Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 5
Invisible : 0
Total : 5
13194 membres inscrits

Montréal: 27 juin 22:06:56
Paris: 28 juin 04:06:56
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: Autorité, légitimité, autoritarisme. vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] 2 :: Répondre
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 15 avr 2009 à 08:54
Modifié:  15 avr 2009 à 14:39 par Bestiole
Citer vertical_align_bottom

L’autorité d’un homme sur un autre n’est pas naturelle.
Le pouvoir et l’autorité éveillent en nous une méfiance naturelle, et en règle générale on n’aime pas en subir l’exercice car il nous semble que ce soit toujours au détriment de notre intégrité.
L’autorité peut donc être acceptée ou refusée.

On pourrait dire qu’il existe deux sortes d’autorités.
Une autorité que l’on peut qualifier de légitime, c’est celle qui s’impose sans humilier, sans donner d’ordres et sans rabaisser, elle est accessible, partageable et comprise par tous.
Une autorité contestée parce que mal comprise et sujette à caution, une autorité qui éveille chez celui qui la subit un sentiment d’injustice.
Ces deux sortes d’autorité renvoient à deux attitudes différentes dans la manière d’exercer l’autorité, à des rapports de domination différents :
L’attitude du chef (ou leader) et celle du maître, l’autorité naturelle (librement consentie) et l’autoritarisme (subie).

Toute autorité a nécessairement une source (élection dans une démocratie représentative, nomination de responsable dans les structures privées..) mais ce serait une erreur de croire que la légitimité d’une autorité réside uniquement dans sa source. Si la source de l’autorité est une des conditions de sa légitimité, il en existe une autre toute aussi importante : l’efficacité qui renvoie à la manière d’exercer cette autorité.

La légitimité se heurte ici à des limites dans la mesure où elle n’autorise pas à demander une obéissance absolue à n’importe quel commandement.
De plus elle est soumise à des degrés.
La légitimité de l’autorité est donc étroitement associée à l’efficacité et la condition essentielle d’une bonne connaissance de l’efficacité d’une action susceptible d’entraîner une amélioration de celle-ci, c’est l’ouverture à la critique.
Ainsi une autorité qui a tendance à s’isoler et à dériver vers l’autoritarisme voit toujours sa légitimité s’affaiblir. Un pouvoir légitime est un pouvoir capable de rendre des comptes et de se remettre en question face à la critique.

Comment définir cet autoritarisme cause de l’affaiblissement de la légitimité d’une autorité ?
On pourrait le définir comme un attachement obsessionnel à des règles fixes, et l’attitude qu’aucune exception à ces règles ne doit être tolérée de peur de créer un précédent pouvant mener à un relâchement.
L’autoritarisme est incapable de prendre en compte la subjectivité humaine.
On voit là se dessiner les caractéristiques du surveillant de carrière, du puritain, voir du dictateur.
Cette manière d’exercer le pouvoir (ou un certain pouvoir) va à l’encontre de la notion même d’autorité.
L’autoritarisme est l’antithèse de l’autorité véritable.

L’autorité véritable suppose un ascendant moral et un pouvoir de rayonnement de celui qui s’impose aux autres sans contrainte aucune, c’est celle que l’on peut qualifier de charismatique.
Celle-ci exclut de son champ d’action tous moyens ultimes de coercition.
L’autorité véritable est donc une manière d’être, une manière de faire avant d’être un fait bien établi. Elle puise sa légitimité et sa justification dans la reconnaissance de ceux sur qui elle est censée s’exercer. Elle ne peut donc se maintenir que dans la mesure où sa légitimité ne cesse d’être validée par ceux sur qui elle s’exerce.

L’autorité n’est donc pas synonyme de pouvoir dans la mesure où elle s’exerce sur le mode de la reconnaissance et non sur celui de l’obéissance.
Tout recours à la force, à la contrainte, aux moyens de coercitions n’est autre qu’un aveu de faiblesse et un échec de l’autorité.
Un groupe de dirigeants quel qu’il soit et quel que soit le lieu ou s’exerce son « pouvoir » ne peut donc prétendre à la véritable autorité que s’il est capable de s’inscrire dans une dynamique susceptible de faire sens pour tous.


