Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 34
Invisible : 0
Total : 34
13208 membres inscrits

Montréal: 25 sept 00:50:34
Paris: 25 sept 06:50:34
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: L’écorchure vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Bélial
Impossible d'afficher l'image
C’est dans le néant que la vie reprend son sens !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
100 poèmes Liste
1426 commentaires
Membre depuis
29 février 2004
Dernière connexion
8 avril 2005
  Publié: 29 mars 2005 à 08:38
Modifié:  13 août 2009 à 19:27 par Mencita Monoï Angel
Citer vertical_align_bottom

Je m’assois enveloppé de noirceur.
De caveaux portés en escortes.
Sur mon front baigné par la sueur.
Emprisonnés en ma chevelure morte.

Sous ma chair voilée en fines larmes.
De rêves noyés, d’enfances bafouées.
Sur l’écueil, en squelette les vacarmes.
Tambourinent sur mon âme délavée.

Au refrain de ma voix désuète.
Mes pleurs s’alourdissent de suies.
S ‘évadant en ballades muettes.

Ma dépouille gît en intime boudoir.
Et secrètement au voile de la nuit.
Se goinfrent les papillons noirs.

  La beauté viens des yeux qui la regarde!
L'intrus


L’âme des morts hurle dans mes mots…
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
7 poèmes Liste
226 commentaires
Membre depuis
1er mars 2005
Dernière connexion
31 octobre 2005
  Publié: 29 mars 2005 à 08:50 Citer vertical_align_bottom

L'écorchure, oui, c'est tout à fait ça!

J'aime ce genre de poème, noir et glacial.

L'intrus.

  Moi? C'est vous en moi, mais pas comme vous...
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
6503 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 29 mars 2005 à 09:11 Citer vertical_align_bottom

" de caveaux portés en escortes" je suis figé par la beauté de ce vers glacial mais l'image est si puissante, ton univers poétique si fantomatique qu'il m'attire par mon goût du mystère, de l'inconnu, toujours à découvrir.
merci à toi
jc

  Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
atouthasard


La vie est écrite dans les mots c'est mon trésor et mon tombeau (Gilles Vigneault)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
249 poèmes Liste
1534 commentaires
Membre depuis
14 octobre 2004
Dernière connexion
13 juin 2013
  Publié: 29 mars 2005 à 10:29 Citer vertical_align_bottom

Tout un texte Bélial
Et secrètement au voile de la nuit.
Se goinfrent les papillons noirs

Amitiés Réal

 
Bélial
Impossible d'afficher l'image
C’est dans le néant que la vie reprend son sens !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
100 poèmes Liste
1426 commentaires
Membre depuis
29 février 2004
Dernière connexion
8 avril 2005
  Publié: 29 mars 2005 à 20:02 Citer vertical_align_bottom


Merci chers amis pour votre gentillesse, vos commentaires me touche vraiment et je tenterai de maintenir cet aspect lugubre que vous apprécier tant.

Bien à vous tous !

  La beauté viens des yeux qui la regarde!
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1593
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0183] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.