Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 24
Invisible : 0
Total : 27
· Chlamys · PhilippeB · verosch
13170 membres inscrits

Montréal: 2 juin 06:55:21
Paris: 2 juin 12:55:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: L'armada électrique (orage d'été) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
cartouche


… Mais la voix me console et dit : Garde tes songes
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
176 poèmes Liste
1181 commentaires
Membre depuis
19 mars 2005
Dernière connexion
16 septembre 2019
  Publié: 19 juin 2007 à 02:07
Modifié:  19 juin 2007 à 02:16 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

L’ultime jet de lumière s’accroche sur les plumes
Des goélands d’albâtre qui rasent les écumes,
Étrangères aux colères des ombres qui jettent l’ancre
En sonores combats, aux feux, sur des flots d’encre.

Les navires de plomb, l’électrique armada
Pénètrent dans les plaines, en vibrant de fracas,
Des gifles et de coups, des morsures de la poudre,
Implacable avancée des filles de la foudre.

Une rumeur s’étend au sillage de la bête,
Par des éclats de larmes, par des éclats de fêtes.
S’abattent comme des pleurs, crépitent comme des rires :
Les volées de cristal, de diamants de saphirs.

En de joyaux liquides, en de ruisseaux rapides
La pluie glisse au carreau et sous la terre avide.
La mer quitte les dunes dans un reflux tranquille,
Sous le vernis de l’eau la campagne scintille.

J’écoute les soupirs des gouffres rassasiés.
J’écoute le refrain des orages d’été.
Notre jardin s’anime de vapeurs parfumées.
Des nuits sous les étoiles aux chaleurs apaisées.

  Cartouche
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je ne suis qu'un reflet, vous êtes cet abîme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
312 poèmes Liste
18149 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 19 juin 2007 à 02:17 Citer     Aller en bas de page

Antoine, une fois de plus conquise par tes mots qui coulent à mon oreille ...

Amicalement
Vinie

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
okana


Plume légère, aquarelle du coeur, partager mon bonheur, sur la page de mes douceurs.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
193 poèmes Liste
7801 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2007
Dernière connexion
30 décembre 2012
  Publié: 22 juin 2007 à 02:14 Citer     Aller en bas de page

bonsoir Antoine, ton poème est tout simplement magnifique tout au long, j'ai adorée te lire et c'est un coup de coeur.Okana.

  Nicole chaput. *Okana *...
Tendresse54
Impossible d'afficher l'image
Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes. Anaïs Nin
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
3229 commentaires
Membre depuis
9 mars 2006
Dernière connexion
28 novembre 2015
  Publié: 25 juin 2007 à 08:28 Citer     Aller en bas de page

Ton poème est très beau, Antoine, mais s'il suit les règles du classicisme, ce qui me semble être le cas, plusieurs vers sont trop longs... la règle du e muet qui se prononce lorsqu''il est suivi d'une consonne, ex. :

L’ultime jet de lumière( s’accroche sur les plumes (7 pieds)
Des goélands d’albâtre(7) qui rasent les écumes, (6)
Étrangères aux colères(7) des ombres qui jettent l’ancre(7)
En sonores combats,(6) aux feux, sur des flots d’encre.(6)

Mais on peut décider qu'on s'en fout aussi..............et profiter de l'électrique armada !

Chantal tendresse

  ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part...
cartouche


… Mais la voix me console et dit : Garde tes songes
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
176 poèmes Liste
1181 commentaires
Membre depuis
19 mars 2005
Dernière connexion
16 septembre 2019
  Publié: 25 juin 2007 à 08:58 Citer     Aller en bas de page



Alors alors ! classique ou pas classique !
Classique forcement car je commence mes poème par une idée ... des mots et tournures... des bricoles que j'aimerai y mettre ... Puis viens une musique ! une musiquette puisque je ne suis pas musicien !

et je chante des vers, des phrases ... des trucs !

Je vais faire pleurer dans les chaumières ... mais petit garçon mes parents avaient une cave ! sombre et hantée, d'araignées énormes et quelques monstres innommables aussi .... Et mes parents avaient la mauvaise habitude, d'y mettre : le charbon, le bois et les pommes de terre pour l'hiver ... Donc immanquablement ma mère me demandait au soir d'y descendre pour en remonter ceci .... ou cela! Merveilleuse Maman ! comment lui dire : "Non ! j'ai peur!". je prenais, le sceau ou le panier tendu ... et je descendais en fredonnant des trucs pour me donner du coeur au ventre .... Un chapelet de grossièreté ou des rimes idiotes, qui formaient des chansons rigolotes !

J'ai donc conservé cette habitude ... chacun de mes poèmes ont un musique qui leur est propre !
Sans "e" muet j'en est peur ou même des voyelles appuyées ! pour entrer dans mes airs !

et oui le vilain petit canard ne sait pas compter ses vers .... mais il sait que quand l'orage pête ! Il vaut mieux en faire une chanson que d'aller se cacher dans le coin de la cuisine !!


Amicalement à tous !!!

Je suis heureux de vous lire !

  Cartouche
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1850
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

(Collectifs)
Auteur :
Et ce, dans tous les domaines (Autres)
Auteur : Lacase
L'enfant... (Autres)
Auteur : LE PASSANT
Rêve amer (Tristes)
Auteur : Ellea Lee
J'ai si mal (Autres)
Auteur : lilraspberry
Nous avions oublié (Autres)
Auteur : DenisX
Dans le jardin du rêve (Amour)
Auteur : Stegobulle
Et pourtant l'on y croit (Autres)
Auteur : Tilou8897
Mistral (Autres)
Auteur : Guid'Ô
J’ai vu (Autres)
Auteur : Tilou8897
Pierre de Lune (Autres)
Auteur : Mystic4Ever
Leur valse troïka (Autres)
Auteur : Tilou8897
Don Juan (Autres)
Auteur : Coro
Vie d’un néant ... (Autres)
Auteur : Fofopuce

 

 
Cette page a été générée en [0,0761] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.