Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 544
Invisible : 0
Total : 548
· Hubix-Jeee · Joker · Avraham · Saint-Ange
13279 membres inscrits

Montréal: 17 jan 06:48:53
Paris: 17 jan 12:48:53
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Se souvenir de bientôt... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
202 poèmes Liste
7022 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 10 jan à 14:20 Citer     Aller en bas de page

S'appeler au-delà des mots, imaginables
À travers les compendium de nos printemps
Marcher au ralenti des heures mémorables
Dans l'impression graduelle de chaque instant.

Tu sais où je suis, à même ton visage
De tant de caresses, en cœur d'étoiles
Me conduit vers un univers de passage
À t'embraser, en un feu sidéral.

Dans les reflets que tout reproduit
Chaque espace où tu nais d'un souvenir
Sur le lierre du temps qui s'enfuit
En un songe mystique, un éclat de rire.

Même le silence se lie aux sentiments
Loin des miroirs, blottie entre mes bras
Lorsque j'irai te retrouver, subséquemment
La lumière recouvrira d'or ton aura.

Comme empruntée d'une route nouvelle
Tu reviendras, d'un parfum exhalé du passé
Du ciel immense qui étreint l'essentiel
Ton corps sur mon corps, d'amour ensemencés.

Devoir vivre au nu regard marqué
De l'empreinte du soleil disparu
Au mystère d'un désir longtemps dévasté
Jeu de l'ego, de regrets, reconnu.

L'océan nous écument d'omniscience
Sur une île aux espoirs chimériques
En mon essence cérébrale, commence
Le chemin qui mène à la logique.

Des cris intérieurs parlent de bientôt
Dans une impasse, l'impossible mirage
Je suis enfant qui se transforme en eau
Près de toi, source éthérée, belle image.

C'est la demeure qui s'ouvre de l'absence
De l'inconnu, d'avoir été, un jour
J'erre ainsi, en tes réminiscences
Derrière un mur, de brouillard et d'amour...

Hubix.

 
Miette

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
972 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
14 janvier
  Publié: 10 jan à 18:17 Citer     Aller en bas de page

Ca va le faire Hubix !!
Merci tellement, et depuis tant longtemps

 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
202 poèmes Liste
7022 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 11 jan à 15:22 Citer     Aller en bas de page

Merci Miette...

Amitiés...

Hubix.

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
535 poèmes Liste
24031 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
17 janvier
  Publié: 12 jan à 03:38 Citer     Aller en bas de page

Sur le lierre du temps qui s'enfuit, mais le lierre s'accroche et c'est un bien quand il protège l'amour.
Un poème superbe, j'ai apprécié chaque mot, tout n'est qu'amour. Le brouillard n'efface en rien les sentiments.
Toute phrase me trouble énormément, c'est joli et touchant.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Gylfi


Je crois que finalement je vais rester à l'état débauche
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
193 commentaires
Membre depuis
21 août 2020
Dernière connexion
15 janvier
  Publié: 12 jan à 08:57 Citer     Aller en bas de page

Remonter des abysses
Oublier toute logique
Être enfin complice
D'un cœur oecuménique


Tout pour ouvrir une nouvelle année sous les meilleurs ospices.

Ce que je vous souhaite.

Encore une merveille de poésie.

Amitié

Gil

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
731 poèmes Liste
15647 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 12 jan à 09:09
Modifié:  12 jan à 09:09 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Hubix je n'aime pas trop les sucreries mais ces jours les poème trop tristes me font mal...

alors les vers que viens de lire avec leur voile de reminiscences et d'émotions subtiles ( pas fragiles !) prennent una place ensoleillé chez moi


gala

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
202 poèmes Liste
7022 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: Hier à 09:46 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous...

ODE, effectivement, on peut toujours voir à travers le brouillard, mais ici, il s'agit d'une métaphore, considérant, à la base, que l'un des deux, la femme ou l'homme n'est plus de ce monde...

Gil, l'amour est intemporel, infini, au-delà de l'espace, de l'esprit...

Lilia, ce poème n'est ni sucré ni triste, du moins, dans sa forme, même si le fond l'est en quelque sorte...

Dans mes poèmes d'amour, la mort est très souvent présente, car liés par je ne sais quel fil invisible, mais bien présent...
L'amour fleur bleue, à l'eau de rose, n'est pas la panacée, en ce qui me concerne, en poésie...

Amicalement vôtre...

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 197
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0278] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.