  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16149 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
8 mars
  Publié: 15 avr 2009 à 09:06
Modifié:  15 avr 2009 à 12:43 par Guid'Ô
Citer vertical_align_bottom

Propos forts intéressants, mais j'ose croire que tu ne préconises pas un retour à l'autogestion dont on sait par ailleurs à quoi il a pu conduire..mais l'exercice du pouvoir n'est pas chose aisée...dans l'absolu tu n'as pas tort...

j'aime assez le pouvoir des fleurs

amicalement

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 15 avr 2009 à 09:25 Citer vertical_align_bottom

L'autogestion, c'est un tout autre débat.

J'ai simplement essayé de donner (sans prétention)un éclairage inspiré de la sociologie et de la psychologie sociale de la notion d'autorité.

Amitiés.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Naej  Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
3773 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2008
Dernière connexion
4 mai
  Publié: 15 avr 2009 à 13:35
Modifié:  15 avr 2009 à 17:22 par Naej
Citer vertical_align_bottom

Je n'aurais pas fait mieux même si j'en avais eu envie, ce qui n'est pas le cas, car, par expérience, j'ai souvent constaté que ceux qui exercent le pouvoir pour tout autre chose que l'épanouissement collectif de tous, s'y accrochent comme des berniques sur un rocher quand bien même celui ci serait contesté... Il peut même leur arriver de faire preuve d'une étonnante tolérance après une crise aigüe, durant laquelle un certain nombre de "dégâts co-latéraux" se sont produits, de manière à rétablir une apparence de sérénité, avant de redevenir ce qu'ils ont toujours été : des "fonctionnaires zélés"....

Ton exposé est clair, limpide et sans appel... Naturellement je ne puis qu'y souscrire.

Merci...

  Carpe diem...
dav


Je fais mourir de faim l'amour pour qu'il dévore ce qu'il trouve. (Octavio Paz)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3319 commentaires
Membre depuis
14 mars 2005
Dernière connexion
3 mai
  Publié: 15 avr 2009 à 15:15 Citer vertical_align_bottom


Pareil que naej, un tel exposé ne peut que recueillir ma "souscription"

Une mise au point loin d'être anodine en ces temps troublés ou l'autoritarisme des chefs se double d'un refus total de dialogue et du mépris (voir de l'étouffement, musclé ou insidieux...) de toute opposition.



merci

  L'Art du guerrier consiste à équilibrer la terreur d'être un Homme, avec la merveille d'être un Homme. (assAssin)
Anis Tézian


This is the way the world ends, not with a bang but a whimper.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
322 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2009
Dernière connexion
29 juillet 2019
  Publié: 16 avr 2009 à 07:25 Citer vertical_align_bottom

Très pertinent !
Si possible pourrais tu éclairicir cet "ascendant moral" et "pouvoir de rayonnement" ? Comment tu envisages ceci ?

 
MISTERWEBY


de l'amour à la haine il n'y a qu'un pas...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
3191 commentaires
Membre depuis
29 mai 2002
Dernière connexion
24 février
  Publié: 16 avr 2009 à 08:20 Citer vertical_align_bottom



rien a ajouter...

  Nous autres, poètes, quand nous avons de la peine, au lieu de la chasser, nous lui cherchons un titre [San Antonio]
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 16 avr 2009 à 12:27 Citer vertical_align_bottom

« Ascendant moral » et « pouvoir de rayonnement ».
En fait ces deux expressions renvoient à ce que j’ai appelé l’autorité charismatique (à ne pas prendre au sens strict du terme).
Pour moi celle-ci n’est pas une autorité donneuse d’ordre, c’est une autorité qui s’impose d’elle-même.
Cependant ici l’expression autorité charismatique est à nuancer et surtout à ne pas prendre au pied de la lettre (autorité charismatique du mage, du guide du chef spirituel…) Je l’entends plutôt comme une autorité naturelle et celui qui la possède est désintéressé, dépourvu de vanité et de tout souci de prestige.
C’est une autorité qui s’attache à convaincre plutôt qu’a ordonner.
Les termes ascendant moral et pouvoir de rayonnement doivent être compris ainsi : ils s’appliquent a celui qui est reconnu pour sa sagesse, son impartialité, pour la justesse des ces décisions, pour son empathie et qui de ce fait a un certain pouvoir de rayonnement et est reconnu comme faisant autorité.
Autorité naturelle liée à une manière d’être et de faire et qui n’a pas besoin de contraindre pour s’imposer.

