Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 30
Invisible : 0
Total : 34
· ode3117 · Obsidiane · andre · Lapoètesse
13053 membres inscrits

Montréal: 11 déc 08:55:00
Paris: 11 déc 14:55:00
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: J’aime les rides chez les femmes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Paul Ferguson


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
180 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 22 nov à 18:16 Citer     Aller en bas de page


J’aime les rides, chez les femmes,
le burin du temps qui s’y grave
dessine de beaux oriflammes
dans les visages parfois hâves

La peau de satin, parchemin
s’orne de traits fins, ciselés
ainsi me montre les chemins
que les souvenirs ont creusés

A la commissures de leurs lèvres
commisération de la vie
reste en filigranes embellis
le souvenir de… tant de fièvres…

Au bord de leurs yeux, pattes d’oies
semblent dessinées par Rembrandt
en minuscules traces d’émois
les amours mortes célébrant

Mains délicates, labyrinthes
de ridules si… si charmantes
elles sont aux statues, de Corinthe,
pareilles en beauté, affolantes

il est des rides plus secrètes
cerclant des jardins de plaisir
où vient mourir là, mon désir
aux bosquets touffus, sombres crêtes…

  Trouver d'abord, chercher après. Jean Cocteau
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
166 poèmes Liste
2593 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
11 décembre
  Publié: 22 nov à 19:17
Modifié:  22 nov à 19:18 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Je souscris pleinement à ce (magnifique) propos.
La ride dit tant de choses secrètes.
Et c'est mieux que la peau lisse.

Bizzz JB

PS : Merci pour la signature René Char. Mon poète préféré.

  La vie commence à chaque instant.
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
191 poèmes Liste
10316 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
11 décembre
  Publié: 23 nov à 01:18 Citer     Aller en bas de page

Sans doute les rimes disent-elle ce que nous sommes, mais les premières ne sont pas les plus faciles à vivre ...

Mots jolis et flatteurs, merci à toi Paul

Citation de In Poésie

Et c'est mieux que la peau lisse.



Euh ...JB... ça dépend où !

Amicales pensées

  ISABELLE
Laconistory Nouveau membre!
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
7 poèmes Liste
26 commentaires
Membre depuis
15 novembre
Dernière connexion
9 décembre
  Publié: 23 nov à 10:14 Citer     Aller en bas de page

Les rides, c'est beaucoup de charme, une vie qui passe, mais qui reste...

  Amoureux des mots, des mots en musique !
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
267 poèmes Liste
4544 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
11 décembre
  Publié: 23 nov à 11:01 Citer     Aller en bas de page

très beau poème avec toutefois ( pour moi) le dernier quatrain, il a un côté érotique qui laisse supposer que les rides que nous aimons sont simplement le reflet de notre envie sexuelle et cette envie altère la poésie d'un beau visage c'est que je ressens mais peut-être je me trompe.

Amitiés

Yvon

  YD
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
225 poèmes Liste
14548 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 23 nov à 11:58 Citer     Aller en bas de page

je les aiment aussi
beau texte

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
138 poèmes Liste
3452 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
11 décembre
  Publié: 23 nov à 12:33 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Paul,

Cela vous va bien de riduler également si joliment votre propos.

Cordialement
jlouis

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
Obsidiane

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
221 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 23 nov à 12:45 Citer     Aller en bas de page

Hormis Maschoune, il n'y a que des hommes qui répondent ^^

seraient ils tous amateurs de ces jolies rides, ridules, rit d'elles

Paul ce poéme est très tendre vis à vis des femmes ..

Merci !

O.

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
191 poèmes Liste
10316 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
11 décembre
  Publié: 24 nov à 03:08 Citer     Aller en bas de page

Citation de Paul Ferguson

C'est le regard social qui les rend difficiles à supporter, notre société s'obsède à fuir le vieillissement et la mort comme s'ils n'existaient pas. Il y a de la beauté dans un visage qui succombe aux assauts du temps pour peu qu'on l'aime suffisamment ...



Voilà des mots qu'il fait bon d'entendre... merci tout plein pour elles

  ISABELLE
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
138 poèmes Liste
3452 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
11 décembre
  Publié: 24 nov à 05:04 Citer     Aller en bas de page

Citation de Paul Ferguson
Citation de Jean-Louis
Bonsoir Paul,

Cela vous va bien de riduler également si joliment votre propos.

