Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 10
Invisible : 0
Total : 13
· Pichardin · Personne
Équipe de gestion
· Adamantine
13326 membres inscrits

Montréal: 1er mars 01:28:28
Paris: 1er mars 07:28:28
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Journal :: La discipline et l'ordre apaisent mon chaos intérieur (ficti Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Narcissange


emia t ej tnat seniev sem snad sap semusnoc et en ut ùo ruoj nu sap tse n lI
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
2182 commentaires
Membre depuis
23 novembre 2008
Dernière connexion
18 septembre 2016
  Publié: 15 mai 2011 à 20:07
Modifié:  15 mai 2011 à 20:16 par Narcissange
Citer     Aller en bas de page

Cher journal (puisque tu en es bien un malgré que tu ne sois point intime).

Pour le énième jour de pluie brouillant la beauté de la sécheresse, je ne sais pour quelle raison il m'est venu à l'esprit une image loin des clichés cocotiers fleurs des champs se moirant dans le soleil couchant des alizés West Indies.


Te rappelles-tu de Shadrack, ce personnage hideux créé par Morrison pour rendre un noir fou célèbre? THE NATIONAL SUICIDE DAY do you understand now?
Non sans rire, si j'avais mon roman in english sous les yeux j'aurais cité mot pour mot avec les parenthèses pour bien montrer que je ne suis pas un génie, le passage trash et explosif ou Shadrack est en train de courir sur un champ de bataille, de la 14-18, héroïquement, patriotiquement pour une patrie qui n'est pas la sienne, au côté de son compagnon noir avec sûrement le même état d'esprit.
Donc ils courent, ils courent, ça pète de partout avec en plus ce bruit assourdissant d'avions de guerre, rien à voir avec les innovations silencieuses qui ont succédé. Bref ce n'est pas du Spielberg, ni du Burton mais on s'y croirait presque. Pour revenir à ce que je disais, ils courent, ils courent et puis BOOOOOOUUUUUUM SPLAAAAAAAAASHHHHHH pour bien faire le bruit de la tête de son ami qui explose en mille morceaux et en pleine course en plus, rien que ça. Il paraît qu'il avait l'air d'un cavalier sans tête parce qu'il continuait à courir malgré le trépas.

Et puis on avance à quelques jours plus tard où Shadrack soigne son traumatisme en psychiatrie de guerre. Autant dire que ce n'est pas le grand luxe. Il ne supporte pas le chaos et fait sa crise à chaque fois qu'on lui apporte dans son assiette, le riz gluant et puant, le tomate qui tressaille de pourriture, avec je ne sais quelle viande avariée. Le tout bien mélangé, bien homogène dans un très beau le rouge le blanc et le noir. Il devenait complètement hystérique à la vue de ce chef d'oeuvre, qui lui rappelait inlassablement le cerveau bien rouge de son ami qui jouait au python de la fournaise. Il fallait lui mettre une camisole de force pour le calmer, jusqu'à ce qu'un illuminé trouve la solution miracle à son problème. Il eu une assiette à compartiments, trois exactement pour bien séparer le riz puant, la tomate pourrie et et la viande avariée ou ce qui s'y rapproche le mieux. Tout reste stable et ne part pas dans tous les sens. Aujourd'hui ça serait classé cubisme, mais bon passons.

Pour revenir au jour de pluie en pleine beauté de sécheresse, j'ai tout comme Shadrack cette impression que tout s'éparpille, sauf qu'à la grande différence, je suis trop amorphe pour trouver les solutions qui compartimentent mon mal-être. Ainsi cette boue imperméable, saturée et grasse me fait penser à ses champs de batailles froids que je ne connais pas. C'est tout un monde, un cycle vicieux à lui tout seul avec ses propres règles, sa propre population, son propre réseau social, sans l'internet. Il y a de nouveaux étangs et des flaques plus grandes que nature qui font office de nursery à moustiques. Le moustique adulte baise une moustiquette qui pond ses oeufs dans l'eau, qui vont devenir des larves, puis de jolies nymphes et ensuite moustique. Ce merveilleux conte des bois serait génial si seulement le moustique n'avait pas l'esprit du conquérant assoiffé de sang et qui décide d'aller annexer des territoires habités par des humains qu'ils pourront bien emmerder en leur bouffant leur sangs, et survolant leurs têtes avec des paroles zzzzzZZZZZZZZZZZZzzzzzzzZZZZZZZZZZ allant du plus grave au plus aigu. Dans une film de guerre, ce serait ces avions de chasse désuètes comme dans Shadrack, qui arrivent par les airs avec leur cacophonie assourdissante et leur armes en forme de trompette buveuse de sang qu'ils sont prêts à dégainer. Comme je les déteste, je les hais parce qu'ils dispersent et stressent un esprit déjà instable qui s'apaise en voyant les éléments matériels qui l'entourent bien rangés, bien maniaques, bien conditionnés. Mais comment faire avec ces sales envahisseurs qui perturbent ma tranquillité. Les insecticides, des conneries, la raquette chaise électrique pas assez génocidaire, donc il me reste l'option de la moustiquaire géante, mais manque de bol je suis claustrophobe.

  ma971
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 581
Réponses: 0

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1054/13314

8.7%
 
 92 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.8%
 
 82 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.7%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.5%
 
 163 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.8%
 
 19 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.7%
 
 113 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.4%
 
 205 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.3%
 
 330 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0159] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.