Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 28
Invisible : 0
Total : 29
· Saint-Ange
13268 membres inscrits

Montréal: 19 jan 08:57:26
Paris: 19 jan 14:57:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Profil de Xuyozi Aller en bas de page Cacher le panneau de droite



Ô, Poésie !
   

Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège

Poèmes : 90
Commentaires : 932
Connexions : 1459
Pages consultées : 57489

Type de compte : Privilège
Membre depuis : 17 mai 2021
Dernière connexion : il y a 16 heures

Cet utilisateur est présentement hors ligne.



Dernière entrée au journal

Publiée : 14 janvier à 00:52
Titre : Lettre à une amie Poétesse… - 2 commentaires sur cette entrée

Xuyozi, malgré les apparences, est un être sensible. La page qui suit de son Journal en est la preuve. Ne la lisez pas si la tristesse vous attriste et ne vous fait pas rêver… Cette lettre fut écrite à une bonne amie, aujourd’hui malheureusement disparue*, une Poétesse de grand talent (si si, ça existe, rarement, mais quand même… ça existe, quand on cherche bien… ), qui aurait tant voulu me mieux comprendre, moi, hélas, l’épitomé de la complexité… Je dis bien « l’épitomé », car parfois je me demande si je ne serais pas qu’un livre désâmé et perdu pour l’Histoire, tout sec et sans humanité…

___



Chère amie et Poétesse,

J’aurais tant souhaité vous dessiner un meilleur mouton, mais je n’ai pas su. Vous vouliez connaître mon univers (ce qu’il reste de ma planète, vous vouliez dire), alors je vous signale, au cas où vous ne l’auriez pas aperçu, qu’il n’est peuplé que d’un seul mouton, moi moi moi et re-moi (des pseudos identiques de pseudos identiques…), et ce mouton pleure — c’est un mouton pleureur — il a repleuré pas plus tard qu’aujourd’hui. Il lui suffit de penser à vous, ou est-ce à moi ? Et il repleure. Il relit vos messages, et il pleure encore. C’est un mouton pleureur et entêté qui, dirait-on, tient mordicus à pleurer, mais la raison en est qu’il a peut-être du cœur. (rassurez-vous, vous n’êtes en rien responsable de ce mouton, ni de son cœur...)

J’avais trois options : 1) couper tous les ponts (comme d’habitude) ; 2) vous dire bonjour en passant (mais pourquoi ?) ; 3) vous envoyer plus qu’un seul mot, s’il en faut plus pour me comprendre (ce « je » étrange, comme vous disiez…). Vous avez aussi trois options : 1) jeter mes mails dans le dossier Pourriel (Ah non ! Pas encore cet idiot d’homme fêlé…) ; 2) me répondre bonjour ou bonsoir selon l’heure qu’il fait chez vous (Bon, si ce n’est pas plus long que ça…) ; 3) vous donner la peine de me lire en souhaitant que j’aie enfin tu mon délire (Ah oui, parce que là, franchement, il y en a marre !).

J’ai coché la troisième option (eh oui, trois est un chiffre magique). Vous, je verrai bien ce que vous déciderez et si vous aimez la magie.

J’ai effacé mon blogue, mon compte Facebook et mon compte Twitter (je déteste Internet !) pour être conséquent avec mon passé, qui n’a jamais consisté, mais en vain, qu’à vouloir détruire toute trace de mon passage sur Terre (si vous saviez tout ce que j’ai déchiré comme souvenirs, photos et documents ! Mais me déchirer moi, je n’y suis jamais parvenu, hélas, mais que de me torturer).

Je vous disais que j’aurais dû naître fille. À ma naissance ma mère a pleuré parce que mon père voulait une fille pour second enfant (imaginez les dégâts dans l’inconscient du jeune bébé que j’étais et que je suis demeuré, sans doute, et l’effet des projections féminisantes sur le fœtus… J’ai d’ailleurs les pieds gracieux d’une femme, des pieds de Christ en croix… qu’aurait peints le plus délicat des peintres…). Malheureusement, ce n’était pas le veau attendu qui se prit à chialer à la sortie, ou la « vemelle », pourrait-on dire. Mon père chercha tant bien que mal à consoler ma mère, ce qui finalement lui réussit plutôt bien, car soudain elle cessa de pleurer, mais le mal était fait — elle venait de me transmettre le goût salé des larmes, que j’ai bien souvent bues contre mon gré tout le long de cette pénible existence que certains ignorants, en cherchant bêtement à me consoler, appellent un don. JE N’AI RIEN DEMANDÉ ! Surtout pas la charité d’un don…

