Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 234
Invisible : 0
Total : 234
13167 membres inscrits

Montréal: 31 mai 06:37:44
Paris: 31 mai 12:37:44
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: La Ville S'éveille Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
GENTIPOETE
Impossible d'afficher l'image
Le plus beau vêtement pour une femmes, sont les bras de l'homme qu'elle aime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
325 poèmes Liste
1324 commentaires
Membre depuis
29 janvier 2005
Dernière connexion
31 juillet 2012
  Publié: 20 mai 2006 à 12:46 Citer     Aller en bas de page


Et l’aube lave la ville de ses déchets
Laissés par les décadences et les jouissances
De la nuit, qui mettent à jour dans la clarté
Les façades encore grises, leur renaissance

Puis ce voile grisâtre comme un vieux linceul
S’efface s’enfuyant sous les premiers regards
Rayonnants et autoritaires et qui gueule
Sa lumière, du soleil astre superstar

Alors, insidieusement s’élèvent en sourdine
Du fond des foyers les premiers bruits ménagers
Les clefs cliquettent les escaliers tambourinent
Les moteurs explosent leurs premières fumées

Les ouvriers font grincer leur boîte à outils,
Faisant danser les poubelles les éboueurs
Valsent entre les autos en stationnement interdit
Et les matinaux sortant leur chien de bonne heure

Comme un vol de moineaux s’éparpille dans le ciel
Par les écoliers les trottoirs sont envahis
Les boutiques lèvent le rideau à leur clientèle
La ville se réveille et va vivre sa vie.



Gérard Bollon







  Dieu a donné la parole à l'homme pour travestir sa pensée.
Nick


La solitude n'a de sens que lorsqu'elle cesse.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
199 poèmes Liste
797 commentaires
Membre depuis
1er janvier 2006
Dernière connexion
20 novembre 2011
  Publié: 20 mai 2006 à 12:54 Citer     Aller en bas de page

Très bien écrit, comme d'habitude !

J'ai beaucoup aimé.

Amitiés.

Nick

  Une poésie, c'est un sourire un jour de pluie, l'amour, un poème qui se récite chaque jour.
GENTIPOETE
Impossible d'afficher l'image
Le plus beau vêtement pour une femmes, sont les bras de l'homme qu'elle aime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
325 poèmes Liste
1324 commentaires
Membre depuis
29 janvier 2005
Dernière connexion
31 juillet 2012
  Publié: 21 mai 2006 à 09:11 Citer     Aller en bas de page


Bonjour Nick,

Merci pour ta fidélité et pour apprécier mes textes, ça fait plaisir.


Pascal, tu as raison demain matin la ville s'éveillera, merci pour ton intérêt à ce texte.


Amitiés Gérard

  Dieu a donné la parole à l'homme pour travestir sa pensée.
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
6611 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
13 mars
  Publié: 23 mai 2006 à 12:02 Citer     Aller en bas de page

Il est cinq heures, Paris s'éveille.....
Une lecture très appréciée.
Amitiés.
Patrick.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
GENTIPOETE
Impossible d'afficher l'image
Le plus beau vêtement pour une femmes, sont les bras de l'homme qu'elle aime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
325 poèmes Liste
1324 commentaires
Membre depuis
29 janvier 2005
Dernière connexion
31 juillet 2012
  Publié: 23 mai 2006 à 16:11 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Patrick,


Merci Patrick, j'apprécie aussi tes commentaires.

Amitiés Gérard

  Dieu a donné la parole à l'homme pour travestir sa pensée.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 710
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0399] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.