Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 36
Invisible : 0
Total : 37
Équipe de gestion
· Maschoune
13088 membres inscrits

Montréal: 26 juin 00:31:05
Paris: 26 juin 06:31:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Les Pseudos Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
8216 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
25 juin
  Publié: 3 avr à 02:47 Citer     Aller en bas de page

Oh ! combien de pseudos allons-nous entrevoir ?
Les bavards ont-ils le droit de se taire pour les autres ?
Sans trop faire de défauts, et une lueur d’espoir.
Serait-ce de leurs choix, ou imposé aux autres ?

Peut-on rêver là, de manières virtuelles ?
A des silences si longs, faits de consentements,
Mais le réel est là, car ça serait cruel,
De donner ces prisons, qui durent si longtemps.

Mais non, c’était pour rire, mais rien que d’y penser.
Je sens des suggestions, qui n’osent pas s’exprimer
J’en vois en train de rire, prétendant compenser.

Oh pauvres malheureux, y a-t-il des méchants ?
Qui soient sans concessions, et osant réprimer ?
Pour des moments heureux, que pour les non causants.

Pardon, est-ce une fiction, ou une envie perverse ?
Comme pour une punition, et si c’était l’inverse ?

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
4260 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
25 juin
  Publié: 3 avr à 03:57 Citer     Aller en bas de page

Il me semble qu'avant des pseudos, la rencontre était faite de personnes bien en chair (attention de ne pas se tromper de sens ici) et en os.

Ne faisant pas partie des maigrichons, ni toi d'ailleurs me semblait-il, il fallait prendre sa place... mais rien que sa place.

Je n'ai pas entendu de muets samedi... et des méchants ? Ah ! j'ai beau refaire le tour de la table mentalement (caricature d'Adamantine aidant) je n'en vois pas.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
734 poèmes Liste
21743 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
25 juin
  Publié: 3 avr à 05:38 Citer     Aller en bas de page

Les pseudos sont comme les costumes de carnaval, ils nous changent ou nous révèlent.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Miette

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
629 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
18 mai
  Publié: 3 avr à 06:27 Citer     Aller en bas de page

Vu l'esprit de classification de pensées décalées de sam (ou de classification décalées de pensées... comme les beaux yeux de la marquise, cette phrase marche dans tous les sens^^), je ne pense pas qu'il parlait de la rencontre de samedi dernier, sinon il l'aurait intitulé : 30-03 N°2

Sam, je trouve vos deux dernières publications plutôt mélodieuses à lire, merci de vos partage

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
8216 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
25 juin
  Publié: 4 avr à 02:59 Citer     Aller en bas de page

merci à vous 3
cette forme de curiosité pour les non présents du 30-03 est de notre faute, avons nous besoin d'être contagieux pour toutes ces présences ?
que peuvent -ils ou elles attendre en lectures de nous ?
j'ai eu une perception de vouvoiement MIETTE, dans mes attentes ce serait plutôt du tutoiement.
j'ai continuellement une perception de mon plat paleron-champignons-laitues légèrement blanchies-un quelque chose peu défini- deux sauces d'accompagnements-et des saveurs inoubliables. et un reste de Loire de NOE.
ce sont des circonstances qui valent l'investissement qui fut nécessaire.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 171
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0247] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.