Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 35
Invisible : 0
Total : 39
· frank .T · ALPETE LION · RiagalenArtem
Équipe de gestion
· Ashimati
13461 membres inscrits

Montréal: 16 juin 12:28:13
Paris: 16 juin 18:28:13
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Théâtre & Scénario :: Suprise-surprises acte I I scène 2 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ne m'approchez pas, je pique.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
456 poèmes Liste
14975 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
15 juin
  Publié: 20 mars 2020 à 17:07
Modifié:  22 mars 2020 à 06:18 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page



Scène 2

Les jeunes sont entrés dans l’atelier, Carole et Flore en sortent avec des airs de conspiratrices et tiennent un conciliabule.

Flore : — À quelle heure c’est prévu ?

Carole : — Là, maintenant, enfin, dans un quart d’heure au plus.

Flore : — Franchement j’ai un doute…

Carole : — Quoi ??

Flore : — Tu crois que ça plaira à Liliane ?

Carole : — Bien sûr ! C’est une esthète, elle va adorer !

Flore : — Oui, mais ce n’est pas forcément son goût…

Carole : — Comment, mais regarde sa peinture (elle désigne les toiles disposées dans le vestibule), c’est vibrant, c’est charnel !

Flore : — Oui, mais c’est abstrait. Là on est dans le concret.

Carole : — Fais moi confiance. Tous les invités ont contribué, pour Liliane ce sera… une expérience plastique !

Flore, songeuse : — Plastique… C’est plastique des strip-teaseurs ?

Carole : — Mais complètement ! Absolument ! C’est comme un nu qui bouge ! Je ne serais pas étonnée qu’elle saisisse un fusain !

Flore : — Tu crois ? Un fusain ?

Carole : — Oui, pour saisir l’instant !

Flore : — Bigre.

Carole : — Tu imagines, elle prend le fusain à pleine mains, elle croque !

Flore : — Noooon ?

Carole : — Mais bien sûr qu’elle croque ! Qui a-t-il de plus beau qu’un croquis d’après nature ?

Flore : — C’est vrai… Mais il me semble que dans cette prestation, il y a un peu de vulgarité. Après tout un strip-tease c’est un show…

Liliane déboule de sa chambre dans une tenue austère.

Liliane : — Show ? Mais de quoi parlez-vous ?

Flore : — De ton cadeau.

Carole lui fait signe de se taire.

Flore, passant outre : — Que dirais tu d’un intermède ?

Liliane : — Ho, je t’avoue que ce soir j’ai eu à peu près tout. Si on pouvait mettre moins de bougies que d’années sur mon gâteau, ça m’éviterait de manger de la cire. Un intermède ? Quelle charmante idée !

Flore : — Je parle d’une prestation dansée. Un peu spéciale.

Liliane : — Un ballet ?

Carole : — Oui, c’est un peu ça, un ballet contemporain.

Liliane : — Ma foi, j’ai vu Robert danser, c’est déjà une sorte de performance. Comment fait-il pour être toujours à contre-temps ?

Flore : — Mon mari a l’art du contre-temps. Donc, pour te réjouir, Carole a fait venir des professionnels.

Carole : — Oui, des danseurs compétents, des bons. Tu vas voir, ils savent chauffer une salle.

Liliane : — Super !

Flore, grave : — Ce sont des strip-teasers, Liliane.

Liliane, distraite : — Ah génial, j’ai hâte !

Flore : — Des hommes, qui se déshabillent…

Liliane : — Hein ?

Carole : — Ha mais des bons ! Les plus réputés de Paris !

Liliane : — Ha mais non !

Carole : — Ça ne te plaît pas ?

Flore : — Tu vois, Carole !

Liliane : — Enfin ! Si on était entre nous je ne dis pas, mais avec les enfants ! Déjà que leur père a totalement démissionné, ce serait une cata ! (à part) Je n’ai plus aucun contrôle sur rien ! Reprends-toi ma fille, reprends-toi ! (à Carole et Flore) Il n’en est pas question ! Décommandez-moi ces jeunes gens !

