Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 8
Invités : 214
Invisible : 0
Total : 222
· actuaire · SHElene · michaelarchange · Basile · ori · Lapoètesse · Myster · Damon
13127 membres inscrits

Montréal: 17 févr 13:44:08
Paris: 17 févr 19:44:08
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amitié :: Simplement Printanier Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ODIN
Impossible d'afficher l'image
J'ai une langue, qu'elle soit utile et subtile!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
688 poèmes Liste
4142 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2012
Dernière connexion
17 février
  Publié: 11 févr à 15:50
Modifié:  12 févr à 05:49 par Emme
Citer     Aller en bas de page

SIMPLEMENT PRINTANIER

À cinquante nuances de Grey, cyprès de procréer en corps, je supputais avoir une menstruation verbale. Or, j'étais stoppé par des règles douloureuses, aussi enjeux qu'enjouées, voir Anjou bien qu'on abajoue lumineuse.
Loin d'être une constellation en Règle, le règlement était incohérent. Au lieu d'avoir un fait rance, j'étais une interférence littéraire, quoi. Et koï d'autre encore ? Une vérité émergeait d'elle-même. J'étais pressenti ver solitaire et les règles des morales étaient différentes ailleurs. D'ailleurs, c'est toujours plus vert ailleurs, non ? Mais, les règles n'adoptaient-elles les jeux et autres enjeux ? Non, le business des LPDP me brisait les ailes littéraires, et tel un papillon, si je ne pouvais produire un séisme de rire, un prisme empire du sourire, je Seurat malheureux.
Cependant, j'étais pas dans les règles. Eden les traits droits de génie, la lumière utilisait le plus court chemin, non ? Une chape de béton tartare, voilà où en était ma situation. Rimbeau, afin d'éviter un calcul d'inférence, aurait complètement déréglé ? J'avais Beaumarchais sur les prairies des mots emphases, je rentrais pas dans le cagibi, dans le wigwam des modaux aux murs.
Muer et en corps muer, puis me métamorphoser à nouveau en papillon. Renaître en débutant autre part. Oui, être novateur dans l'inexploré et ne pas stagner de « j'en ai marre ». Simplement printanier. Merci à toutes celles & ceux que j'ai eu plaisir à Lear...


LE CHARME DISCRET DE LA MISÉRICORDE

Ce matin, un lapin a tué Odin. Un lapin crétin, à vrai dire. Quoique, à Top Chef, on puisse parfois saliver devant un Platon, une pintade farcie à La Bruyère.
Mais, les excréments, quelles valeurs leurs accordent-thons ? Pourquoi ne pas faire l'étron des grenouilles de bénitiers au citron confit ? Aujourd'hui, mon anus s'est mis à nu pour un cacolet Biolay, par exemple. Peut-être que demain, des fèces de MacDo exploreront le silicate argileux de mes toilettes en faïence. Le lendemain, céramique Jaggert qui récoltera la miséricorde de mon Anubis.
Parfois, la pagaille caille alors que j'écris sur mon cahier, un poème. Un jour, mon intestin poussera quelques crottes "Chavignolesques" dans les oubliettes culinaires. Une bonne mélasse chaude, à la vapeur Seurat excitée par mon gros intestin.
Finalement, mes petites bactéries, mon microbiote... une vraie brigade d'embarras gastriques ! Ils réalisent une mouscaille aux raisons de la colère. Voilà, c'était quelques révélations sur le charme discret de ma miséricorde anale. Je vous accorde que je risque à présent, quelques emmerdements.


AUBADE JOUISSANTE

Aujourd'hui, j'me suis baguenaudé sur les nuages
Juste le temps d'un aiguillage
Pas de tapis rouge invivable
Non. Présente, une éclatante mousse de pamplemousses adorables
Et sire usagé. Altocumulus d'humus en vert
Mousson des calvaires
La grande vadrouille déambulée
Apaisante journée à cumuler
Flâner dans les cotons d'Altesses
Une exaltation jusqu'à l'Abbesse
Lear, tourner rond : point de virgules inutiles
Mes pieds y sont agiles
Est jaune, Lajaunie du crépuscule
Soudaine bascule
L'Eden y sont accouplées à Molière
J'ai prière en un éclair
Tonnerre de Zeus : une gourmandise cachée, nuée chocolatée
Athée...
Café dans un nuage crémeux, l'amoureux ?
Exit la mélancolie des brouillards
Un soupçon de Mozart
Hopper vapeur et sans reproches
En vérité, j'suis un gavroche
Avec ma sacoche à rire
Allocataire éphémère des empires
Je choisis l'amour à Rocamadour
Quel humour cette ballade dans les nuages abreuvés & glamour !


