Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 667
Invisible : 0
Total : 671
· hugokasa · Tychilios
Équipe de gestion
· Maschoune · Adamantine
13168 membres inscrits

Montréal: 14 déc 06:39:45
Paris: 14 déc 12:39:45
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Mari Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Miette Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
855 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 24 avr à 15:21
Modifié:  25 avr à 08:55 par Miette
Citer     Aller en bas de page

mon cher mari
mon p'tit ami
mon p'tit bibi

que j'ai connu
il y'a 30 ans
adolescents
et nos allants
pas toujours
si bon enfant.

tu étais si mince pourtant
pour dire combien
je te connais
depuis le temps
que tu t'repais

95 fois sur cent
moi je m’emmerde
en baisant
mais on s'aimait
surtout moi
ou surtout toi ?

pleine d’émoi
sans faire semblant
et de l'amour
un sentiment

je te remercie
de cet amour
inconditionnel
non rationnel.
si mal assis.
De nos lutins
t'en souviens-tu ?

Ils avaient la pluie dans les ch'veux
et l'avenir tout en visu ...
bien que tordu, j'y avais cru

mais entre nous
c'est à la vie
et à la mort
que le sort
de nos peaux
s'endort...

 
NOMAL' SLAND

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
31 commentaires
Membre depuis
11 avril
Dernière connexion
7 novembre
  Publié: 24 avr à 17:50 Citer     Aller en bas de page

Il l'a lue votre déclaration votre bonhomme ? W

  NOMAL'SLAND.W
Miette Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
855 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 24 avr à 19:07
Modifié:  24 avr à 19:10 par Miette
Citer     Aller en bas de page

looool non mais je penserais à faire lire à la personne intéressée ^^ Merci de votre passage NOMAL'SLAND

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
150 poèmes Liste
4207 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 25 avr à 02:50
Modifié:  25 avr à 02:51 par Jean-Louis
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Miette,

Entre vous deux je me demande qui est le moins marri ?

Amicalement
jlouis

  Poésie, la vie entière
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
188 poèmes Liste
4939 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
13 décembre
  Publié: 25 avr à 03:43 Citer     Aller en bas de page

Zut alors !
Jean-Louis m'a piqué mon commentaire.

Je plagie Apollinaire (qui n'avait rien d'un Apollon) :
L'amour s'en va comme cette eau courante, l'amour s'en va..."

Et à part ça... les -5% restants ça va ?

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Miette Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
855 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 25 avr à 08:59 Citer     Aller en bas de page

héhé J-Louis merci de votre passage, j’apprécie le jeu de mot ^^ Au plaisir,

Lol J.B vous êtes un galopin, je faisais évidement référence à la célèbre chanson de Brassens A bientôt, au fils des mots !

 
Amanda


Dites le avec des fleurs
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
145 poèmes Liste
586 commentaires
Membre depuis
22 avril 2018
Dernière connexion
13 décembre
  Publié: 26 avr à 06:47 Citer     Aller en bas de page

J'ai l'impression de ressentir comme quelques regrets cachés sous les mots de ton poème.

Trente ans c'est long.
Ouai! comme le chante l'ACI à préféré de grand 'Pa
"seulement y a la vie,
Seulement y a le temps,
Et le moment fatal où le vilain mari
Tue le prince charmant..."

La taille fine et les tablettes de chocolat font immanquablement place au profil "bouteille de perrier" et au "pot de de nutella", alors on s'habitue et la routine s'installe.

 
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
1017 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
13 décembre
  Publié: 26 avr à 13:21 Citer     Aller en bas de page

Sacrée Miette, c'est une déclaration d'amour bien particulière…
Une jolie nostalgie dans ce poème


  SHElene
ori
Impossible d'afficher l'image
Mourir? C'est bien la dernière chose que je compte faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
56 poèmes Liste
630 commentaires
Membre depuis
24 août 2018
Dernière connexion
14 décembre
  Publié: 25 mai à 01:16 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Miette,
Une douce mélancolie, auquel on a envie de mettre une majuscule tant elle est ici trancendée, cours tout au long de ce poème comme une petite rivière qui part son mouvement amène une fraicheur dans l'air…. Votre beauté transparait à travers ces mots et c'est extrêmement touchant.
Amicalement
Philippe

  Ori
Argynne Aphrodite Cet utilisateur est un membre privilège


Quand cesse t'on de naître ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
163 commentaires
Membre depuis
7 août
Dernière connexion
25 novembre
  Publié: 29 août à 03:47 Citer     Aller en bas de page

Miette, je ne sais pas si c'est une déclaration d'amour ou ces mots là traduisent discrètement une amertume pour les changements contre lesquels on se bat rarement ?
Ce qui est écrit sous le calque de vos mots est très touchant "Ils avaient la pluie dans les ch'veux
et l'avenir tout en visu ...
bien que tordu, j'y avais cru"

Bonne journée Miette 🤗

  Poétiquement vôtre, Argynne Aphrodite
Argynne Aphrodite Cet utilisateur est un membre privilège


Quand cesse t'on de naître ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
163 commentaires
Membre depuis
7 août
Dernière connexion
25 novembre
  Publié: 29 août à 04:04 Citer     Aller en bas de page

J'ai eu un doute à la lecture. N'écrit on pas "que le sort de nos peaux s'endorme" ?

  Poétiquement vôtre, Argynne Aphrodite
Miette Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
855 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 30 août à 16:16 Citer     Aller en bas de page

Merci Amanda, SHElene, ori et Argynne Aphrodite d’être passé sous ces quelques vers Je vous dis à bientôt, au fils des mots !

N.B : la phrase est au présent de l'indicatif, le "que" n'est pas ici, la marque du subjonctif

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 324
Réponses: 11
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0462] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.