Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 21
Invisible : 1
Total : 24
· jeromenardi · Poète Ferroviaire
13210 membres inscrits

Montréal: 17 mai 07:52:57
Paris: 17 mai 13:52:57
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Profil de Filiquier vertical_align_bottom arrow_forward_ios



Que vois-tu encore dans le sombre recul abyssal du temps ? Shakespeare, La Tempête
   

Filiquier

Poèmes : 75
Commentaires : 544
Connexions : 696
Pages consultées : 12422

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 3 octobre 2019
Dernière connexion : il y a 7 heures

Cet utilisateur est présentement hors ligne.

Informations générales

Sexe : Masculin



Autres informations

Film préféré : Danse avec les loups
Style musical préféré : Musique classique : Bach, Mozart
Écrivain ou poète préféré : Albert CAMUS, René CHAR, Louis ARAGON, RUTEBEUF
Personnage de bande dessiné préféré : Lucky Luke




Passe-temps

Peinture - Poésie
Vélo - Ski nordique



Son histoire

Enfance dans un milieu de grande pauvreté mais solidaire et digne.
Instituteur puis professeur de collège (Français, Histoire-Géographie)
Longue pratique du théâtre : stages nationaux de la Ligue de l'Enseignement ,création et animation d'une troupe de théâtre dans un village. Participation aux côtés de Francis JEANSON à la Préfiguration de la Maison de la Culture de Chalon-sur-Saône. Animation d'un atelier théâtre au collège. Depuis ma retraite, plusieurs lectures publiques de textes d'auteurs : VILAR, CAMUS, PASCAL ...



Projets futurs

Lecture de poèmes en public



Dernière entrée au journal

Publiée : 30 avril à 05:49
Titre : Millières, suite - 6 commentaires sur cette entrée

On pouvait entendre, en tendant l'oreille, le tic tac du réveil posé sur le buffet. Mais le plus souvent, il était couvert par le ronflement du poêle qu'on avait bourré à bloc afin de mieux lutter contre le froid vif qui assiégeait la maison.
Il ne faudrait pas imaginer une grande maison confortable. Deux pièces en faisaient toute la partie habitable : la cuisine et la chambre. La chambre contenait trois lits et une armoire. C'est assez dire le peu de place dont on disposait pour y circuler. Le plus commode était souvent de passer par-dessus les lits. Bien entendu, les murs en étaient gris et sales. Ils n'avaient jamais, je crois, reçu la moindre couche de peinture, et le papier peint leur était inconnu. La pièce était humide et froide en hiver.
Dans la cuisine, plus humide encore, avec le poêle-cuisinière tenaient difficilement le buffet et une table assez grande pour qu'elle pût, à la fin, accueillir huit personnes. L'évier de pierre où trônait le seau d'eau exhalait des odeurs âcres que l'enfant supportait mal ; c'était le coin où il allait le moins souvent possible, juste parfois pour la corvée d'eau au puits du jardin. Derrière la cuisinière de fonte noire, on pouvait voir sur le mur de la cheminée des coulées durcies et luisantes comme de la cire.
Enfin à droite de la porte d'entrée, se trouvait la fontaine en tôle émaillée où l'on faisait une toilette très succinte, fontaine qu'il fallait remplir plusieurs fois par jour, tenant le seau à bout de bras.
Le soir, après un repas frugal mais suffisant pour apaiser la faim, on veillait un peu en hiver. Les plus jeunes enfants devaient aller se coucher. Seul l'aîné restait, pour faire tranquillement ses devoirs sur la table vite débarrassée. Le père, mineur de fond, n'était pas rentré quand il travaillait "de nuit".
La mère alors s'asseyait devant la cuisinière, les pieds posés sur la porte du four grande ouverte. Elle commençait son travail de couture ou bien elle tricotait. L'enfant, ses devoirs terminés, rangeait son cartable après en avoir tiré une feuille de papier canson et prenait le seul livre qui reposait sur le buffet. C'était un dictionnaire dont il feuilletait ardemment les pages, s'arrêtant sur certains mots qui l'emportaient dans un autre monde. Il s'arrêtait quelquefois sur un portrait d'homme célèbre et le reproduisait avec application, le plus souvent à l'encre de chine.
Parfois la mère entonnait un chant du folklore local. Un jeune homme se lamentait du départ de la jeune fille qu'il aimait : "Et la Yéyette, où donc elle est ?". L'enfant écoutait cette petite voix aigüe et douce qui le troublait.

Enfin, un bruit se faisait entendre dehors, derrière la porte d'entrée. Le père rentrait du travail, ayant parcouru, de nuit, une douzaine de kilomètres à vélo, parfois dans la tempête de neige. Quand la porte s'ouvrait, apparaissait une silhouette couverte de flocons. Il s'ébrouait avant d'entrer, posait sa lampe à acétylène qui nous dépannait bien lors des coupures d'électricité, assez fréquentes en ce temps-là.
On avait déjà posé une assiette sur la table. Il ne disait rien, s'asseyait et on l'entendait manger sa soupe. Il fixait un regard curieux sur le fils qui terminait son dessin, rangeait ses affaires, puis se déshabillait pour enfiler une longue chemise de nuit.
L'enfant embrassait ses parents pour aller dans la chambre se jeter sous le drap. Alors coulaient quelques larmes avant que le sommeil ne l'emporte tout entier.

Répondre      Entrées antérieures


 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
Eau Dormante (Autres poèmes)
- Le jour se lève (Autres poèmes)
- Avant la chute (Autres poèmes)
- Je ne sais pas... (Autres poèmes)

 

 
Cette page a été générée en [0,0166] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.