Cordialement
jlouis


Ma ridule ne va pas jusqu'à la rigole, si j'ose ainsi dire... Elle n'est qu'un souffle discret qui trouble l'espace d'un mot la surface tendre d'un regard aimant.
C'est tout à fait ce que je suggérai
Merci de votre cordialité.




C'est tou

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
Paul Ferguson


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
180 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 24 nov à 15:00 Citer     Aller en bas de page

Citation de In Poésie
Je souscris pleinement à ce (magnifique) propos.
La ride dit tant de choses secrètes.
Et c'est mieux que la peau lisse.

Bizzz JB

PS : Merci pour la signature René Char. Mon poète préféré.


Citation de Maschoune
Sans doute les rimes disent-elle ce que nous sommes, mais les premières ne sont pas les plus faciles à vivre ...

Mots jolis et flatteurs, merci à toi Paul


Citation de Laconistory
Les rides, c'est beaucoup de charme, une vie qui passe, mais qui reste...


Citation de Y.D
très beau poème avec toutefois ( pour moi) le dernier quatrain, il a un côté érotique qui laisse supposer que les rides que nous aimons sont simplement le reflet de notre envie sexuelle et cette envie altère la poésie d'un beau visage c'est que je ressens mais peut-être je me trompe.


Citation de mido ben
je les aiment aussi
beau texte


Citation de Jean-Louis
Bonsoir Paul,

Cela vous va bien de riduler également si joliment votre propos.

Cordialement
jlouis


Citation de Obsidiane
Hormis Maschoune, il n'y a que des hommes qui répondent ^^

seraient ils tous amateurs de ces jolies rides, ridules, rit d'elles

Paul ce poéme est très tendre vis à vis des femmes ..

Merci !

O.



@ In Poésie Je suis ravi de nous trouver en ce double compagnonnage, celui d'aimer les rides chez les femmes et d'apprécier l'immense René Char. Merci de votre passage.

@ Maschoune C'est le regard social qui les rend difficiles à supporter, notre société s'obsède à fuir le vieillissement et la mort comme s'ils n'existaient pas. Il y a de la beauté dans un visage qui succombe aux assauts du temps pour peu qu'on l'aime suffisamment ... Mes mots ne sont pas flatteurs, permettez moi de m'en défendre, ils sont dits avec la conviction d'un homme qui ne cesse de les aimer, ces femmes fragilisées par les normes imbéciles du "demeurer toujours". Ce n'est pas un poème en forme d'hommage, c'est un poème en forme de désir.

Merci de vous y être arrêtée.

@ Laconistory Oui, je ne peux qu'adhérer à votre commentaire. La ride est la trace de ce qui passe et reste, inscrite "visiblement". Je revendique une esthétique de cette noblesse, que l'on accorde volontiers aux hommes mûrs, et dont les pattes d'oies seraient fanfare quand elles seraient tombeau chez les femmes du même paysage. C'est absurde et injuste. Je leur accorde cette élégance du voyage comme une poussière du chemin.

@ Y.D Votre commentaire m'a interloqué. Il m'a forcé à interroger la construction du poème et à en justifier le dernier quatrain. Et je vous remercie finalement par votre remarque de consolider ma démarche. Il n'y a à mes yeux, aucune forme de dualisme entre le désir sexuel et la poésie d'un beau visage comme vous dites. Au contraire je n'aime pas les femmes à cause de leur rides, ou malgré elles. J'aime le femmes qui ont mon âge et d'avantage parce qu'elles sont aimables. Elles ont parfois la coquetterie de vouloir dissimuler les atteintes de la vie mais à ce jeu mon amour est aveugle, et la sensualité de leurs corps valent toute la poésie du monde, croyez moi. Elles ont la splendeur d'être ce qu'elles sont.