Merci a vous tous.

Amitiés.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Jake Warren


Connaître sa souffrance, funeste curiosité ...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
334 poèmes Liste
198 commentaires
Membre depuis
10 avril 2009
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 16 avr 2009 à 17:14 Citer vertical_align_bottom

cet article que tu as écrit est vraiment extraordinaire c'est le genre d'écriture à enseigner dans les cours de français

  Et le corbeau, immuable, est toujours installé, toujours installé sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ; et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve ; et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ; et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, — jamais plus !
Jake Warren


Connaître sa souffrance, funeste curiosité ...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
334 poèmes Liste
198 commentaires
Membre depuis
10 avril 2009
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 17 avr 2009 à 04:32 Citer vertical_align_bottom

je parlais du style et de la rédaction pas du contenu concernant le " à apprendre dans les écoles " et puis de toute façon je pensais pas à avoir à éclaircir ce point surtout pour toi

je trouve ton attitude puéril envers les autres pour quelqu'un qui critique la jeunesse je trouve que tu ressembles beaucoup aux idiots crédule que je croise quotidiennement au lycée et pour quelqu'un qui ne cesse de dire qu'il se fiche qu'on parle de lui tu essayes beaucoup d'attirer l'attention

tu nies le coté charismatique alors que pourtant c'est une clé de l'autorité quand on pense que napoléon a dominé l'Europe justement de par son charisme qui a rendu ses troupes les plus puissantes et à fais ranger les dirigeants de l'Europe de son coté pendant un moment

  Et le corbeau, immuable, est toujours installé, toujours installé sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ; et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve ; et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ; et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, — jamais plus !
dav


Je fais mourir de faim l'amour pour qu'il dévore ce qu'il trouve. (Octavio Paz)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3319 commentaires
Membre depuis
14 mars 2005
Dernière connexion
3 mai
  Publié: 17 avr 2009 à 05:51 Citer vertical_align_bottom


T'es qui georges... ?

Pourquoi ça se barre quasi systématiquement en sucette dès que tu interviens ?



  L'Art du guerrier consiste à équilibrer la terreur d'être un Homme, avec la merveille d'être un Homme. (assAssin)
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Qu'ai je su de la vie à l'étreinte étouffée, la connaissance ultime, cyclone aux yeux de jade. Bavant nos deux matières en un lit de soies d'ombres.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
303 poèmes Liste
19416 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
27 juin
  Publié: 17 avr 2009 à 06:46 Citer vertical_align_bottom

on se calme sur les attaques persos hein ...

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Jake Warren


Connaître sa souffrance, funeste curiosité ...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
334 poèmes Liste
198 commentaires
Membre depuis
10 avril 2009
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 17 avr 2009 à 07:13 Citer vertical_align_bottom

d'accord moi je vais arrêter parce que je perd mon temps à discuter avec quelqu'un qui ne sait pas discuter

  Et le corbeau, immuable, est toujours installé, toujours installé sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ; et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve ; et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ; et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, — jamais plus !
Roswell
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
52 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2007
Dernière connexion
10 mai 2016
  Publié: 17 avr 2009 à 08:02 Citer vertical_align_bottom

Bonjour,

Tu écris :
"L’autorité d’un homme sur un autre n’est pas naturelle."
N'oublierais tu pas la nature humaine, ses besoins de domination et d'autorité primaires ?

 
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 17 avr 2009 à 12:55 Citer vertical_align_bottom

Dom.
Tout d’abord tes allusions a LPDP en relation avec ce sujet n’engagent que toi, pour ma part je me garderais bien de renter dans ce jeu, ne voulant pas voir rappliquer sous ce post la meute des habituels pleurnicheurs, des faiseurs de procès d’intentions, les pros de la justification et du processus de victimisation.

