Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 36
Invisible : 0
Total : 41
· Chlamys · Tychilios · doux18
Équipe de gestion
· Catwoman · Bestiole
13159 membres inscrits

Montréal: 18 août 14:19:16
Paris: 18 août 20:19:16
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: L'absent Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Authilie
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
76 poèmes Liste
346 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2016
Dernière connexion
3 juillet
  Publié: 25 sept 2018 à 16:17 Citer     Aller en bas de page

L'absent

Le passé en fragments remonte à ma mémoire,
Il y a peu à dire, une banale histoire,
Un conte habituel comme on en voit souvent,
Dont on connaît l'issue sans s'en soucier vraiment.
Quelque chose a laissé sa légère patine
Comme un reflet crayeux, une poussière fine.
Je me souviens d'hier dans la ville qui dort,
Lorsque tu répétais que tu m'aimais si fort.
Je n'ai rien effacé de ces aubes naissantes,
Tu enserrais mon sein de tes mains frémissantes.
Lorsque tout est fini, quand la passion s'enfuit,
Le soleil disparaît, le jour devient la nuit.
Qui aurait pu penser qu'une simple habitude
Aller semer des fruits de pure lassitude ?
Bien que levant la tête et serrant fort mes poings,
J'avais le cœur meurtri des femmes de défunts,
Celles que l'on oublie, celles qu'on assassine
Et dont le cœur brisé ressemble à une ruine.
Lorsque le soir venu, tristement je m'assieds
Je foule sous mes pieds tous mes rêves fanés,
Et je vais esseulée au milieu de de la foule,
Un vent de solitude autour de moi s'enroule.
J'avance sans rien voir et j'ai mal en dedans,
Je me bats sans espoir contre les grands courants.
Personne ne m'attend ni ne sonne à ma porte,
Une vague géante et féroce m'emporte.
Peut-être mon tourment, si quelqu'un l'avait su
L'aurait-il allégé, mais mon chagrin s'est tu.
Le malheur fait si peur qu'il se heurte en silence
A un mur que l'on prend pour de l'indifférence.
J'ai fait confiance au temps qui m'attendait au port,
Pour y trouver enfin un peu de réconfort.
Il n'en fallait pas plus pour me retrouver libre
Et pour m'autoriser à me remettre à vivre.
J'ai cessé de douter, j'ai espéré un peu,
J'ai tiré tous les fils en défaisant le nœud.
Il n'y aurait jamais de retour en arrière,
Quand un amour est mort, il n'y a rien à faire.
Et même si parfois s'impose un souvenir,
Une vieille rancœur qui ne veut pas mourir,
La page s'est tournée sur la vie continue,
La plaie est refermée et la douleur s'est tue.
Mais voilà qu'aujourd'hui que tu vas me quitter,
Un petit bout de moi s'est remis à saigner.
D'où viennent ces sanglots qui secouent ma poitrine ?
Pourquoi court sur ma joue une perle saline ?
Je me croyais guérie mais revient lentement
La crainte d'oublier quand tu seras l'absent.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
746 poèmes Liste
21945 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 août
  Publié: 25 sept 2018 à 16:21 Citer     Aller en bas de page

J'ai lu ton texte avec émotion, d'une haleine.
Il est vrai et beau et triste.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Authilie
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
76 poèmes Liste
346 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2016
Dernière connexion
3 juillet
  Publié: 25 sept 2018 à 17:10 Citer     Aller en bas de page

Merci Aude.
Il y a des émotions qui viennent nous cueillir alors qu'on ne s'y attendait pas.

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
203 poèmes Liste
11139 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
17 août
  Publié: 26 sept 2018 à 02:53 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup cette progression imagée, j'aime beaucoup ces mots ...

