Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 7
Invisible : 0
Total : 8
· Allantvers
13411 membres inscrits

Montréal: 21 sept 23:31:12
Paris: 22 sept 05:31:12
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Citations personnelles :: Catastrophes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
511 poèmes Liste
23455 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 13 sept à 03:57 Citer     Aller en bas de page

Quand le ciel nous tombe sur la tête, que la terre s'entrouvre sous nos pieds, que la mer nous rejette les plaques de pétrole des rafiots assassins, l'humain n'en est pas moins responsable.
ODE 31 - 17

  OM
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
12475 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 13 sept à 04:19 Citer     Aller en bas de page

C'est tout à fait juste Ode, la nature ne fait que subir les conséquences de notre inconséquence

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
2919 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 13 sept à 07:42 Citer     Aller en bas de page

Ma Petite Cigogne,

Combien tu as raison de pointer "du bout de ton aile" ces méfaits causés par l'homme. Quoiqu'il en soit, La Mère Nature reprendra ses droits et nous paierons pour tous les sévices que nous lui avons fait subir.

Nous avions TOUT ! Nous n'avons pas su en être dignes et respectueux.

Merci pour ce partage ODE.



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
511 poèmes Liste
23455 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 13 sept à 10:20 Citer     Aller en bas de page

Merci MASCHOUNE, oui pauvre nature et ridicule et stupide humain quand ce n'est pire comme nom à lui attribuer.
Bises amicales ODE 31 - 17

Coucou MAWR
Je pointe du bout de mon aile tant que je peux encore voler et la nature ne doit pas être insensible à ma révolte, mais elle attend tellement de bons soins, de bonne conscience et ses appels ses
S.O.S seront ils entendus à temps par le monde entier.
Bises MAWR
ODE 31 - 17

  OM
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
232 poèmes Liste
16578 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 13 sept à 12:23 Citer     Aller en bas de page

derrière chaque catastrophe
l'homme

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
511 poèmes Liste
23455 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 13 sept à 13:01 Citer     Aller en bas de page

Merci MIDO, Et de jours en jours, d'années en années, de siècles en siècles, il continue son infernale destruction.
C'est à en pleurer
Bises MIDO
ODE 31 - 17

  OM
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 116
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0261] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.