Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 20
Invisible : 0
Total : 21
Équipe de gestion
· Catwoman
13323 membres inscrits

Montréal: 14 mai 01:00:27
Paris: 14 mai 07:00:27
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Guerre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 31 août 2006 à 17:10
Modifié:  31 août 2006 à 17:11 par Julie
Citer     Aller en bas de page

Guerre


Des balles qui sifflent le début de la partie.

Un homme à terre.
Puis deux.

Quelques secondes.
...

Une avalanche de morts.
Personne n'y comprend rien.
Il n'y a pas de règle du jeu.


Un éclat d'obus
Un coup de fusil

Transpercent la nuit.
...

Une erreur à chaque détonation.
Des ratures plein le visage.
Perdus dans le fer et le sang.


La folie qui nous toise.
L'Enfer qui s'installe

Nous lui serrons la main.
...

C'est la rage qui nous guide.
Les yeux de la haine...
Nous inventent des ennemis à tuer.


Essoufflé par un effort effréné
Et cette odeur infâme qui plane...

Des cris stridents
...

Et par dessus le corps de nos frères inconnus,
Morts pour la patrie,
Le désespoir qui retombe.


Seuls au monde,
Dans un bruit sourd.

Et le temps s'arrête
...

Nous ne sommes plus des hommes
Nos mains pleines du sang
D'innocents qui nous ressemblent.


L'envie irrépressible de vomir
A la vue du carnage.

Pourquoi ?
...

Nous n'entendons plus rien...
Et ce silence écrase nos espoirs...
La tête vidée par la force... Le coeur gorgé de larmes...

Nous n'aurons pas d'avenir,
Car nous nous sommes tous perdus durant la bataille.

Aucun survivant à cette hécatombe,

Aucun
...

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
Zombrelina

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
12 commentaires
Membre depuis
7 août 2006
Dernière connexion
6 juin 2016
  Publié: 1er sept 2006 à 05:54 Citer     Aller en bas de page

Triste Réalité...

 
Grincheux


Un homme n'est vieux que quand les regrets ont pris chez lui la place des rêves. John Barrymore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
214 commentaires
Membre depuis
5 septembre 2006
Dernière connexion
2 avril 2019
  Publié: 5 sept 2006 à 13:21 Citer     Aller en bas de page

Malgré mon âge, j'ai connu des guerres, peut-être ai-je eu les mains ensanglantées d'ennemis qui me ressemblaient ?

Bravo pour une écriture proche de la réalité.

Bisous.

GRINCHEUX

  La meilleure des paroles est celle que l'on ne prononce pas.
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 24 sept 2006 à 09:59 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup à vous d'avoir été témoin de cette guerre là...

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
betty-kristy


Si la vie m'a appris quelque chose , c'est qu'il faut aimer pour vivre et vivre pour aimer ,hors l'A
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
436 commentaires
Membre depuis
21 avril 2006
Dernière connexion
1er mars 2011
  Publié: 14 jan 2007 à 14:54 Citer     Aller en bas de page

J'ai eu l'occasion de lire le témoignages d'anciens soldats du vietnam et ce que tu décris est l'écho exact de ce qu'ils racontent.
Cette rage de tuer au plus fort du combat, puis ces questions insidieuses, persistantes qui engendrent culpabilité , mal être : Qui étaient -ils, ces morts par ma main , car J AI TUE.

TU NE TUERAS POINT est inscrit à l'encre d'or en nos coeurs!

Cruauté sans nom que de tuer sans savoir qui, ni vraiment pourquoi.
Assassins sur commande . Froid dans le dos, soudain .
Merci pour ce poème

Marie

  Betty-Kristy
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 21 jan 2007 à 06:48 Citer     Aller en bas de page

Tant mieux (ou dommage?) que j'ai visé juste...

Oui, les hommes comme dressés malgré eux pour tuer des inconnus... Mais comment y échapper ? Que faire d'autre ? Et puis, les inconnus, c'est eux qui sont la cause de nos malheurs, c'est eux qui ont tué nos frères, c'est eux... Et nous ?

C'est un cercle vicieux, dont on ne s'échappe pas... Que par la mort : la notre ou la leur.

Je comprends que l'après guerre puisse être encore plus horrible. C'est sûrement là qu'on se rend compte qu'on a tué, qu'on y réfléchi... Ce doit être des idées insupportables, des souvenirs tellement marquants...

Merci d'être passé sur ce champ de bataille, même si on s'en porterai mieux s'il n'existait pas.

Amicalement,
Julie.

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2115
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0184] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.