Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 24
Invisible : 0
Total : 28
· ODIN · guy Olivié · Lapoètesse · Chrys Freux
13019 membres inscrits

Montréal: 19 nov 06:48:50
Paris: 19 nov 12:48:50
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: La Belle endormie Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
137 commentaires
Membre depuis
5 octobre
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 7 nov à 00:31
Modifié:  7 nov à 16:44 par Tychilios
Citer     Aller en bas de page

- La belle endormie -

Ce soir-là, je ne suis pas rentré assez tôt,
Un vieux standard de jazz passait à la radio :
La trompette de Baker pleurait dans son trio
Son Funny Valentine était toujours plus beau.

Elle ne m’accueillit pas comme à l’accoutumée,
Elle se sentait peut-être juste un peu fatiguée.
Je me servis un verre avant de l’embrasser
Et marchai vers la pièce où elle se reposait.

Le soleil au couchant éclairait notre chambre,
Dessinant sur les murs des taches d’or et d’ambre.
Un recueil de poèmes, laissé sur le bureau
Était resté ouvert sur une page de Rimbaud.

Elle dormait allongée sur un drap de satin
Le visage éclairé par un sourire serein,
Un parfum délicat de miel et de santal
Se mêlait à celui d’une odeur de métal.

Au pied du lit gisait une lame tranchante,
Celle qui, quelques heures avant que je ne rentre,
D’un geste irrévocable avait occasionné
La plaie sanguinolente qu’elle avait au poignet.

Georges Ioannitis
Tous droits réservés.

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
191 poèmes Liste
10146 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 7 nov à 01:55 Citer     Aller en bas de page

C'est un poème troublant que tu nous proposes ici, troublant par le calme et la douceur de ses vers jusqu'à la strophe finale

Merci à toi, jolie lecture pour moi ce matin

  ISABELLE
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
137 commentaires
Membre depuis
5 octobre
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 7 nov à 03:11 Citer     Aller en bas de page

Citation de Maschoune
C'est un poème troublant que tu nous proposes ici, troublant par le calme et la douceur de ses vers jusqu'à la strophe finale

Merci à toi, jolie lecture pour moi ce matin


La page ouverte du livre était 'le dormeur du val' si tu relis ce poème de Rimbaud tu trouveras sans doute un lien entre les 2 poèmes. Merci Isabelle pour cette agréable visite matinale, à bientôt Georges.

 
Obsidiane

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
7 poèmes Liste
109 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 7 nov à 10:53 Citer     Aller en bas de page

Les parfums ne font plus frissonner sa narine ;
Elle dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Elle a deux traits rouges au poignet droit.

 
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
137 commentaires
Membre depuis
5 octobre
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 7 nov à 13:32 Citer     Aller en bas de page

Citation de Obsidiane
Les parfums ne font plus frissonner sa narine ;
Elle dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Elle a deux traits rouges au poignet droit.


Bravo Obsidiane, il s'agissait bien de la chute, en parfait décalage avec le reste du texte, à Bientôt

 
Paul Ferguson


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
93 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 7 nov à 16:01 Citer     Aller en bas de page

Quelqu'un qui aime Chet Baker ne peut pas être un mauvais poète... Un poème en crime parfait où l'assassin se cache en chacun de nous.

  Trouver d'abord, chercher après. Jean Cocteau
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
137 commentaires
Membre depuis
5 octobre
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 7 nov à 16:48 Citer     Aller en bas de page

Citation de Paul Ferguson
Quelqu'un qui aime Chet Baker ne peut pas être un mauvais poète... Un poème en crime parfait où l'assassin se cache en chacun de nous.


Merci pour ta visite et ce petit hommage à Chet Baker. à bientôt

 
Pieds-enVERS


Qu'importe si l'alexandrin est mal chaussé à partir du moment où il a une semelle musicale
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1421 commentaires
Membre depuis
31 janvier 2015
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 7 nov à 17:06 Citer     Aller en bas de page

Une belle analogie avec le dormeur du VAL et l'astuce qui met en scène Rimbaud( en le citant ) ds le poème.....

Un texte très troublant , car il crée une atmosphère .....crescendo , presque une séquence de film , des mots de la vie quotidienne , et on l'accompagne jusque ds la chambre pour apercevoir le drap de satin rougit....

Je ne suis jamais déçue lorsque je viens vous lire ! Quel pied ...rire

Bonne soirée Georges

 
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
137 commentaires
Membre depuis
5 octobre
Dernière connexion
19 novembre
  Publié: 7 nov à 23:47 Citer     Aller en bas de page

Citation de Pieds-enVERS
Une belle analogie avec le dormeur du VAL et l'astuce qui met en scène Rimbaud( en le citant ) ds le poème.....

Un texte très troublant , car il crée une atmosphère .....crescendo , presque une séquence de film , des mots de la vie quotidienne , et on l'accompagne jusque ds la chambre pour apercevoir le drap de satin rougit....

Je ne suis jamais déçue lorsque je viens vous lire ! Quel pied ...rire

Bonne soirée Georges


Votre analyse est très fine. J’ai voulu créer autour de ce poème une ambiance polar à l’américaine des années 50 et le bouquet final (écarlate) convient bien à l’ambiance. Vous pensez bien que c’est encore un travail de composition, je ne me serais jamais remis d’une telle histoire. J’espère vous retrouvez bien vite, vos stilettos sont une arme de séduction massive.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 108
Réponses: 8
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0385] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.