Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 26
Invisible : 1
Total : 31
· marchepascal · William Valant
Équipe de gestion
· Maschoune · Catwoman
13085 membres inscrits

Montréal: 20 juin 01:32:08
Paris: 20 juin 07:32:08
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Textes érotiques :: méat culpa Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
8185 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 juin
  Publié: 28 jan 2016 à 04:22
Modifié:  23 mars 2016 à 06:51 par Ashimati
Citer     Aller en bas de page

J’ai eu la chance ou la malchance,
D’avoir pu faire ma vie d’amours avec
Une femme inexpérimentée.
Ai-je oublié ses préférences,
Sans les lui avoir accompagnées?

J’étais inexpérimenté,
MARTHE RICHARD ayant clos ces écoles.
Qui pouvaient nous y formater.
Pour que nos futurs échanges collent.

En curiosités d’endurances.
En pratiques de reconnaissances.
En valorisant les présences...

Des censures en ont fait des tabous.
Rendant fautives les complaisances.
Des femmes en accusèrent les coups.
Sans apprentissages aux assistances.

Pouvons-nous réparer ces erreurs?
Pour réactualiser ces valeurs?

Les mots suffisent-ils,
Pour faire vivre les sensations,
D’autodisciplines?

Est-ce de l’érotisme?
Ou des vulgarités?
D’oser en parler?

Tuons certains conflits
Par de nouveaux départs,
Et prenant du temps.

La femme est trésor
Pour les savoirs masculins
Inexploités?

De telles pensées,
Nourrissent-elles les apprentis,
Dans leurs vivre ensemble?

Les femmes attendent plus
Que des partages trop vite faits,
Tuant les explosions.

Des attentions
Savent compenser des manques
Pour vivre en corps sain.

Méat culpa
Ou serait-il trop tard
Pour humaniser?

Drôle de sujet
Que d’envisager ça.
Sans vulgarités?

Où apprendre ça
Sans nuire aux bonnes consciences
Ou créer d’abus?

.........................
ce texte et ces haïkus m'ont été des motivations nées de mes dernières séances philosophiques sur les vivre ensemble, que j'ai jugé utile de vous proposer. merci de m'aider à rendre ce texte accessible.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
734 poèmes Liste
21726 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
19 juin
  Publié: 28 jan 2016 à 05:28 Citer     Aller en bas de page

Bravo pour le titre, il m'a fait rire.

Pour ce qui est de Marthe Richard, et donc de la fermeture des "maisons closes" le sujet est controversé. À l'époque il s'agissait d'éviter l'esclavage sexuel et les abus perpétrés sur les femmes qui y étaient enfermées. Le résultat a été le racolage en pleine rue et la situation des prostituées exploitées n'y a pas tellement gagné.

Je ne sais pas si c'était une "école sexuelle", plus probablement un rite d'initiation pour les jeunes hommes.

Où apprendre ça
Sans nuire aux bonnes consciences
Ou créer d’abus ?


Les jeunes sont aujourd'hui bien plus informés qu'autrefois sur les mystères de la sexualité, mais ils le font grâce à la pornographie proposée librement sur Internet. Ils ont une vision de la sexualité basée sur des performance truquées et cela génère très souvent le contraire du résultat escompté : frustration, complexes, brutalité, maladresse, violence, vulgarité et… inefficacité.

Sinon je te propose de t'inscrire à la FAP

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
8185 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 juin
  Publié: 24 mars 2016 à 11:40 Citer     Aller en bas de page

GALA avait fait une belle intervention, je lui avais formulé les raisons au sujet de marthe richard, qui en faisait une école des relations nécessaires entre les femmes et les hommes. pour les respectabilités, en considérant ces échanges comme un élastique. pour des explosions venant à des moments différents, des erreurs de comportements évitées dans des ateliers de savoirs faires, des pédagogues de la patience et de l'observation de l'autre.
je n'avais rien sauvegardé. les deux commentaires ont disparus.
je vais essayer de reconstruire le mien.
pour les haïkus, ce sont des regards sur des situations différentes, dans des réductions vers des horizons culturels qui peuvent devenir des moments de "zen".

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
8185 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 juin
  Publié: 24 mars 2016 à 11:58 Citer     Aller en bas de page

pour les actualisations des ressentis;
sont-ce des constats ?
pour elle "il devrait comprendre"
c'est par manque de formulations qu'il devient égoïste.
pour lui "ce qu'elle est susceptible"
c'est pour des lectures de pensées inavouées.
les moyens médiatisés oublient les considérations humanisées.
nous sommes dans une société de consommations;
comptabilisé; sans investissements dans la durée; et après tout tant pis.

par rapport au texte;
nous pouvons réduire les effets dévastateurs des ignorances, voulez-vous savoir comment ?

pour les titillements des haïkus;
l'autre d'abord
en échanges de mots
pour reconstruire
en réduisant les ignorances
par des apprentissages
humanisant
ces formes d'amours
en toutes discrétions.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 806
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0235] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.