Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 41
Invisible : 0
Total : 43
· datura.✿ · In Poésie
13268 membres inscrits

Montréal: 22 sept 11:14:01
Paris: 22 sept 17:14:01
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Le Petit Eléphant Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Essence-fugace


Entre draps et ciel, deux corps en suspension...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
453 commentaires
Membre depuis
22 avril 2004
Dernière connexion
21 décembre 2017
  Publié: 15 nov 2006 à 16:47
Modifié:  15 nov 2006 à 16:48 par Essence-fugace
Citer     Aller en bas de page

Le Petit Elephant (fable)

Un petit éléphant, malheureux et perdu,
Errant dans la savane,
Recherche un ami à qui confier son vécu
Et la douleur qui lui martèle le crâne.

Plusieurs jours, plusieurs nuits,
Il marche pour trouver un généreux ami.
Arrivé près d’un arbre, le matin très tôt,
Où dormait profondément un guépard ronflant,
Le petit éléphant reprend espoir immédiatement :
« Voilà ce qu’il me faut ! »
Ignorant le danger,
Il se précipite le guépard réveiller.
L’animal prédateur,
Appréciant guère d’être ainsi dérangé,
Montre ses longs crocs à l’inconnu effrayé.
Le petit éléphant, retrouvant sa vigueur,
Lui demande alors :
« O guépard, comme je suis triste, mon ami !
Triste, seul, mal, et tellement plus encore.
J’ai besoin de quelqu’un qui me soit tout ouïe. »
Le guépard soupçonneux,
Demande à l’éléphant :
« Qu’arrive-t-il donc à ce petit malheureux ? »
Ravi de trouver enfin oreille écoutant
Son récit, l’éléphanteau conte longuement
Le massacre de sa famille par des blancs.
A peine attendri à la fin de son histoire,
Le prédateur lui dit :
« Ah, ah ! Il va falloir
Que tu changes tout de suite d’attitude.
Tu cherches des amis
Et tu sembles haïr ta pauvre solitude,
Mais arrête de pleurer, tu les feras fuir. »
Blessé et déçu, l’éléphant ainsi s’en va,
Et par un mal différent se laisse envahir.
Un peu loin dans la plaine,
Il rencontre une souris et saisit l’aubaine.
« Bonjour madame la souris,
Mon histoire n’est certes rose, mais voilà,
J’aurais aimé que vous deveniez mon amie. »
Nullement intéressé, le petit rongeur
S’en retourne chez lui,
Dans son trou tranquillement, et laisse pantois
Le petit pachyderme qui n’en revient pas.
Il continue sa route, un peu étourdi.
Une lionne affamée chassant la gazelle,
Lui apparaît une occasion assez belle
De tenter une nouvelle fois sa chance.
Mangeant goulûment sa fraîche proie, la lionne,
Que parler, préfère se remplir la panse.
Sans perdre courage,
L’éléphant essaie mais l’animal ronchonne.
Et finalement, après maintes réflexions,
Ne trouvant d’ailleurs de meilleure solution,
Il se décide à retourner voir le guépard.
L’apercevant sous son arbre, il va vers lui.
« Eh, eh ! dis-moi comment me faire des amis. »
L’animal lui donne, avec force détails, l’art
Dont il a tant besoin.
L’éléphanteau change donc son cœur de douleur
Par un tendre et joli sourire d’Arlequin.
Toute la savane finit par adorer
Ce joyeux compagnon,
Qui les faisait bien rire et beaucoup jouer.
Et l’éléphant leur paraissait d’esprit si bon,
Qu’ils se jurèrent tous ses amis les meilleurs.

Ainsi, tant que tu es de joyeuse humeur,
Et qu'aucune tristesse ne vient sur ton cœur,
D’amis tu compteras,
Autant que tu voudras.

  Misère et Décadence d'une Vie [ que je voulais ] Sans Présence
Essence-fugace


Entre draps et ciel, deux corps en suspension...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
453 commentaires
Membre depuis
22 avril 2004
Dernière connexion
21 décembre 2017
  Publié: 17 nov 2006 à 18:46 Citer     Aller en bas de page

Pour être sincère, moi non plus je ne pense pas comme ça, c'était un travail imposé au lycée et puis bon... je n'étais pas inspirée.

  Misère et Décadence d'une Vie [ que je voulais ] Sans Présence
Onyme
Impossible d'afficher l'image
Quoi qu'il arrive, on en sort un peu plus fort ...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
242 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2003
Dernière connexion
14 octobre 2018
  Publié: 13 déc 2006 à 21:53 Citer     Aller en bas de page


IL s'agit d'un texte que j'ai apprécié aussi


Francis

  Sans cesse a la recherche, on fini par se trouver un peu plus ...
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
302 poèmes Liste
19060 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
18 septembre
  Publié: 23 avr 2010 à 16:53 Citer     Aller en bas de page

elle est excellente ta fable ! et si juste

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1600
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0209] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.