Merci à toi Nadine, jolie lecture pour moi

  ISABELLE
Lucas


Prisonnier du temps, enchaîné à la vie et condamné à mort.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
470 commentaires
Membre depuis
12 février 2017
Dernière connexion
18 août
  Publié: 26 sept 2018 à 04:40 Citer     Aller en bas de page

Un beau texte, travaillé.
""Il y a des chagrins d'amour que le temps n'efface pas et qui laissent aux sourires des cicatrices imparfaites """ [Marc Levy]
Amicalement

 
Authilie
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
76 poèmes Liste
346 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2016
Dernière connexion
3 juillet
  Publié: 26 sept 2018 à 17:43 Citer     Aller en bas de page

Vos compliments me vont droit au coeur, M@rselO et Lucas.
Merci, Isabelle, pour ton indéfectible soutien.

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
172 poèmes Liste
4386 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
17 août
  Publié: 23 jan à 07:58 Citer     Aller en bas de page

J'adore cette douleur écrite brodée de lucidité.
Il y a du Sphinx dans ce poème.
Les cendres cachent la braise...

Allez... en favoris.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Authilie
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
76 poèmes Liste
346 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2016
Dernière connexion
3 juillet
  Publié: 23 jan à 20:23 Citer     Aller en bas de page

Ohhhhhhh !
Merci JB !

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1627 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
17 août
  Publié: 26 jan à 17:01 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Authilie
C'est avec ravissement que je découvre ce magnifique poème. Déchirement, tristesse et lucidité sur un amour qui se perd... et ne se récupère plus !
Un partage émouvant. Au plaisir d'une nouvelle lecture.

Mawr.

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Authilie
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
76 poèmes Liste
346 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2016
Dernière connexion
3 juillet
  Publié: 14 févr à 14:08 Citer     Aller en bas de page

Merci Mawringhe.
Au vu de ton commentaire, je me demande si je ne vais pas me remettre à écrire.

 
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3741 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 14 févr à 16:08
Modifié:  17 févr à 03:25 par actuaire
Citer     Aller en bas de page

Bon Jour Authilie,


Mon premier arrêt sous vos poèmes...

Et quel plaisir de découvrir ta plume superbe... de la haute couture narrative tenant le lecteur en haleine... complétée par une plume poétique qui pixellise subtilement l'évolution progressive des 'états d'âme et des vagues à lame de cette femme "abandonnée"

Le deuil tellement douloureux et terrifiant... Devoir passer par toutes ces phases interminables de la rédemption, la cicatrisation, la reconstruction... avec seulement à la fin... enfin les aurores de l' ensoleillement enivrant.

Merci pour ce superbe partage...
actuaire

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Authilie
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
76 poèmes Liste
346 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2016
Dernière connexion
3 juillet
  Publié: 16 févr à 00:08 Citer     Aller en bas de page

J'en rougis, Actuaire.
Mais c'est si bon de rougir.
Belle journée

 
Rose-Amélie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
568 commentaires
Membre depuis
1er mars
Dernière connexion
18 août
  Publié: 7 mars à 19:24 Citer     Aller en bas de page

Poignant... J'ai lu le tout d'une traite...!

Belle découverte pour moi que ce poème.

  🌷
Authilie
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
76 poèmes Liste
346 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2016
Dernière connexion
3 juillet
  Publié: 7 mars à 19:29 Citer     Aller en bas de page

Merci de tout mon coeur, Rose-Amélie !

 
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
50 poèmes Liste
2730 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
14 août
  Publié: 24 avr à 16:40 Citer     Aller en bas de page

Ce n'est pas facile de se retrouver seul. Un poème extrêmement intense
quand on perd quelqu'un il y a vraiment quelque chose qui disparaît aussi en nous
Touchant

 
Authilie
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
76 poèmes Liste
346 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2016
Dernière connexion
3 juillet
  Publié: 24 avr à 19:07 Citer     Aller en bas de page

Merci Cidnos.
Quel plaisir que l'écriture, et notamment la poésie, qui permet de mettre en mots et de faire partager ce qui nous touche et nous émeut.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 376
Réponses: 15
Réponses uniques: 9
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0510] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.