Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 59
Invisible : 0
Total : 61
· Sybilla · mido ben
13066 membres inscrits

Montréal: 19 mai 17:06:06
Paris: 19 mai 23:06:06
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Engrenages, Prologue Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
653 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
19 mai
  Publié: 3 août 2007 à 16:03
Modifié:  21 oct 2007 à 03:27 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Engrenages


Prologue


Journal de l'inspecteur V., 8 octobre 2000


Tout comme j'avais eu un choc quand je l'avais ramassée la veille au soir dans ce parc sordide, je suis resté muet d'horreur face à cette gamine de dix-neuf ans au visage d'ange, qui venait de me raconter la pire histoire que je n'avais jamais eu l'occasion d'entendre au cours de ma carrière. Je l'aurais volontiers confondue avec un mauvais scénario de série noire. Après plus de vingt ans de métier, je croyais avoir tout entendu. Je m'étais persuadé que je ne pourrais jamais plus ressentir quelque chose face au récit d'un accusé, d'un témoin ou encore d'une victime ; en clair, j'étais sûr d'être devenu un flic blasé. Pourtant, lorsque j'ai tapé la dernière lettre de cette déposition, j'ai eu un hoquet d'amertume : je me suis senti soudain terriblement humain face à cette gamine qui, a priori, ne l'était plus.

Je me rappelle encore ce qu'elle m'a raconté dans le détail. J'avais demandé qu'on l'amène dans mon bureau. Cinq minutes plus tard, elle était entrée. Elle était jolie, ressemblant à tant de jeunes de son âge. Et pourtant… Elle était plutôt pâle et semblait avoir passé une mauvaise nuit. Une nuit au poste de police, c'était compréhensible. Elle m'a fixé de son impénétrable regard noir qui mêlait la peur à l'énervement. De la main, je lui ai fait signe de s'asseoir en lui désignant le siège devant mon bureau. Alors elle s'est avancée. Comme un automate, elle s'est assise face à moi, le buste droit, les jambes groupées, ses mains menottées posées sur le revers dessus ses genoux. Sans raison particulière, les images de la veille me sont revenues en mémoire.

Elle a eu un mouvement de tête pour chasser les quelques mèches rebelles de cheveux bruns qui lui tombaient devant les yeux, mais malgré cela, elle a continué de me fixer comme une bête étrange. Ses lèvres pulpeuses légèrement entrouvertes cachaient des dents blanches, bien rangées, assez grosses. Elles imprimaient à son visage une moue qui me mettait mal à l'aise. De plus, ses sourcils étaient fins, épais et bien dessinés ce qui concentrait son regard sombre dans une telle intensité que je me suis vu forcé de détourner le mien un instant. La nuit blanche qu'elle avait sûrement passée, avait rendu son teint blême, blafard. Ses traits semblaient figés. Elle est restée ainsi muette, méfiante. Très certainement avait-elle été secouée par les dernières quarante-huit heures.

Nous sommes restés pendant quelques minutes les yeux dans les yeux, parfaitement immobiles. Qui était-elle ? Je voulais savoir ce qu'elle était, ses frères, ses soeurs si elle en avait, son entourage, tout. Pour comprendre. Pour plaider la défense de cette gamine. En fait, à cet instant, je ne pouvais pas vraiment savoir si j'avais devant moi un coupable, un innocent ou un témoin, mais les faits de la veille étaient tels que je ne doutais pas qu'elle y était pour quelque chose. En même temps, je n'arrivais pas à me persuader qu'elle ait été entièrement responsable de ce qui lui arrivait.

Son comportement sur les lieux des faits, et celui qu'elle avait eu durant toute la durée de sa garde à vue, n'était pas l'attitude que l'on peut trouver chez quelqu'un qui a quelque chose à se reprocher. Elle se mouvait d'une manière si étrange que l'on avait l'impression que ce n'était pas tout à fait elle qui décidait de ses gestes, de ses mots. C'est pour cela qu'en réalité, j'étais déstabilisé pour comprendre l'affaire.

Au bout de cinq minutes, elle a fini par me quitter des yeux pour inspecter la pièce. On aurait dit un oiseau en cage cherchant une issue par où s'échapper. Cependant, comme elle n'en trouvait pas, elle a commencé à faire l'inventaire des objets posés sur mon bureau. C'est alors que j'ai vu pour la première fois son regard s'éclairer. Elle avait repéré mon paquet de cigarettes perdu au milieu du bric-à-brac qui régnait sur mon plan de travail.