Pour bien rassurer ma mère, on n’est jamais trop prudent, mon père composa sa comédie des louanges — j’étais le plus beau, le plus gentil, le plus intelligent, etc., ad nauseam, et surtout devant des étrangers, y compris ceux de ma propre famille. Résultat : on me catalogua plus tard (après consultation…) dans la nosographie « personnalité narcissique » (entre autres faciles banalités cliniques…). Rien d’étonnant à ce que je n’aie jamais dit à une femme que je l’aimais et que je n’aie jamais vraiment aimé personne. Il aurait d’abord fallu que je m’aimasse moi-même, ce que je manquai tôt de faire, et que j’oubliasse par la suite, avec la paresse et l’habitude, de me toujours situer au centre du monde, pour ne pas devoir m’exposer à cet amour que je m’interdisais à moi-même… — Vous comprenez maintenant pourquoi je vous louange tant, sans parler de toutes les autres victimes de ma « gentillesse »… toutes les victimes, de la première à la dernière venue ; je ne fais que répéter ce schéma maudit que j’ai moi-même reçu comme soi-disant « éducation » de mon modèle de père.

Il me reste peu de temps à vivre (consolez-vous, je m’en réjouis…), et j’essaye autant que faire se peut d’importuner les gens le moins possible avec ne fût-ce que l’idée de ma personne. Mais ne faut-il pas porter un masque (persona en latin, masque de théâtre) pour soutenir un personnage, comme vous le disiez ? Et si ce masque est faux, sonne faux, ou qu’on vous en impose un autre que celui que vous auriez librement choisi ? Et se retrouver hébété dans le mauvais décor ? Et sortir dans la rue sans masque**, acceptant malgré vous celui qu’on vous colle au visage par hasard, fausse ressemblance ou projection, parce que les gens ont peur des visages nus ? — il n’y a pas que le sexe et la drogue qui soient tabous !

Avez-vous remarqué ? Je ne vous ai même pas demandé comment vous alliez ! Il n’est jamais trop tard pour bien faire — comment allez-vous, chère Poétesse, chère cousine ? La vie ne vous pèse pas trop ? Vous lever le matin vous enchante toujours ? Et votre cœur, il aime spontanément tout le monde, vos frères et sœurs humains (ou moins humains…) ? Sans lesquels vous et moi ne serions même pas là... Faut-il aimer en se penchant pour embrasser la bassesse ? Faut-il quémander le retour ?

J’ai décidé pour la troisième option, parce que je sais que si une personne peut me comprendre, c’est bien vous, car vous avez connu la souffrance en personne, et que pleurer, fût-ce sur soi, ne vous est très certainement pas étranger… Ça y est, je repleure… J’arrête ici, faites de moi ce que vous voulez… je m’abandonne à vos si charmants pouvoirs…

* Toutes les femmes qui ont compté pour moi, y compris les comptables , ont toutes fini par mourir tôt … c’est curieux, oui, très curieux…

** Ce document date d’avant la pandémie.

— Votre Xuyozi.

P.-S. — Si jamais vous aviez la bonté ou l’inconscience de me répondre, s’il vous plaît, parlez-moi de vous, que de vous, de vos passions, de vos raisons de vivre, que je cesse d’entendre toujours mon nom partout… de ne voir jamais que mon ombre portée sur tout… afin que je m’échappe enfin de mon cauchemar sur mesure… (pardonnez-moi la rhétorique, une vieille sale habitude…). Ou dites-moi que la Terre tourne encore et que je ne peux l’arrêter. Faites-moi la leçon, tiens, enseignez-moi tout, à moi qui ne connais rien que d’emprunté (et j’oublierai que vous avez des mains de crocodile***, promis !). Soyez ma complice, vous que je voudrais être mon amour… ; et puisque vous ne manquez jamais d’être intelligente, commettriez-vous un si grand crime en le voulant ? Ou sinon, adieu, adieu, belle Poétesse, quelle que soit la hauteur de votre âme, de cette âme qu’illustrent de surcroît une profondeur et une envergure beaucoup plus étendue et insondable que vous ne voulez/pouvez imaginer… Elle me manquera… Vous me manquerez…

*** Blague d’initiés.

___

X.

Répondre      Entrées antérieures




 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
- Ah, la vie, quel bonheur ! (tanka) (Poèmes loufoques)
- Conflit de tankas… (Autres poèmes)
- Un genre bien à lui… ou elle ? (Textes érotiques)

État du vote : 0/13263

 

 
Cette page a été générée en [0,0471] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.