« La légitimité est LA clef de l'exercice du pouvoir ainsi donné, et lorsqu'elle est issue de la démocratie, elle n'en est que plus forte... »
Je ne suis pas tout a fait d’accord, ta proposition n’est valable que dans le cadre d’un « démocratie idéale » qui à mon sens n’existe nulle part, nos démocraties même les plus avancées sont des démocraties de représentation, des démocraties ou l’on pratique la délégation de pouvoir avec les dérives que l’on connaît.
Certes le pouvoir en place est légitime dans la mesure ou le système, les mécanismes d’accession au pouvoir (élections) sont acceptés par tous, dans la mesure ou les règles du jeu sont intégrés, mais cela n’exclut pas qu’une fois en place un pouvoir quel qu’il soit a besoin pour se maintenir d’être légitimé, ou si tu veux que son action soit approuvée par le plus grand nombre.
Le système peut être légitime, mais un pouvoir issue de ce système, fût-il démocratique, peut lui devenir illégitime. Il y a d’un côté le système qui permet l’accession au pouvoir, et d’autre part le pouvoir lui-même et la manière de l’exercer et les deux sont à différencier du point de vue de la légitimation

« Si tu mélanges les deux définitions, tu fausses la réflexion, car on peut imaginer un pouvoir royal avec la légitimité familial, et un pouvoir exercé de manière tout à fait acceptable du point de vue " qualitatif "... Voir la période des " bons " rois de France... »
Là aussi permet moi d’exprimer quelques doutes.
Le pouvoir royal avait la légitimité divine, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il était légitimé par ceux sur qui il s’exerçait et quand tu parles « de pouvoir exercé de manière tout a fait acceptable » et de la période des « bons roi de France » tu t’inscris dans un vision contemporaine et idéalisée des faits historiques qui par conséquent est faussée.
D’autre part quand on s’inscrit dans une perspective plus globale de l’histoire, force est de reconnaître que le pouvoir royal a largement été désavoué et donc considéré comme illégitime dans de nombreux pays.
Et même dans les pays où elle subsiste la royauté n’a plus aucun pouvoir réel. Elle est légitime dans la mesure où elle est encore tolérée dans certains pays mais le système qui allait avec, lui a été abolie et a donc perdu toute légitimité.

« Si on est dans un système démocratique la légitimité ne s'affaiblie pas puisque c'est le peuple qui décide... »
Le peuple qui décide, permet moi d’être un peu dubitatif a ce sujet. Le peuple élit certes ses représentants mais de là à dire que c’est le peuple qui décide…. Mais ça c’est une autre sujet.
Par contre une fois les représentants élus par le peuple, rien ne s’oppose à ce que leur légitimité soit remise en cause. Le simple fait d’être élu ne confère pas nécessairement une légitimité à toute épreuve, le cadre démocratique conférant une légitimité au système mais pas nécessairement aux agents de ce système.


« Mais si ! L'autorité est synonyme de pouvoir sinon elle n'a aucun sens pratique... »
Alors là je ne suis pas d’accord du tout avec toi.
L’autorité n’est pas forcement le pouvoir et un pouvoir quel qu’il soit peut très bien ne pas avoir d’autorité.
Le pouvoir puise justement l’autorité nécessaire pour contrer toute velléités dans la légitimité. Sans légitimité pas ou très peu d’autorité et par conséquent pouvoir affaibli.
Ces trois notions sont étroitement liées, mais il ne faut pas pour autant les confondre, ce sont des notions différentes.

Georges.
« L'autorité "charismatique ! " c'est quoi cette expression ubuesque »
Cette notion que tu qualifies d’ubuesque a été introduite par le père fondateur de la sociologie Allemande, Max Weber.
Ce dernier distinguait trois types d’autorité :
L’autorité rationnelle fondée sur le droit, l’autorité traditionnelle reposant sue les traditions et enfin l’autorité charismatique fondée sue la valeur exemplaire d’une personne, (voilà sans vouloir trop rentrer dans les détails).
Ces trois types étant évidement des constructions théorique, la sociologie a souvent recours à ce type de construction théorique pour tenter de rendre compte de la réalité.
Weber a fait une analyse de la bureaucratie à l’aide de cet idéal-type.

Roswell, j’ai surtout envisagé ces trois notions sous l’angle d’échanges et de relations sociales, c’est la dimension sociale de l’individu qui est prise en compte ici.
Ces trois notions ne peuvent se comprendre que dans le contexte de la relation sociale.
La nature humaine est un attribut, alors que les notions d’autorité de pouvoir ne sont pas des attributs mais des relations entre humains ou entres groupes d’humains.