@ mido ben Je ne puis qu'acquiescer à votre connivence, et vous offre quelques vers de Brassens qui partageait avec nous cet engouement parfois fripon:

Je sais par cœur toutes tes grâces
Et pour me les faire oublier
Il faudra que Saturne en fasse
Des tours d'horloge, de sablier
Et la petite pisseuse d'en face
Peut bien aller se rhabiller


@ Jean Louis Ma ridule ne va pas jusqu'à la rigole, si j'ose ainsi dire... Elle n'est qu'un souffle discret qui trouble l'espace d'un mot la surface tendre d'un regard aimant.

Merci de votre cordialité.

@ Obsidiane De cette tendresse je dresse la carte, et il y a des géographies dont les tectoniques ont souffert de la vie, cela donne sous la caresse de bien jolies explorations, et le temps qui reste sait chez elle accélérer le frisson pour donner aux étreintes l'intensité d'un abandon volé au sablier, dans la cambrure d'une éternité. 
Merci à vous de l'avoir si justement pressenti.

  Trouver d'abord, chercher après. Jean Cocteau
Paul Ferguson


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
180 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 24 nov à 15:08 Citer     Aller en bas de page

Citation de Maschoune


Voilà des mots qu'il fait bon d'entendre... merci tout plein pour elles



Citation de Jean-Louis

C'est tout à fait ce que je suggérai



@ Maschoune En cette journée particulière, n'oublions pas les violences morales dont les femmes sont victimes et dons les blessures font des bleus à l'âme toujours douloureux.

@ Jean Louis Nous sommes d'accord mais mon jeu de mots entre votre ridule élégante et ma rigole un peu frustre n'était pas du meilleur goût j'en conviens.

  Trouver d'abord, chercher après. Jean Cocteau
Chlamys


Si la vie n'est qu'un passage, sur ce passage au moins, semons des fleurs - Montaigne
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
66 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 30 nov à 15:04 Citer     Aller en bas de page

Merci pour cet hommage aux femmes mûres, elles en ont bien besoin !
A quand l’éloge de nos cheveux grisonnants mis en valeur par votre talent ?

 
Paul Ferguson


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
180 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 30 nov à 17:32 Citer     Aller en bas de page

C'est un défi auquel je vais songer

  Trouver d'abord, chercher après. Jean Cocteau
Mawringhe Nouveau membre!
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
65 commentaires
Membre depuis
13 novembre
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 4 déc à 08:07 Citer     Aller en bas de page

Bravo Paul,

Magnifique poème qui remet du baume au coeur à celles dont la beauté flétrit....
Accepter ses rides est accepter son âge, son vécu et tout ce qui va avec. Comme quoi, même vous, les hommes allez bien au-delà de cette apparence physique qui semble persécuter tant de dames.
Au nom de toutes 'les jeunesses aux multiples printemps !" un grand merci

Au plaisir de te lire.

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Paul Ferguson


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
180 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 5 déc à 08:30
Modifié:  5 déc à 08:32 par Paul Ferguson
Citer     Aller en bas de page

Citation de Mawringhe
Bravo Paul,

Magnifique poème qui remet du baume au coeur à celles dont la beauté flétrit....
Accepter ses rides est accepter son âge, son vécu et tout ce qui va avec. Comme quoi, même vous, les hommes allez bien au-delà de cette apparence physique qui semble persécuter tant de dames.
Au nom de toutes 'les jeunesses aux multiples printemps !" un grand merci

Au plaisir de te lire.



Je ne crois pas la flétrissure de la beauté mais à la mutation de celle ci. Je crois aux métamorphoses du corps transcendées par les mouvements de l'âme. Très jeune j'ai vu "Harold et Maud" et j'ai été frappé de plein coeur par la fulgurante sincérité de l'amour entre ce très jeune suicidaire et cette rescapée des camps qui malgré les stigmates portait la folie de l'espérance en l'amour et la lucidité du temps qui finit. J'ai toujours aimé les vieilles dames indignes qui font céder les murs du conformisme et de la morale.
A mesure que je vieillis moi même je porte un regard de désir sur les femmes de mon âge et au delà, parce que leur sensualité est devenue infinie, nourrie de tous les regrets de jeunesse que l'âge permet de brûler parce que la nécessité fait loi au temps.

Il n'y a de jeunesse que dans le coeur.

Merci de votre lecture et vivez les crépuscules comme des incendies.

  Trouver d'abord, chercher après. Jean Cocteau
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 334
Réponses: 15
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,2046] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.