Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 411
Invisible : 0
Total : 413
· mido ben · AIMA
13181 membres inscrits

Montréal: 14 août 12:29:53
Paris: 14 août 18:29:53
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Germination Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
103 poèmes Liste
793 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
1er août
  Publié: 10 déc 2019 à 18:19
Modifié:  8 mai à 13:06 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

Lison tu m'avais donné ce rendez-vous,
tu sais quand on est jeune on est un peu fou.
Il était écrit viens à la nuit tombante
je t'ai suivie tout là-haut sur cette sente
petite particule du crépuscule
et vers toi j'ai grimpé sur le mont Königstuhl.

Te souviens-tu de ces ombres chaotiques ?
des murs tombés de cette église gothique.
Comme nous, un peu folles elles couraient
sur nos côtés et derrière, nous suivaient
partout entre les ruines de grès rouges
où pour toujours les contours tremblent et bougent.

Au soir, nos âmes aguerries palpitaient.
Elles s'éveillaient, martelaient, enchantaient,
rougeoiements sur fières armures sans peur
pareilles aux lueurs de feux et clameurs
sur le mont s'oyaient les forges du Neckar
qui pour des siècles ont résonné jadis.

On s'asseyait au sommet de ces remparts
tu te dessinais petite fleur de lys
sur la terre et le ciel d'un soleil fuyard.

Par nos liens, chlorophylle enchevêtrée
par-dessus tous ces fers de grilles rouillées,
moi comme le rugueux lierre toi Lison,
Heidelberg t'épanouissait liseron.

Auprès d'un château d'éboulis minéral
germinait alors notre amour rudéral.


(photo que j'ai prise dans des ruines)

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
12416 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
14 août
  Publié: 11 déc 2019 à 02:00 Citer     Aller en bas de page

Charmante balade : j'ai bien aimé vous suivre toi et Lison...

Merci pour cette lecture Fried !

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
222 poèmes Liste
2858 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
14 août
  Publié: 11 déc 2019 à 15:00 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Fried

Ces amours d'enfance avec ce côté chevaleresque... c'est trop mimi !

De beaux souvenirs que tu nous offres avec cette photo digne du film "La belle au bois dormant" où le château est envahi par des ronces et tout un tas de buissons sauvages...

Merci Fried pour le partage de tes deux passions, écriture et photo qui vont si bien ensemble et dont tu nous fais profiter !



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
1160 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 12 déc 2019 à 05:57 Citer     Aller en bas de page

Une belle tranche de vie racontée avec juste ce qu'il faut de nostalgie et beaucoup de poésie ...

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
161 poèmes Liste
1545 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
11 août
  Publié: 13 déc 2019 à 11:49 Citer     Aller en bas de page

Il est charmant ce rendez vous avec Lison, liseron; qui plus est dans une ville romantique. Tes écrits sont à l'Est en ce moment, et tes souvenirs y sont chaleureux, quoiqu'on dise du climat

  SHElene
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
73 poèmes Liste
1328 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
25 juillet
  Publié: 22 déc 2019 à 12:48 Citer     Aller en bas de page

Fried,
Un très beau poème aux magnifiques descriptions et où vos idylles semblent se fondre avec les bâtiments et la nature environnante pour complètement fusionner avec elle à la fin du poème.J'apprécie beaucoup aussi la belle photo.
Amitiés sincères

  Flora Lynn
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
103 poèmes Liste
793 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
1er août
  Publié: 10 jan à 06:23 Citer     Aller en bas de page

Merci pour votre lecture et vos commentaires, c'est toujours agréable, Big bisous
Francis

 
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
6611 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
13 mars
  Publié: 14 févr à 07:53 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup, en particulier les deux derniers vers.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
103 poèmes Liste
793 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
1er août
  Publié: 18 févr à 06:33 Citer     Aller en bas de page

Merci Patrick

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 406
Réponses: 8
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0331] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.