Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 342
Invisible : 0
Total : 348
· Naej · Muaddid · Chlamys · Aude Doiderose · Elisa · Balzak
13158 membres inscrits

Montréal: 17 août 07:02:48
Paris: 17 août 13:02:48
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Que le temps n’est rien face aux souvenirs Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
2577 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
16 août
  Publié: 12 août à 07:47
Modifié:  13 août à 07:05 par marchepascal
Citer     Aller en bas de page

Pépère


Je veux l’écrire, tu dois le savoir !
Que le temps n’est rien face aux souvenirs;
Avec toi ils sont si nombreux ! Le soir,
Quand le calme est là, tu peux revenir...
Ainsi mon enfance réapparaît...
Oui, oui, dans le jardin aux petits pois,
Creusant la terre je te vois (en vrai...)
Comme quoi j’ai raison hein... tu me crois ?
Que le temps n’est rien face aux souvenirs !
Ose dire le contraire, pépère !
Tu es bien placé pour le savoir (rire)
Quatre-vingt-seize ans, rudement prospère !
Six filles, un garçon, vraiment pas tout seul,
Des petits et arrières enfants; Dis-moi ?
Tes souvenirs ne sont-ils que linceul,
Ou feu d’artifice rayonne en toi


La réponse...

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1626 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
17 août
  Publié: 12 août à 11:26 Citer     Aller en bas de page

Bonjour marchepascal

Ma réponse est qu'il te voit ! et que ce poème remplit d'amour le ravit...

C'est une très belle lecture pour lui et pour nous. Merci pour le partage de tes sentiments pour ton Pépère. Garde le bien en ton cœur, c'est la meilleure place et le temps n'aura aucune emprise.



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
SélénaéLaLouveFéline


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9803 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
16 août
  Publié: 12 août à 11:34 Citer     Aller en bas de page

Bonjour vous

Ça nous fait voyager dans nos propres souvenirs, avec des bonheurs plein le cœur...

Merci pour ce beau voyage aux souvenirs

Sélénaé je vous révérence cher ami

 
Lucas


Prisonnier du temps, enchaîné à la vie et condamné à mort.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
467 commentaires
Membre depuis
12 février 2017
Dernière connexion
17 août
  Publié: 12 août à 12:05
Modifié:  12 août à 12:06 par Lucas
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Marchepascal,
Que serions-nous sans souvenirs, sans "pépère", sans tout ce qui fait que nous sommes nous ?
Vos mots remuent le profond d'entre-nous. Le bon, la larme peut-être, remontent à la surface et réveillent nos joues et notre cœur.

Lucas

 
Rose-Amélie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
568 commentaires
Membre depuis
1er mars
Dernière connexion
17 août
  Publié: 12 août à 13:45 Citer     Aller en bas de page

Nos souvenirs... à nous de les laisser éclairer notre vie ou d'en faire notre linceul. Parfois, on aimerait tant revenir dans le temps ne serait-ce qu'une minute et voir comment nos grands-parents voyaient la vie.

  🌷
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
4984 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
17 août
  Publié: 12 août à 15:58 Citer     Aller en bas de page

Si la vie est une vague les souvenirs ne sont que l'écume du temps.
J'aime ce joli texte et ce bel hommage à pépère

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15522 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
16 août
  Publié: 13 août à 11:37 Citer     Aller en bas de page

très beau poème

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
447 poèmes Liste
21878 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
15 août
  Publié: 14 août à 02:26 Citer     Aller en bas de page

Pépère, ce doux nom, révèle en moi tant de doux souvenirs, aux enfants également, une silhouette que l'on ne peut oublier, un bleu de chauffe, des sabots de marin, une casquette, un panier avec tout l'attirail pour aller à la côte, ou pour aller chercher des cagouilles, et le soir assis à sa table, un verre de vin accompagnant la soupe pour faire chabrot ( les soirs d'hiver). Et combien d'autres souvenirs
Merci pour ce poème fort émouvant
Bises ODE 31 - 17

  OM
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: Avant-hier à 14:54 Citer     Aller en bas de page

La réponse Marché ? Une très belle lumière d'enfance que l'on garde au coeur et en tête...
La preuve, elle rayonne ici, de générations en générations, comme une survivance...


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 157
Réponses: 8
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0502] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.