Carole, piteuse : — Bon, d’accord, mais je crains qu’ils ne soient en route… Quel dommage, enfin…

On sonne vigoureusement à la porte. Carole se précipite, Liliane l’écarte d’un geste souverain.

Liliane : — Laisse, je m’en charge.

Elle ouvre la porte. Deux hommes en uniforme de la police sont sur le palier.

Liliane : — Messieurs, je suis désolée mais ce ne sera pas possible. Une autre fois, croyez-moi, je vous aurais accueillis les bras ouverts, mais vous ne pourrez, ce soir, faire votre prestation. Vous serez rémunérés, bien sûr, comme convenu.

Policier 1 : — Madame, êtes-vous la propriétaire ou la locataire de cet appartement ?

Liliane : — Oui et c’est mon anniversaire !

Policier 2 : — Justement, on nous a mandatés…

Liliane : — Je sais, je sais, mais vous ne pourrez exercer votre art ce soir. Je le regrette car vous êtes tous les deux fort charmants et votre uniforme vous va à ravir. Cependant je dois vous prévenir qu’il y a ici des personnes que votre présence pourrait choquer.

Policier 1 : — Vos voisins nous ont signalé un trouble à l’ordre public, Madame.

Liliane à Carole : — Ils sont bien ! Très jolis ! Très pros !

(aux policiers) — Messieurs j’ai bien conscience que vous vous êtes déplacés, que l’on vous a confié une mission et nous ne serons pas ingrates (elle prend son sac et sort des billets). Tenez (elle leur fourre des billets dans le pantalon). Voilà… désolée, j’aurai aimé en voir davantage mais voilà, ce n’est pas le moment.

Carole : — C’est quand même dommage… enfin, désolée messieurs…

Flore : — On espère vous revoir…

Policier 2 : — Si le bruit ne cesse pas et qu’on est obligés de revenir ce sera une amende.

Carole : — Une amende ? Chouette ! Un gage en somme ?
(à Flore) Tu crois que leur uniforme tient avec des velcros ?

Flore : — Oui mais bon, si on tire dessus ils demanderont plus cher… Mieux vaut en rester là.

Policier 1, récupérant les billets dans son pantalon : — Madame, j’espère que ne nous n’aurons pas à revenir.

Liliane : — Une autre fois, j’espère. Vous semblez très… plastiques.

Carole à Flore : — Tu vois ! Mais c'est tout de même bizarre... Ils ne ressemblent pas du tout aux hommes que j'avais choisis...



Par Aude Doiderose et Adamantine

  Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
268 poèmes Liste
3818 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
12 mai
  Publié: 20 mars 2020 à 20:31
Modifié:  20 mars 2020 à 20:46 par La Brune Colombe
Citer     Aller en bas de page


Nan mais faut doser le quiproquo les filles..j’ai failli me faire dessus avec vos bêtises..!

j’ai changé mes draps ce matin tout de même..je tiens à le préciser.

...Du coup je vais boycotter la buvette jusqu’à la prochaine scène..c’est plus sûr

PS : la dernière réplique possède un petit pépin..bien qu’elle reste bien juteuse. C’est frustrant..comme le raisin.
Je vais peut-être songer à postuler pour être correctrice moi..vous avez de la place ?



 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ne m'approchez pas, je pique.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
456 poèmes Liste
14975 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
15 juin
  Publié: 21 mars 2020 à 02:26 Citer     Aller en bas de page

Mea Culpa ! J'ai ajouté cette phrase au dernier moment (j'espère que Aude ne m'en voudra pas) et mon du est devenu de.
Merci pour ta fidélité, tu auras ta place réservée en "carré or" pour la première de la pièce.

  Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
13012 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
16 juin
  Publié: 21 mars 2020 à 04:43 Citer     Aller en bas de page

Ça me plaisait bien moi le spectacle prévu...

