Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 13
Invisible : 0
Total : 14
· FeudB
13319 membres inscrits

Montréal: 25 oct 01:39:11
Paris: 25 oct 06:39:11
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Princesse de l'amour... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
PierreCell


Coeur Orphelin
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
48 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 15 oct à 22:24
Modifié:  16 oct à 06:57 par Emme
Citer     Aller en bas de page

L'histoire de ce poème:
Il y a plusieurs années, j'ai lancé une bouteille dans une mer virtuelle ; j'ai créé un site, et j'y ai mis ce poème.


Princesse de l'amour...

Ton univers,
Il m'est nécessaire

Ton univers,
C'est ce dont j'ai besoin pour confirmer.

Toi qui auras su me charmer,
Toi que j'aimerais rencontrer

Si tu te caches,
Je ne pourrai pas te voir.

Si tu me réponds,
Tu me donneras le goût d'en savoir plus.

Ton univers,
C'est ce « plus ».

Tu as peur que je ne sois pas vrai,
Tu crains de me voir confirmer.

Si seulement je pouvais...
Si seulement tu savais,
Tu saurais que je suis vrai,
Tu saurais que je suis ce que tu sais.

Réel,
Je le suis bien,
Mais virtuel,
C'est juste ce que tu sais.

Savoir,
Ne permet pas toujours de croire.

Il existe des barrières,
Je me permets de les franchir,
Peut-être ai-je tort ?
Mais je n'ai nul besoin d'y réfléchir.

Toi,
Image de Princesse,

Toi,
Nom qui fera partie de ma mémoire,

Te permettras-tu d'ouvrir cette porte ?
Me permettras-tu de confirmer ?

Tu me crains ?
Il me serait si facile de dire que je n'y peux rien,
Mais je ne récolterais rien.

J'ai choisi de croire que je pourrais te convaincre,
J'écoute une voix,
Celle qui vient de moi.

Ce que nous allons créer,
C'est un pont.
Et « non »,
Il n'est pas « illusion ».

Il permettra l'échange d'idées,
Il m'aura permis de t'écrire ce que tu sais.
Il m'aura permis de lire ce que je saurai.

La réalité,
Ne fera que confirmer,
Et dans l'idée d'une possible déception,
Il existera pareille conclusion.

Oui,
Poésie est le langage,
Celui que nous choisirons.

Oui,
Sa force est grande,
Mais elle connaît également des limites.

Nous sommes dans ce qui est virtuel,
Et artistes,
Nous le peignons avec des copies de ce qui est réel.

Une œuvre est si belle lorsque contemplée en vrai,
Elle est si belle quand on peut en constater la source.

Choisiras-tu de me voir ?
Écouteras-tu cette voix ?
Celle qui habite en toi.

J'ai choisi d’y croire...
J'écoute la voix,
Celle qui habite en moi.

Poésie,
Est la seule force que je connais des mots...
Pour te convaincre,
Pour que mes écrits te parlent,
Je t'en écrirai afin de sortir du virtuel.

Là tu verras,
Que dans mes gestes,
Que dans ma voix.
Qu'à travers ma timidité...
Le sourire qui en résultera,
Et le regard que je porterai vers toi...
Oui j'aime croire que tu verras,
Que ce que tu sais de moi
C'est réellement moi.

( ... )


Chère inconnue... je pourrais t'écrire sur mon quotidien... je pourrais te dire que présentement il n'est que routine. Je pourrais te dire que j'erre dans un immense désert et que de temps en temps je découvre des oasis, que je m’y repose, mais que je dois aussi poursuivre, afin qu’un jour je puisse en sortir.

Je n’ai pas su te convaincre d’un seul message ? Peut-être t’en faudra-t-il plusieurs ? Peut-être que je demande ce qui est impossible d’atteindre par l’écrit ?

Si j’arrivais à m’expliquer, peut-être me comprendrais-tu ? J’essaie...

Princesse de l’amour, si tu connais le même désir que j’ai, te permettras-tu un pas vers le réel ?

Tu me crains toujours ?
Alors s’il te plaît… permets-moi de te convaincre.


11 octobre 2001




Note d'octobre 2020 :
J'étais si naïf, mais ceux qui me connaissent, ou qui me lisent, savent ce que je pense de la naïveté.
Ça me fait sourire de me relire après tout ce temps.
C'était un de mes premiers, qui fait partie de ce que j'ai appelé... dans le temps : «L'éveil».


  Lorsque j'hésite, je me rappelle: « Timide est mort »
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 130
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0183] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.