Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 28
Invisible : 0
Total : 28
13153 membres inscrits

Montréal: 7 déc 23:06:08
Paris: 8 déc 05:06:08
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Textes érotiques :: L'oubli 2 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
stomp77


Pourquoi ce detester quand on peut s'aimer ...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
8 commentaires
Membre depuis
7 juillet 2006
Dernière connexion
4 février 2009
  Publié: 26 avr 2008 à 06:59
Modifié:  27 avr 2008 à 13:40 par stomp77
Citer     Aller en bas de page

J'aime chaque parcelle de mon corps,
Comme un courant d'air tiède et un peu frais,
Qui passe entre mes jambes sur ma verge nue,
Et caresse mes fesses,
Quand je traverse ma chambre fenêtre ouverte,
Les voiles rouges et jaunes agités légèrement avec langueur,
Sensualité,
De mon boxer en satin que je sens caresser avec douceur,
Mes jambes et presser mon plaisir sur ma toison courte,
Dans un reflet de jouissance.
Une de mes mains,
Malgré moi les rejoint,
Palpant mon corps,
Dirigeant la lumière,
Sur tous ces miroirs d'essence d'orgasme.
Je laisse monter le plaisir,
Ne le provoque pas,
Reste courtois avec lui,
Je ne suis pas une bête en rut impatiente,
Et laisse la porte grande ouverte,
Au temps et au reste,
Toute la place que je peux offrir,
A ce qui pourrait combler mes sens et ma peau,
Mort de l'égoïsme,
La corde ce tend et je la relâche pour la laisser vibrer,
Dans tout mon être de sous ma main,
Et je continue généreusement,
Avec une langueur des plus lentes,
Vagues qui portent ardemment avec souplesse,
Tel un bateau à la dérive,
Dans un océan de douceur,
L'oubli peut nous porter si loin.

ps : Comme quoi beaucoup d'hommes n'ont aucune idée à quel point on peut être proche des femmes, et de ce que peut être vraiment notre sexualité quand on ce respecte, s'écoute, qu'on sait être patient, généreux et qu'on s'épanouit pleinement, a quel point on peut se donner du plaisir, quand on ne pense pas seulement qu'à jouir ...

  D'une autre planète que mars, pas d'une planète terrienne ....
stomp77


Pourquoi ce detester quand on peut s'aimer ...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
8 commentaires
Membre depuis
7 juillet 2006
Dernière connexion
4 février 2009
  Publié: 28 avr 2008 à 13:43 Citer     Aller en bas de page

Merci bien, je vois bien en toi la corde vibrante qui est dans ton commentaire et ce reflète à travers ta citation sous ta photo ...

  D'une autre planète que mars, pas d'une planète terrienne ....
véro29


L'air est plein du frisson des choses qui s'ennuient. Charles Baudelaire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
9 poèmes Liste
82 commentaires
Membre depuis
29 avril 2008
Dernière connexion
4 novembre 2009
  Publié: 19 mai 2008 à 05:32 Citer     Aller en bas de page

tu appartiens à cette catégorie rare d'hommes qui assument de parler d'eux tout en sensualité. J'aime beaucoup l'image que tu dégages au travers de ces textes.....sur LPDP, me suis "presque" réconciliée avec l' Homme!!!!!Vive vous, hommes à l'esprit ouvert !
Bises
Véro

  véro29
stomp77


Pourquoi ce detester quand on peut s'aimer ...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
8 commentaires
Membre depuis
7 juillet 2006
Dernière connexion
4 février 2009
  Publié: 4 févr 2009 à 03:38 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup, sa me fait énormément plaisir, ce texte a donc toute sa magie, c'est sur.

  D'une autre planète que mars, pas d'une planète terrienne ....
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1577
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0549] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.