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
241 poèmes Liste
3029 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
23 mai
  Publié: 21 mars 2020 à 08:45 Citer     Aller en bas de page

Voilà un bon quiproquo et une affaire qui se corse... Avec vous deux, faut s'attendre à tout !

Et toi Isa, arrête de mâter dans ton coin, non mais ! Attends la suite, comme les copains...

Allez les filles, aux fourneaux ou devrais-je dire " à la buvette " ? Oui, je crois !

Merci pour cette bonne humeur à partager sans modération



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22971 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
16 juin
  Publié: 21 mars 2020 à 09:29 Citer     Aller en bas de page

Citation de La Brune Colombe

Nan mais faut doser le quiproquo les filles..j’ai failli me faire dessus avec vos bêtises..!

j’ai changé mes draps ce matin tout de même..je tiens à le préciser.

...Du coup je vais boycotter la buvette jusqu’à la prochaine scène..c’est plus sûr

PS : la dernière réplique possède un petit pépin..bien qu’elle reste bien juteuse. C’est frustrant..comme le raisin.
Je vais peut-être songer à postuler pour être correctrice moi..vous avez de la place ?





Ha mais le quiproquo c'est la base !
Je te nomme correctrice honoraire, Brune Colombe ! J'en ai bien besoin, moi (d'une correction).

Citation de Maschoune
Ça me plaisait bien moi le spectacle prévu..



C'est une pièce tous publics ma chère ! On ratisse large, ma co-auteure et moi.

Citation de Mawrhingue
Voilà un bon quiproquo et une affaire qui se corse... Avec vous deux, faut s'attendre à tout !

Et toi Isa, arrête de mâter dans ton coin, non mais ! Attends la suite, comme les copains...

Allez les filles, aux fourneaux ou devrais-je dire " à la buvette " ? Oui, je crois !

Merci pour cette bonne humeur à partager sans modération



Mawr



Comment tu sais que je n'écris de théâtre qu'à partir de 2 grammes ?

Merci de ta lecture, on continue ! (sans changer d'acte)

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ne m'approchez pas, je pique.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
456 poèmes Liste
14975 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
15 juin
  Publié: 21 mars 2020 à 11:14 Citer     Aller en bas de page

Merci ! Vous aurez toutes des places pour la première !

  Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
268 poèmes Liste
3818 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
12 mai
  Publié: 21 mars 2020 à 12:45
Modifié:  21 mars 2020 à 14:21 par La Brune Colombe
Citer     Aller en bas de page

Citation de Adamantine
Mea Culpa ! J'ai ajouté cette phrase au dernier moment (j'espère que Aude ne m'en voudra pas) et mon du est devenu de.
Merci pour ta fidélité, tu auras ta place réservée en "carré or" pour la première de la pièce.



Je n’en demandais pas tant ! Tu m’offrais le rôle de la jeune étudiante, ça me suffisait..



Aude,

« Ha mais le quiproquo c'est la base !
Je te nomme correctrice honoraire, Brune Colombe ! J'en ai bien besoin, moi (d'une correction). »

Soit ! On pourrait partir sur une correction..honorable

Faudra qu’on se mette d’accord sur le martinet..la matinée ! La matinée..qui nous conviendrait.

Par contre, je te préviens, j’ai un tarif assez serré..c’est ma condition d’étudiante qui veut ça.



 
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
435 poèmes Liste
4916 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 31 mars 2020 à 11:57 Citer     Aller en bas de page

ça me plait toujours autant, alors je vais aller lire la scène suivante

  Pichardin
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ne m'approchez pas, je pique.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
456 poèmes Liste
14975 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
15 juin
  Publié: 2 avr 2020 à 09:40 Citer     Aller en bas de page

La brune colombe, pichardin

  Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 838
Réponses: 9
Réponses uniques: 6
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0295] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.