J'ai tendu la main pour l'attraper, et j'ai sorti une sèche. Je la lui ai proposée et elle l'a prise maladroitement avec ses mains attachées. Elle l'a coincée entre ses lèvres. Elle s'est penchée vers moi en louchant sur la flamme de mon briquet. Je m'en suis pris une et d'un geste machinal, je me la suis allumée. Elle a eu un second mouvement de tête et ce n'est qu'à partir de ce moment qu'elle a tourné à nouveau son regard sur moi. Elle m'a fixé droit dans les yeux, et elle m'a demandé d'une voix qui ne tremblait pas :

"Que voulez-vous de moi, au juste ?"

"Tout. Toute l'histoire." ai-je répondu maladroitement, en soufflant ma fumée de travers pour ne la quitter des yeux.

Il y a eu un silence. Elle a semblé réfléchir.

"Cela va prendre du temps." m'a-t-elle dit d'un ton qui trahissait l'espérance d'échapper à cet interrogatoire.

"J'ai tout mon temps."

Second silence.

Peut-être a-t-elle hésité un instant, mais sûrement s'est-elle aperçu qu'elle n'avait pas le choix ou qu'elle n'avait plus rien à perdre de ce qui lui restait. Du moins, c'est ce que j'ai cru, et elle a commencé à me raconter son histoire dans les moindres détails.


[...]
(à suivre)

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Deirdre


et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
22 poèmes Liste
1945 commentaires
Membre depuis
30 juin 2006
Dernière connexion
26 octobre 2018
  Publié: 3 août 2007 à 16:15
Modifié:  4 août 2007 à 16:14 par Deirdre
Citer     Aller en bas de page

Un récit très prenant, j'aime le minutie avec laquelle tu introduis cette histoire !

  Je tiens pour certain que rien n'est jamais acquis...
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
653 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
19 mai
  Publié: 6 août 2007 à 13:07 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous d'être passé... La suite arrive bientôt... Il faut juste que je trouve le temps de la corriger... et de la mettre mieux qu'elle n'est...

Merci vraiment...

En espérant que les chapitres suivants continueront de vous plaire....

et amicalement,

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
653 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
19 mai
  Publié: 16 août 2007 à 14:38 Citer     Aller en bas de page


Heu... les modifications sur cette partie.... bah nan en fait pratiquement pas... Peut-être deux trois fautes par ci par là...

C'est après que les choses commencent vraiment....


merci et bisous

(et pour la scène, bah tu sais bien pourquoi ... hein...)


t'embrasse...

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 19 août 2007 à 12:22 Citer     Aller en bas de page

C'est horriblement bien raconté, c'est pas possible.

Allez, je file vers la suite...

 
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
653 poèmes Liste
18573 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
19 mai
  Publié: 22 août 2007 à 01:48 Citer     Aller en bas de page

Allez file file ^^

* et merci *

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
J'oséphine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
1839 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2007
Dernière connexion
10 mai 2016
  Publié: 2 sept 2007 à 13:15 Citer     Aller en bas de page

Ton texte est vraiment bien écrit ! Tu as le sens de la narration... Bravo! Sincèrement!

Je me réjouis de lire la suite...

Amicalement,
Roseds

  Nul n'est une île...
strange


parce que quoi qu'il arrive j'aurais toujours des ennemies
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
662 commentaires
Membre depuis
20 septembre 2007
Dernière connexion
26 octobre 2008
  Publié: 31 oct 2007 à 02:36 Citer     Aller en bas de page

Début très prenant, je file voir la suite.

Amicalement.
Strange.

  QUAND LE MYTHE DEVIENT REALITEE
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2589
Réponses: 7
Réponses uniques: 5
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Engrenages - Partie 2, Chapitre Six (1/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Engrenages - Partie 2, Chapitre Six (3/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Le monde est un oranger (Tristes)
Auteur : Billie
Engrenages - Partie 1, Chapitre Quatre (2/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Si tu lis ces quelques mots... (Tristes)
Auteur : Saskia N. R.
Fleuve d'encre aux méandres sanguins (Autres)
Auteur : Billie
Renaissance - Prologue (Nouvelles littéraires)
Auteur : KiMiNiE
Engrenages - Partie 1, Chapitre Quatre (1/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Engrenages - Partie 1, Chapitre Un (2/2) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Engrenages - Partie 2, Chapitre Six (2/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Les passions anonymes (Tristes)
Auteur : Tilou8897
Engrenages - Partie 2, Chapitre Sept (2/3) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Coloriages (Amour)
Auteur : Tilou8897
Engrenages - Partie 1, Chapitre Un (1/2) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Tilou8897
Indélébile (Amour)
Auteur : Billie

 

 
Cette page a été générée en [0,0775] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.