Angedéchu666, merci pour ton appréciation. Pour le reste ne t’en fait pas, si tu restes assez longtemps sur ce site tu en verras d’autres à mon avis, en tout cas bienvenue parmi nous.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Jake Warren


Connaître sa souffrance, funeste curiosité ...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
334 poèmes Liste
198 commentaires
Membre depuis
10 avril 2009
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 17 avr 2009 à 14:05 Citer vertical_align_bottom

concernant le fait de l'autorité naturelle de l'homme

je ferai remarqué que chez toutes les groupes d'animaux
de la famille de gorille à la meute de loup en passant par les assemblées de lion et d'éléphant

tous ont un chef qui est en général le plus fort
d'où ma conclusion : une société rangé sous l'autorité d'une personne ou d'un groupe de personne n'est pas pleinement civilisés cr elle garde cet aspect animal de protection et de survie

  Et le corbeau, immuable, est toujours installé, toujours installé sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ; et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve ; et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ; et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, — jamais plus !
Naej  Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
3773 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2008
Dernière connexion
4 mai
  Publié: 17 avr 2009 à 16:35 Citer vertical_align_bottom

Ma doué beniguet ! comme on dit chez moi !!! C'est vraiment désolant de voir un si bel exposé partir en "coui--e" avec des propos aussi... "rocambolesques"...

Patrick, encore merci...

  Carpe diem...
chatnoirmeshommages

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
213 poèmes Liste
1325 commentaires
Membre depuis
26 mars 2008
Dernière connexion
15 décembre 2017
  Publié: 17 avr 2009 à 17:37 Citer vertical_align_bottom

Citation de Jephtan

En partant de là je me dis que de tout temps, l'homme, et plus spécifiquement, les groupes d'hommes se sont hiérarchisés.
La théorie générale de Darwin me parait valable : c'est le plus fort qui gagne.
Et c'est vrai (ça va encore ouvrir un débat... mais non...). C'est toujours celui qui savait le mieux tirer partie de son environnement, de son savoir, de sa force physique mentale et tout ce qu'on veut qui s'est placé au-dessus des autres.
C'est logique après tout.
C'est le plus apte qui est le plus apte.




Le problème est que justement, pourquoi faut il des gagnants?.

  barbant et embourbé
Jake Warren


Connaître sa souffrance, funeste curiosité ...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
334 poèmes Liste
198 commentaires
Membre depuis
10 avril 2009
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 18 avr 2009 à 03:30 Citer vertical_align_bottom

parfaitement d'accord avec toi anxiété social

  Et le corbeau, immuable, est toujours installé, toujours installé sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ; et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve ; et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ; et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, — jamais plus !
Jake Warren


Connaître sa souffrance, funeste curiosité ...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
334 poèmes Liste
198 commentaires
Membre depuis
10 avril 2009
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 18 avr 2009 à 06:40 Citer vertical_align_bottom

dom1 je pense que tu peux sonder et te rendre compte que les élections ne sont pas toujours suivies , en effet seul les gens inscrits sur les listes peuvent voter , donc ça enlève un certain pourcentage ensuite tu enlèves les votes blanc et ceux qui ne sont pas venu voter ,et là tu obtiens ce que moi j'appelle le doute raisonnable sur la légitimité d'un pouvoir enfin moi je dis çà ...

  Et le corbeau, immuable, est toujours installé, toujours installé sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ; et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve ; et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ; et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, — jamais plus !
Jake Warren


Connaître sa souffrance, funeste curiosité ...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
334 poèmes Liste
198 commentaires
Membre depuis
10 avril 2009
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 18 avr 2009 à 08:23 Citer vertical_align_bottom

oh je ne critique pas la légitimité du pouvoir après tout c'est tout de même plus légitime d'avoir un président qu'un despote ou un roi , je soutien juste qu'une autorité comme celle là est contestable et pas tout à fait légitime , il n'y pas de critique il n'y a là qu'un constat

  Et le corbeau, immuable, est toujours installé, toujours installé sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ; et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve ; et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ; et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, — jamais plus !
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3117
Réponses: 23
Réponses uniques: 11
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0534] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.