Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 18
Invisible : 0
Total : 18
13062 membres inscrits

Montréal: 15 déc 20:42:08
Paris: 16 déc 02:42:08
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Théâtre & Scénario :: Confidences nocturnes 4 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Adamantine

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
408 poèmes Liste
12364 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
15 décembre
  Publié: 31 juil 2017 à 15:29
Modifié:  1er août 2017 à 01:45 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page



22 h 30. Elles se parlent... comme tous les soirs ou presque... non... pas vraiment comme tous les soirs ; le cœur n’y est pas. Une journée en demi-teinte pour l’une et un secret trop lourd pour l’autre.

— J’ai vu B. cet après-midi, assez rapidement.
— Veinarde, j’espère que tu l’as embrassé de ma part.
— Je l’ai embrassé de ta part... et de la mienne également.
— Bien entendu. J’aurais néanmoins préféré le faire moi-même
— Il aurait préféré aussi je pense. Quand je lui ai dit que tu lui passais le bonjour, il a pris l’air songeur et il a dit : «  Aaah, Elle... » J’ai failli être jalouse.
— Tu ne trouves pas étrange que le seul lien physique que nous ayons toi et moi soient ces hommes que nous nous partageons ?
— Ça te dérange ?
— Pas vraiment en fait. J’aime apprendre à te connaître à travers ce qu’ils me disent de toi.

Elle se tait. Trois minutes passent, ou peut-être quatre ou dix. Un temps qu’elles savent habituellement nécessaire mais qui diffère cette fois. Plus serein avec un fond de douleur peut-être... L’une le ressent quand l’autre le subit. Elle murmure :


— Dis-le.
— Quoi ?
— Ce que tu essaies de me dire depuis que tu te tais. Tu tournes autour comme une souris autour d’une tapette.

Elles rigolent. Silence.


— Je suis malade.
— Tu es toujours malade.
— Pas faux. Tu te souviens de ces petites tumeurs que l’on m’a ôtées l’hiver dernier.
— Oui, elles étaient bénignes, tu étais soulagée d’ailleurs.
— C’est vrai.
— Et ?...
— Il y a deux semaines, je ne suis pas partie avec ma famille, j’ai prétexté un excès de travail. J’ai passé une échographie.
— …
— L’examen ne s’est pas passé d’une façon optimale.
— C’est-à-dire ?
— Je suis censée passer une mammographie mais je ne le ferai pas.
— Pourquoi ?
— Parce que je sens dans mon corps que quelque chose ne va pas et que tant que rien n’est confirmé, je peux faire comme si ce n’était qu’un rêve.
— Alors pourquoi tu me dis ça ? Elle est brutale mais ne s’en excuse pas.
— Parce que j’ai besoin de le dire, ne serait-ce qu’une fois, pour ne plus y penser après.
— Ce n’est pas raisonnable, il faut que...
— Non !
— Qu’est-ce qui m’empêcherait de prévenir tes proches ?
— Tu ne le feras pas. Parce que tu m’aimes et puis, ce n’est peut-être pas grand chose... ça ira certainement. Allez ! Passons à autre chose de plus croustillant. Demain, je te parlerai de H. Je l’ai vu ce matin, dans son bureau, à la gare et si tu veux, je te raconterai tout... Je t’embrasse.

Elle raccroche. Elle rappellera demain après avoir fait les soldes. Elles auront des choses vraiment intéressantes à se dire ; tellement, qu'elles ne sauront jamais si elles ont eu cette conversation ou si elles l'ont seulement rêvée.


  Et si l'on me demande à quoi j'ai passé le temps Je dirai à jouer... Le reste n'importe pas.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
718 poèmes Liste
21372 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
15 décembre
  Publié: 31 juil 2017 à 17:10 Citer     Aller en bas de page

L'une est cachottière et l'autre brutale. Parfois les amies ont du mal à s'entendre. Enfin elles finissent toujours par se dire les choses de manière détournée.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
3577 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
15 décembre
  Publié: 31 juil 2017 à 21:40 Citer     Aller en bas de page

 
Adamantine

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
408 poèmes Liste
12364 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
15 décembre
  Publié: 1er août 2017 à 03:02
Modifié:  1er août 2017 à 03:07 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Citation de Aude Doiderose
L'une est cachottière et l'autre brutale. Parfois les amies ont du mal à s'entendre. Enfin elles finissent toujours par se dire les choses de manière détournée.



Rien n'est jamais si tranché. La brutale est cachottière aussi, elle n'exprime pas toujours ce qui la préoccupe et la cachottière est plus forte qu'il n'y parait mais le choses se disent en effet . Enfin, comme dit la phrase : tout se dévoilera dans les prochains épisodes...

Citation de La Brune Colombe



  Et si l'on me demande à quoi j'ai passé le temps Je dirai à jouer... Le reste n'importe pas.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 688
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0462] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.