Et sa petite poupée en peau de pétale
Efface en glissant leurs parfums fanés

Un chiffon à la place de son front
Une craie brisée à la place des pieds
Et les paupières où les nuages s’en vont
Ferment le ciel en pleurant la clé

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
750 poèmes Liste
22081 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 5 sept 2018 à 04:21 Citer     Aller en bas de page

Une saveur douce-amère de colle blanche pour ce poème nostalgique. J'aime !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 5 sept 2018 à 04:32 Citer     Aller en bas de page

Citation de Aude Doiderose
Une saveur douce-amère de colle blanche pour ce poème nostalgique. J'aime !



Petit texte assorti.
C'est pas dans mes habitudes, d'ordinaire je calibre pas trop.
Un petit exercice imposé, puisque ça parle d'école, (plus ou moins, c'est aussi une photographie de plusieurs visions dont le thème est la rupture) avec des symboles de l'enfance.
Un peu comme de jouer à la marelle sur une culotte en papier mâché (?) !

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
206 poèmes Liste
11299 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 5 sept 2018 à 08:00 Citer     Aller en bas de page

La nostalgie de tes mots ouvre grand la porte à de belles images

Merci à toi

  ISABELLE
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 6 sept 2018 à 03:24 Citer     Aller en bas de page

Citation de Maschoune
La nostalgie de tes mots ouvre grand la porte à de belles images

Merci à toi



ça n'empêche pas de regarder par le trou de la serrure, pour le frisson du risque !

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
448 poèmes Liste
21906 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
31 août
  Publié: 8 sept 2018 à 05:18 Citer     Aller en bas de page

C'est joliment écrit, j'ai apprécié les images, une rentrée des classes qui laisse un petit goût de nostalgie
Merci
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
73 poèmes Liste
1503 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
18 septembre
  Publié: 8 sept 2018 à 14:15 Citer     Aller en bas de page

Merci.pour le partage. Agréable lecture ! A bientôt !

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 9 sept 2018 à 11:06
Modifié:  9 sept 2018 à 15:05 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

....et ça sent tout sauf l'exercice imposé....c'est plein d'allant, de folies écrites à la craie et tout le reste, en suggestions....pas un brouillon, mais tu le sais....; -).
"Un peu comme de jouer à la marelle sur une culotte en papier mâché"...Re-

Evidemment que j'aime...


: -)
Riagal...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 10 sept 2018 à 13:51 Citer     Aller en bas de page

Ode, Jean-claude, Riagal, merci pour votre passage sur mon bulletin de note.

Jérôme

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 276
Réponses: 8
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0443] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.