Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 13
Invisible : 0
Total : 13
13360 membres inscrits

Montréal: 26 sept 18:59:57
Paris: 27 sept 00:59:57
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: En silence, je vous prie. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
R.


*Yeux gris*
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
993 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2005
Dernière connexion
24 septembre 2020
  Publié: 18 oct 2007 à 23:36 Citer     Aller en bas de page

Poussière au bord de lèvres,
Il faudrait sourire ou pleurer
Pour faire couler ces rêves,
Aux couleurs déjà délavées.

J’ai déchiré ton corps
Brisé tous tes os
Mais ton image est restée.

Je me suis crevé les yeux
Pour oublier les tiens
Mais j’ai gardé ton parfum.

Comme un pantin sans fil
Je trébuche sur scène,
Sous les rires imbéciles
De ces spectateurs obscènes,

Ces crétins insipides
Qui vivent le cœur vide,
Mais la tête à l’envers
Pleine de plaisirs pervers.

Et je lève mon doigt à ces fous :
Qu’ils crèvent tous à genoux !

Puisque je suis tombé sans tes mains,
Puisque mon cœur s’effrite au matin
Puisque je ne pleurerai jamais plus
Puisque la nuit n’a plus de raison d’être vue,

Qu’ils crèvent tous à genoux,
Qu’ils crèvent tous je m’en fous,
Mais en silence je vous prie,
En silence, sans un bruit.

 
Idem


C'est beau un arbre dans un cimetière : on dirait un cercueil qui pousse
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
51 poèmes Liste
2032 commentaires
Membre depuis
19 juin 2002
Dernière connexion
11 juin
  Publié: 19 oct 2007 à 05:17 Citer     Aller en bas de page

Sur la pointe des pieds
de ce pas, je viens glisser
ma contribution à te citer
ce récit j'ai apprécié

  Ne vous emmerdez plus, emmerdez les autres.
Mademoiselle Phébus


Just let me fall out the window with confetti in my hair. (Tom Waits)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
1548 commentaires
Membre depuis
9 mars 2005
Dernière connexion
8 mars 2020
  Publié: 14 nov 2007 à 15:52 Citer     Aller en bas de page


  (Là-haut l'absence entière et le bleu charbonnant.) Par le jour se levaient des géants tristes, un violon en carton-pâte sous le rêve. (Fernand O. -Le Soleil sous la mort)
Marie-Michelle


Je t'aime.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
84 poèmes Liste
780 commentaires
Membre depuis
21 avril 2006
Dernière connexion
15 novembre 2011
  Publié: 22 déc 2007 à 22:16 Citer     Aller en bas de page

< Je me suis crevé les yeux
Pour oublier les tiens
Mais j’ai gardé ton parfum. >



(J'ai aussi gardé son parfum ... Mais chuuut ...)

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3333
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Si j'écoutais tout ce qu'on raconte... (Nouvelles littéraires)
Auteur : Rouge

 

 
Cette page a été générée en [0,0206] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.