Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 27
· Sitting Bull · Jean-Claude
13249 membres inscrits

Montréal: 9 mai 15:03:31
Paris: 9 mai 21:03:31
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Profil de Sitting Bull Aller en bas de page Cacher le panneau de droite



Oui tu es un beau garçon avec de très beaux yeux
   

Sitting Bull Nouveau membre!

Poèmes : 3
Commentaires : 13
Connexions : 85
Pages consultées : 1053

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 3 mai
Dernière connexion : il y a 4 heures

Présentement en train de consulter sa boîte aux lettres.

Informations générales

Nom : Tim





Dernière entrée au journal

Publiée : 3 mai à 12:52
Titre : Journal de bord - 1 commentaire sur cette entrée

Dans le fond de mes cauchemars il y a mes larmes qui pourrissent, mes rêves suspendus à des nœuds qui coulissent. Il y a des poubelles enflammées ou gisent des souvenirs qui ne veulent pas brûler.
Cela avait de toute manière commencé comme ça. Un tremblement, un fracas, une perte dangereuse de conscience.
On flâne, puis on se fane.


Alors sur terre, sur l’eau, dans le ciel ou sur la lune savez-vous de quoi l’on meurt ? De quoi
l’on suffoque?

On crève de solitude, de solitude d’abord et puis d’amour ensuite...
J’ai le cœur au bord du vide,
Les yeux crevés sur mes rêves pendus.
J’avais dessiné mon amour, sous une marguerite folle aux pétales éclatants avec des fleurs, des nattes et même des fées.

Mais voilà je suis comme tout le monde, ordinaire, triste, moche, et avec tellement d’illusions que je fais un trou dans la croute terrestre chaque fois que je rêve de toi.
Et j’ai comme tout le monde un ciel immense ou Viennent s’entrechoquer mes rêves.

Donne-moi un stylo et une carte du monde et je te dessinerais ce qui se raconte avec le cœur. Je voudrais me réveiller du plafond qui me nargue. Je reconnais si bien ton visage.

je redoutais la vie, mais voilà qu’il me faut pour briser le silence espérer à défaut que la solitude et l’ennui daigne encore Venir s’y repaître.

Travailler le rêve est un travail qui prend du cœur et lorsque l’on a du cœur c’est à lui de payer.
Et cette violence dans mon corps la sens-tu ? Ces coups de crosse que j’inflige à mon cœur ces coups de talons dans les artères de mes pulsions ravageuses. De mes coups de sang incessants...

Ton abandon et comme un glaive planté dans mon thorax et d’immortel.
J’ai perdu mon cœur et si je n’ai plus de mots te souviendras tu encore de moi ? Tu es partie et mes mots t’ont tout simplement suivi.
Et pour t’aimer encore, je cherche à cœur perdu un paradis enfouis au fin fond de moi, là où rien ne se perd ni ne fane, là où rien ne disparaît jamais vraiment.

Je voulais sortir de ton ombre. Mais quand j’en suis sorti il n’y avait plus de soleil, plus le moindre rayon. Je voulais te protéger et quand je me suis approché pour le faire, il n’y avait aucun danger. Plus aucun. A pars moi et mes armes.
Je ne suis que moi. Et si cela ne suffit pas alors tant pis. C’est vrai tu as souffert et avec toi je souffrais. C’est vrai que tu ne comprenais pas. Mais comprenais je vraiment tout Moi même Y a t’il quelque chose entre nous qui doivent être compris, réellement ? Donne moi un de tes mots, j’ai patienter une éternité déjà.

Répondre      Entrées antérieures


 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
- Avec Cendrillon (Lettres ouvertes)
- Godefroy d’ibelin (Lettres ouvertes)
- Mon île (Lettres ouvertes)

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1059/13216

8.8%
 
 93 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.7%
 
 82 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.8%
 
 51 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.5%
 
 164 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.8%
 
 19 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.7%
 
 113 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.4%
 
 205 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.4%
 
 332 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0115] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.