Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 228
Invisible : 1
Total : 234
· Amanda · Lachésis (Moirae) · Dionysus · DEFRAIN Dimitri · Andesine
13167 membres inscrits

Montréal: 31 mai 07:15:22
Paris: 31 mai 13:15:22
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Ces-cils... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 9 sept 2018 à 09:52
Modifié:  10 sept 2018 à 01:14 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page






CES-CILS...



"Ce qu'il y a de compliqué dans la vie, c'est qu'il faudrait avoir assez pour soi mais aussi pour ceux qu'on aime. Et c'est beaucoup demander."
(Phrase tirée de "L'Enfant des terres rouges" de Cécile Drouin, amie rare, à laquelle est dédié ce texte)




Ces cils qui ont tant vu sans pouvoir en parler, ces cils qui balayent la pointe du Ponant pour incruster le cuivre rougissant de candeur dans ces soirs essaimés de poussière dansante, qui, comme une amoureuse, enlace tes chevilles et tes pieds sans chaussures, des pieds de nudité épris de libertés...

Plus ils te lient dans les mailles cinglantes des "tu n'as pas le droit !", plus tu brises les lois, de tes bras résistants, de tes bras d'allumette, tendus vers ces cadeaux qui ont plus de valeur que des milliards de piastres, et ces mots dans ta tête qui n'arrêtent pas de couler, de rugir, de savourer le sens de ce qui n'en a pas et qui savent plus que tout la douceur des caresses que te donnait Thi-Ba.

La saveur du nuoc-mâm sur un nem gourmand dont les miettes s'égarent sur ta bouche d'affamée qui parle le langage des beautés écorchées que rien n'enlaidira.

Blondeur errante dans les rues de Hanoï, chapardeuse de plaisirs innocents mais si denses...Ces cils qui ne se baissent pas quand on veut les faire taire et vont là-bas, tout droit, glanant de l'oliban au sommet des pagodes, et dans leurs fumées bleues, y forgent des nuages, les croquent à demi pour qu'ils pleurent juste un peu et fondent sur les rizières comme de verts oriflammes...

Ces cils, qui croient aux Thâns*, à leur force, leur vaillance..."Dive, les Makouis** !" Prudence ils sont cachés, prêts à bondir mais toi, tu as appris à les chasser d'un "Dive !" vengeur, indignée qu'ils puissent exister, ces monstres de malheur dont tout être est la proie.

Ces cils qui ne crient pas mais interrogent la vie au plus profond de l'âme et de la chair aussi.

Ces cils qui ont bâti une villa de lumière où l'onde sculpte le marbre et les déserts des arbres qui portent les fruits juteux des gâteaux de la lune, des bonheurs à la pelle au goût de citronnelle, des grenades empourprées où assouvir sa faim même le ventre plein, des espaliers fleuris de soieries parfumées et des bougainvilliers qui frôlent la piscine et tombent dans la crique qui dessine un sourire sur les cailloux dorés.

Ces-cils se fondant dans l'outremer d'un lac, ces-cils et ses "Levant", porteurs d'eau des promesses d'exaucer tous les souhaits dont eux-seuls sont la "fée".

Ces-cils contres les ombres, ces-cils à claire-voient, ces-cils, nous croiras-tu si nous te promettons de veiller sur tes nuits et d'embellir tes jours couronnés de diadèmes, de notre amour pour toi ?
De son amour pour toi, de cet amour si grand, cerclé de cet anneau aux inclusions de feu qui ne s'éteindront pas....



Riagal - le 9 septembre 2018 -


Nota : - Thâns* : génies bienfaisants.
- Makouis** : génies malfaisants au Viet Nam (croyance populaire).

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
285 poèmes Liste
9419 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 10 sept 2018 à 05:46 Citer     Aller en bas de page

merci de voyage là-bas, RiagalenArtem
je te propose un haiku.

ces-cils, croit aux Thâns.
qui bondissent sur toi.
"dive" pour ses "levant".

à + de SAM

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
5476 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 10 sept 2018 à 08:55 Citer     Aller en bas de page

très beau texte, plein de sensibilité que toi seul peut appréhender, je n'en ai pris que quelques miettes mais c'est suffisant pour mon après midi.

Amitiés

Yvon

  YD
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
232 poèmes Liste
16342 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 10 sept 2018 à 11:09 Citer     Aller en bas de page

très beau texte

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
470 poèmes Liste
9400 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
28 mai
  Publié: 11 sept 2018 à 03:09 Citer     Aller en bas de page

Hello Brother,

Très beau texte, je l'ai déjà dit par ailleurs. J'ai commandé le bouquin d'ailleurs. Tes 'offrandes' m'en ont donné le goût.

Kiss mon Joulik ici et par ailleurs des envies d'ailleurs, comme d'hab

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
711 poèmes Liste
15165 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 11 sept 2018 à 11:29 Citer     Aller en bas de page

Ces-cils contres les ombres, ces-cils à claire-voient, ces-cils, nous croiras-tu si nous te promettons de veiller sur tes nuits et d'embellir tes jours couronnés de diadèmes, de notre amour pour toi ?
De son amour pour toi, de cet amour si grand, cerclé de cet anneau aux inclusions de feu qui ne s'éteindront pas....



Cher Regal, j'aime ces mots rassurants que nous tous aimerions recevoir.
Merci pour cette nouvelle proposition et pour nous faire découvrir un monde de sensibilité d'une auteure à moi inconnue.



lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 8 nov 2018 à 09:20 Citer     Aller en bas de page

Une réponse collective après une asez longue absence....Sam, Yvon, Mido, CatSister, Lilia, Odin (pas de pb entre nous, voir mp)....un grand merci....
Je sais plus trop quoi ajouter vu que je ne peux pas rester longtemps sur ordi...

Amitiés et
Paka !

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 818
Réponses: 6
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0558] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.