Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 117
Invisible : 0
Total : 117
13208 membres inscrits

Montréal: 30 sept 19:09:11
Paris: 1er oct 01:09:11
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Les peurs qui trahissent. vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Bélial
Impossible d'afficher l'image
C’est dans le néant que la vie reprend son sens !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
100 poèmes Liste
1426 commentaires
Membre depuis
29 février 2004
Dernière connexion
8 avril 2005
  Publié: 27 jan 2005 à 00:49
Modifié:  5 avr 2010 à 09:36 par Lunastrelle
Citer vertical_align_bottom

Chaque jour ce poids sur mes frêles épaules.
Atrophie en moi le goût à l’espérance.
M’abaissant encore plus bas tel un vieux saule.
Enchérissant mon appétit pour la vengeance.


J’envie ceux dont appelle prématurément le trépas.
Délivrant leurs morales des griffes de la bête.
Quitter à jamais le royaume du sabbat.
Je n’ai plus vraiment le cœur à la fête.

Je revêts les rideaux de l’ombre.
Être une fois de plus inaperçu.
M’éloigner de ses jours sombres.
D’un monde aux troublantes avenues.

Ainsi je ne vois plus les profondes blessures.
Fuyant les moindres éclats de lumières.
Complaisez-vous de mes meurtrissures.
J’exhausse du coup vos moindres prières.

Vous dites opter pour la compassion.
Vers un bonheur empli de sagesse.
N’ayant le contrôle sur vos émotions.
Vous commettez les pires bassesses.

Selon vous j’aurais franchi les bornes.
Celles vous angoissant tard le soir.
Vous m’identifiez aux anges à cornes.
Ces monstres hantant vos mémoires.

  La beauté viens des yeux qui la regarde!
Bélial
Impossible d'afficher l'image
C’est dans le néant que la vie reprend son sens !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
100 poèmes Liste
1426 commentaires
Membre depuis
29 février 2004
Dernière connexion
8 avril 2005
  Publié: 28 jan 2005 à 00:17 Citer vertical_align_bottom


Merci chère Poucine pour ta présence et ton appui !

Un gros juste pour toi !

Mésange,
Je suis heureux que ce texte te touche et j'espère recevoir ta visite prochainement sur d'autres de mes écrits!

Amitié partagé et bien à toi !

  La beauté viens des yeux qui la regarde!
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
4326 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
22 septembre
  Publié: 28 jan 2005 à 07:17 Citer vertical_align_bottom

Quand la vie prend un goût bien amer.

Un texte qui fait mal.

A bientôt
Myo

 
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5973 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
21 juin 2021
  Publié: 28 jan 2005 à 15:17 Citer vertical_align_bottom

Oui moi aussi ça m'a fait comme une boule dans la gorge! Ce poème est touchant Bélial!

Je te souhaite beaucoup de courage!

Amicalement!

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
Bélial
Impossible d'afficher l'image
C’est dans le néant que la vie reprend son sens !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
100 poèmes Liste
1426 commentaires
Membre depuis
29 février 2004
Dernière connexion
8 avril 2005
  Publié: 29 jan 2005 à 08:32 Citer vertical_align_bottom


Chère Myo,
C’est un plaisir de recevoir ta visite et oui la vie laisse des goûts amers.

Bien à toi !


Cher Saphariel,
Merci pour ta visite et ton partage.

Bien à toi !


Cher Yvano,
Le courage y est mon cher…. Mais le poids aussi !

Bien à toi !


Merci à vous tous, âmes sensibles !

  La beauté viens des yeux qui la regarde!
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1048
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0185] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.