Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 99
Invisible : 0
Total : 99
13210 membres inscrits

Montréal: 1er oct 23:35:18
Paris: 2 oct 05:35:18
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Aventure... vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Meg


la vie est une rose dont les pétales sont les rèves et les épines la réalitée
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
6 poèmes Liste
51 commentaires
Membre depuis
25 novembre 2005
Dernière connexion
27 décembre 2007
  Publié: 20 juil 2007 à 08:17
Modifié:  5 nov 2010 à 13:48 par Lunastrelle
Citer vertical_align_bottom

Dans le château de mon oncle…

Un matin pluvieux je décidai de monter dans ce vieux grenier dans lequel ma mère m’eut toujours interdit d’y aller. Arrivée dans le grenier munie de ma lampe de poche et de mon couteau suisse, qu’il faut bien avouer allait me servir, je fouillai partout à la recherche de la lettre de mon aïeul et grâce à mes recherches intensives dans la grande bibliothèque du château je la trouvai rapidement. Après avoir scrupuleusement observé l’enveloppe je la mis dans ma poche quand derrière moi j’entendis le sarcastique ricanement de mon oncle. Ce ricanement qui me fit comprendre que tout comme moi il cherchait le trésor. Il s’approcha de moi à grand pas, cherchant à me prendre la lettre. Plus il avançait, plus je reculais. Arrivée au mur sa main me prit à la gorge, je sentis mon cœur battre à tout rompre. Ma tête devient lourde, très lourde puis repensant à mon couteau suisse, je m’en saisis vivement. Le dernier souvenir que j’eus fut celui de mon arme prête à pénétrer sa trachée.


Toujours dans le grenier…

Le premier son que j’entendis en me réveillant fut celui de ma mère qui criait mon nom dans tout le château. Rassemblant mes forces, je me levai, jetant un regard de dégoût au cadavre de mon oncle. Je me mis à descendre la volée de marches qui le séparait du salon. Ma mère voyant mes yeux vitreux et la marque violette sur mon cou me prit dans ses bras et m’emporta dans ma chambre, sans dire un mot. Ce qu’elle fit ensuite je ne le sus pas tout de suite.
Ouvrant mes volets je vis une voiture de police ainsi qu’une camionnette de la morgue. Je pris conscience de la mort de mon oncle. Sur ses dernières constatations je fondis en larmes.
L’image que le policier eut de moi fut celle de quelqu’un de pitoyable.
Une longue série d’interrogatoires s’ensuivit.



Une semaine plus tard, dans le salon…

« -Je m’en fiche royalement ! Je vais partir à la recherche de ce trésor et je le retrouverai !
Nous étions ma mère et moi dans le salon en train de discuter sur ma chasse au trésor.

- C’est strictement hors de question ! Et puis il se peut qu’il n’y ait pas de trésor !

-Et la tentative de meurtre, tu en fais quoi ! Mon oncle se serait donné le plaisir de me tuer pour le plaisir ?

Ma mère face à cet argument de poids et face à ma détermination farouche ne put que me laisser partir.

-D’accord…J’accepte à une seule condition, que tu emmène Balou avec toi ! »

A l’appel de son nom le berger allemand rappliqua et aboya joyeusement, sans doute la perspective de cette aventure lui plaisait elle ?



Deux jours plus tard…

Six heures du matin fut l’heure à laquelle je me levai, prête à partir à la recherche du trésor de Rackhame le rouge. Je pris une douche rapidement et avalai un petit déjeuner. Je rejoignis ma mère dans le salon, celle-ci semblait nerveuse, elle se tortillait les doigts comme dans un grand moment de stress. M'asseyant sur le siège en face d’elle je la regardais longuement, espérant qu’elle n’avait pas changé d’avis à propos du voyage. Un sourire las sur le coin des lèvres elle me donna le billet de train qui devait m’emmener vers le trésor.





Je mettrai la suite si je vois que ça en vaut la peine ^^

Meg...

  il aimait la mort elle aimait la vie il vivait pour elle elle est morte pour lui...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1871
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0163] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.