Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 84
Invisible : 0
Total : 84
13019 membres inscrits

Montréal: 18 nov 22:20:50
Paris: 19 nov 04:20:50
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Semaine après semaine. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 12 sept à 10:27
Modifié:  18 sept à 05:04 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Et Vendredi matin vers 9 heures
j'ai mangé une croquette de mon chat
je me suis lavé les dents en chaussette devant une assiette
avec des ossements de poulet
dont le plus gros semblait me montrer du doigt
et ensuite c'était bientôt midi
alors j'ai froncé les sourcils si fort
que mon front s'est rempli de sourcils en flammes,

Lundi soir j'ai trouvé un sac à main dans le parc
je rentrais de chez quelqu'un qui n'habitait pas chez moi
mais on ne faisait pas exprès
il pleuvait, les parapluies audacieux et les moins chers
se bousculaient au-dessus des épaules
tous noirs comme des aisselles de corbeaux
j'ai ouvert le sac à main sur le canapé
une fois chez moi
et dedans j'ai trouvé une main de femme
sans doute que c'était ce que j'avais de mieux à faire
alors je l'ai congelée après m'être caressé un peu avec
car main triste est en manque de peau,

Mardi en début d'après-midi
j'ai appelé un numéro au hasard
et une voix féminine a dit "halo"
elle avait une voix brillante, sans doute
j'ai raccroché et pris une décision
qui n'était pas pour autant un choix
et je me suis mis à dire "allo" à un lampadaire
qui s'est courbé pour me voir
sur un trottoir similaire
à celui que d'autres remontaient
en me regardant dans les yeux
et ils n'y ont vu que du feu
et j'ai tourné au coin de la rue
deux fois
pour être sûr que personne ne me suivait
car je connais le film qui parle de moi
dont l'affiche est de l'hiver collé sur un épouvantail
ou bien une cuisse de grenouille dans un taille-crayon,

Dans la nuit de samedi
le matin du dimanche m'attendait
il n'y avait pas grand monde d'autre dedans
des confettis vendus par un guignol
de la lumière avare dans des lampes en forme de lucioles
et de la musique pour crâne jouée par un type sur des échasses
que j'appelais lui-même,

À cause de ce qui m'était arrivé le lundi
j'ai voulu une présence
mais le poulet du vendredi me hantait
avec son os braqué sur moi
et mon jour préféré a toujours été le mercredi
lui sait m'attendre et ne me demande rien en échange
le dernier je l'ai passé avec un tube de colle
à lire la notice d'une camisole
perpendiculaire avec le sol
et s'il y avait bien une ombre
ce n'était pas celle d'une hésitation,

Jeudi aux alentours de 22 heures
j'ai fait comme si de rien n'était
c'est mon tour de magie favori
je le fais quand je m'ennuie
et que mon public s'emmerde
Dans le poste de télévision
à la place des viscères électriques
j'ai enfoncé des kilos de viande crue
et j'ai passé le reste de la journée à construire une télécommande
avec des éclats de rire
tandis que derrière la porte de la salle de bain
la baignoire te portait, parfumée, dans ta robe,
celle que tu aimais porter dans ton bain
que je t'ai fait couler en coulant moi aussi
comme un nœud ou un marin misérable
tandis que dans le congélateur une main s'agitait
pour me dire au revoir
et à lundi.

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 13 sept à 15:09 Citer     Aller en bas de page

Salut Ali.
Ici c'est comme un bar avec la porte entrouverte.
faut pas hésiter à entrer.
Et boire les mots.
J'essaye de bien remplir le vers !

Jérôme

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
358 poèmes Liste
20737 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
8 novembre
  Publié: 17 sept à 12:45 Citer     Aller en bas de page

Faut pas finir saoul par contre, hein !
Du surréalisme, j'aime bien en croiser, surtout quand il est complètement barré. Merci pour cette lecture.

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 184
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0300] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.