UNE SECTE EST INSECTE, KOÏ


Ce texte aura Laura, d'un aspect bizarre aux yeux de ceux qui aiment Lear. Cependant, Jaurès averti Verdi à Deezer.
L'acuité de ma lucidité était omniprésente. En fauteuil roulant A² pattes, plutôt qu'eaux Diesel (Cémoi l'eau-de-vie), j'avais un Nirvana rock'n'roll. Imaginez Odin avec mille-pattes ? Jaurès besoin d'une Limousine du Wisconsin pour moi, Emma cousine... le voisin, l'A² CH. (NDLR: elle gobe homéopathiquement du papier).
Et puis, quelle concurrence pour Odin : qu'elles se mettent ovins les bovines ! Montrouge cramoisi des plaies ferait de moi, un playboy du Limousin. Envisager Odin, "hippomobiolien" magdalénien de la connaissance des mille-pattes culs-de-jattes, non.
Évidemment, mes neurones cognitifs avaient l'arthropode avec les vieilles méthodes. Pourquoi je mandibule les vers, à votre avis ? Les bulles gazeuses étaient perspicaces. Ocelles des autres... pas d'avis ? Finalement, c'était plus simple d'être un ver solitaire car d'éther, j'en navets labouré avec l'Eden !










 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
13681 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
16 février
  Publié: 11 févr à 16:08 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Odin,

Mdrrrrrrrrrrrrr !!!!!!!!!!!!!
Je me suis beaucoup amusée en te lisant !



Belle soirée !
Toutes mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
ODIN
Impossible d'afficher l'image
J'ai une langue, qu'elle soit utile et subtile!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
688 poèmes Liste
4142 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2012
Dernière connexion
17 février
  Publié: 12 févr à 05:49 Citer     Aller en bas de page

@Sybilla Ravi d'autant de mdr

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Insaisissable, je tourbillonne et disparais...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
434 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
17 février
  Publié: 12 févr à 09:33 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Odin,
J'avoue avoir un pant chiant pour le charme discret de ta miséricorde en espérant qu'elle ne ta porte pas trop d'emmerdements... ce serait chiant !
Bref, pas le temps de sans nuit y est avec toit !

Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
39 poèmes Liste
3388 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
17 février
  Publié: 12 févr à 11:11 Citer     Aller en bas de page

J'avais Beaumarchais sur les prairies des mots emphases, je rentrais pas dans le cagibi, dans le wigwam des modaux aux murs.
Muer et en corps muer, puis me métamorphoser à nouveau en papillon. Renaître en débutant autre part. Oui, être novateur dans l'inexploré et ne pas stagner de « j'en ai marre ». Simplement printanier. Merci à toutes celles & ceux que j'ai eu plaisir à Lear...


Mais, les excréments, quelles valeurs leurs accordent-thons ? Pourquoi ne pas faire l'étron des grenouilles de bénitiers au citron confit ?
Le lendemain, céra mique Jaggert qui récoltera la miséricorde de mon Anubis.

Voilà, c'était quelques révélations sur le charme discret de ma miséricorde anale. Je vous accorde que je risque à présent, quelques emmerdements.

Exit la mélancolie des brouillards... Un soupçon de Mozart... Hopper (gopak?) va peur et sans reproches.

Vive le printemps... enfin la fin du petit train-train... en avant le renouveau du taon des thons et trons.

Merci Odin pour ce délire des feuilles folles du printemps.

Amicalement,
actuaire

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
ODIN
Impossible d'afficher l'image
J'ai une langue, qu'elle soit utile et subtile!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
688 poèmes Liste
4142 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2012
Dernière connexion
17 février
  Publié: 12 févr à 14:25 Citer     Aller en bas de page

@Mawringhe Merci pour le billet, ça change du papier

@actuaire Ravi de rien. C'est comme la banque, ça saur du néant...non, je blague! Merci

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
272 poèmes Liste
4680 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
17 février
  Publié: 13 févr à 08:14 Citer     Aller en bas de page

J'ai lu en plusieurs étapes, naturellement pas tout compris et j'ai souris plusieurs fois. Je salue l'artiste, ton originalité est nécessaire sur LPDP.

Amitiés


Yvon

  YD
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
272 poèmes Liste
4680 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
17 février
  Publié: 13 févr à 08:14 Citer     Aller en bas de page

J'ai lu en plusieurs étapes, naturellement pas tout compris et j'ai souris plusieurs fois. Je salue l'artiste, ton originalité est nécessaire sur LPDP.

Amitiés


Yvon

  YD
ODIN
Impossible d'afficher l'image
J'ai une langue, qu'elle soit utile et subtile!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
688 poèmes Liste
4142 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2012
Dernière connexion
17 février
  Publié: 13 févr à 10:07 Citer     Aller en bas de page

@Y.D Merci pour ce com encourageant

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 92
Réponses: 8
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0319] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.