Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 319
Invisible : 0
Total : 319
13202 membres inscrits

Montréal: 15 sept 12:40:36
Paris: 15 sept 18:40:36
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Bébé cocaïne (requiem d'été) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Argynne Aphrodite Cet utilisateur est un membre privilège


Quand cesse t'on de naître ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
160 commentaires
Membre depuis
7 août
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 19 août à 06:45
Modifié:  19 août à 16:00 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Bébé cocaïne…
Rouge cadeau en distance indélébile.

Ton toit est le mien, nous le savons tous deux,
à la transparence de toutes les évidences
à la pointe de la tendresse des lunes en suffisance,
sur notre même tâche à l’âme, larme coulée d’un vœux.

Ton toit est le mien, tous deux le savons,
à l’osmose de nos pas de danse, libres,
et dans nos rires francs tamisant nos bleus ivres,
en profondeur du doux de notre lien de coton.

Nos errances se rejoignent au confluent des rêves
promesse élixir d’absoudre la déchirante solitude
dans cette vision triangulaire, toi, moi, la vie en sa sève.

Pose encore ta main sur mes blessures en avalant les kilomètres ,
garde-moi toujours sur l’épaule : princesse.
mon cœur est ce vaisseau où tu auras toujours ta fenêtre,
mes bras, sans serrure, à jamais pour nos réconforts : une tresse.

Je me laverai sous ton eau
pour effacer les lambeaux restant de la déchirure,
notre fil rouge brûle dans un autre espace…
Ne m’embrasse pas, ne me caresse pas, je n’ai pas de regret.
Cette vie n’est plus tracée sur mon chemin...
Restons seulement, dans l’attention, toujours là.


Bébé cocaïne…
Rouge cadeau en distance indélébile

  Poétiquement vôtre, Argynne Aphrodite
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15596 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 19 août à 11:42 Citer     Aller en bas de page

de fortes emotions

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
419 poèmes Liste
13411 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 19 août à 16:01 Citer     Aller en bas de page

Un poème qui marque, qui frappe. De la douceur, de la tristesse, une constatation, une page qui se tourne et de l'amour qui sourd.
Un très beau poème.

 
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
544 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 20 août à 02:20 Citer     Aller en bas de page

Beaucoup de douceur dans cette poésie, j'aime beaucoup.

 
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
661 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
5 septembre
  Publié: 20 août à 06:47 Citer     Aller en bas de page

Bonjour, un beau poème, j'ai aimé ma lecture.
"Cette vie n'est plus tracée sur mon chemin ..." (entre autres)
Merci pour le partage

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
Naej  Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
3765 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2008
Dernière connexion
14 septembre
  Publié: 20 août à 09:49 Citer     Aller en bas de page

Rien que pour ces vers je ne regrette pas de m'être arrêté
sur ce poème ( j'ai bien aimé le reste aussi !)

mon cœur est ce vaisseau où tu auras toujours ta fenêtre,
mes bras, sans serrure, à jamais pour nos réconforts : une tresse


Merci !
Amts - Naej -

  Carpe diem...
Argynne Aphrodite Cet utilisateur est un membre privilège


Quand cesse t'on de naître ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
160 commentaires
Membre depuis
7 août
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 28 août à 09:50 Citer     Aller en bas de page

Citation de Chlamys
Bonjour, un beau poème, j'ai aimé ma lecture.
"Cette vie n'est plus tracée sur mon chemin ..." (entre autres)
Merci pour le partage



Merci Chlamys

  Poétiquement vôtre, Argynne Aphrodite
ALPETE LION


La poésie pour m'affirmer, la poésie pour vivre.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
99 poèmes Liste
482 commentaires
Membre depuis
14 août 2009
Dernière connexion
14 septembre
  Publié: 29 août à 06:37 Citer     Aller en bas de page

Beau poéme, j'ai aimé vraiment
Amitié

  Ma plume eet une réponse aux détracteurs et une caresses pour les gentils
Argynne Aphrodite Cet utilisateur est un membre privilège


Quand cesse t'on de naître ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
160 commentaires
Membre depuis
7 août
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 1er sept à 15:16
Modifié:  1er sept à 15:19 par Argynne Aphrodite
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Amandatine :-)
Ce poème ne parle pas de tristesse au présent, ohh non, je le précise et vous l'avez sûrement compris, d'une grande peine d'un autre moment antérieur...
Vous avez aussi raison sur la page qui se tourne, mais elle ne se tourne pas sur qn dans le sens de l'espérer, chose déjà faite, "ma vie n'est plus tracée sur ce chemin", c'est là un retour attentif sur ce qui a laissé des traces en elle.... pour enfin ôter le pansement.
Douceur, constatation, un remerciement pour un cadeau aussi....
Merci pour votre lecture attentive Amandatine

Mido Ben :-) :-) !

Oui Fried ! Une grande douceur dans ce texte Fried. Une grande sensibilité à l'autre et ses affects. Merci d'avoir mis ce mot en surbrillance. Douceur.

Merci ALPETE LION et Naej,

Chlamys ! :-)



  Poétiquement vôtre, Argynne Aphrodite
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 173
Réponses: 8
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0272] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.