Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 38
Invisible : 0
Total : 38
13356 membres inscrits

Montréal: 25 sept 20:06:51
Paris: 26 sept 02:06:51
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Journal :: les invasions barbares Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Mr Barnabooth


Je suis mon régicide et ma propre victime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
1543 commentaires
Membre depuis
27 novembre 2008
Dernière connexion
2 août 2013
  Publié: 16 juin 2011 à 05:46
Modifié:  16 juin 2011 à 10:41 par Mr Barnabooth
Citer     Aller en bas de page

Il m’arrive parfois de rêver amèrement de ces temps glorieux, où les hommes, les barbares, fascinés par la philosophie des Lumières, recherchaient frénétiquement leur richesse par le progrès scientifique, intellectuel et culturel … Et aujourd’hui, près de 300 ans d’histoire et d’évolution plus tard, dans ce monde qui court à l’envers dans une roue à hamster, je n’arrive toujours pas à comprendre les dédales du chemin qui nous emmène irrémédiablement vers son contraire, à savoir, la fascination de nos dirigeables élites pour les procédés animaux des nouvelles civilisations barbares.


Je pencherai néanmoins pour une régression dinosaurienne.

  Si tu copy mes textes, je te casse la gueule ! ... Right, mec ?
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22985 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
20 septembre
  Publié: 16 juin 2011 à 10:18 Citer     Aller en bas de page

Que veux tu dire par :
les procédés animaux des nouvelles civilisations barbares ?

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Mr Barnabooth


Je suis mon régicide et ma propre victime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
1543 commentaires
Membre depuis
27 novembre 2008
Dernière connexion
2 août 2013
  Publié: 16 juin 2011 à 10:53
Modifié:  16 juin 2011 à 11:48 par Mr Barnabooth
Citer     Aller en bas de page

je veux parler d'inhumanisme et de l'exploitation des gouffres, je veux parler de cette surconsommation débile dans un système aussi fermé - avez vous déjà essayé de remplir tous vos vêtements dans le tambour de 10 kg d'une machine à laver ? C'est pas très sympa pour la chemise à repasser et ironiquement, c'est encore une fois les petites culottes qui s'en sortent le mieux - Je veux parler de notre individualisme notoire et encouragé, et plus généralement du nouvel ordre et des principes féodaux de notre économie moderne et mondiale, lorsqu'on affame des populations pour augmenter le cours du blé ... Je veux parler de la fascination de nos peuples pour les pays à forte croissance qui enrichissent le quart de leur population en affamant le reste.
Et du fait que tout le monde trouve cela normal en accusant la dépression.

Oui, j'ai beau resté le plus possible concentré dans mon monde au centre de mon encéphale, ce mini texte me semble de gauche

Et quand j'entends de la bouche de nos grands - manque plus que la perruque - le mot magique [régulation], cela me donne subitement envie de pisser - parce que je ne mange pas assez gras pour vouloir tout le temps faire caca.

  Si tu copy mes textes, je te casse la gueule ! ... Right, mec ?
chatnoirmeshommages

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
213 poèmes Liste
1325 commentaires
Membre depuis
26 mars 2008
Dernière connexion
15 décembre 2017
  Publié: 16 juin 2011 à 22:52 Citer     Aller en bas de page

ce journal, je pense, pourrait être discuté, découpé, et analysé.
Si quelqu'un veut en extraire la "substantifique moelle" comme on dit, libre à lui.
Mais je ressens et comprends absolument ce que tu cherche à dire, ce que tu dis au delà du simple texte en fait, ce que cette danse de mot peut bien vouloir signifier quelque part au fond de l'univers, totalement profondément.
et merci.

  barbant et embourbé
Didier
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
2579 commentaires
Membre depuis
12 janvier 2005
Dernière connexion
6 septembre
  Publié: 18 juin 2011 à 02:56 Citer     Aller en bas de page

Tu dis : "la philosophie des Lumières, recherchaient frénétiquement leur richesse par le progrès scientifique, intellectuel et culturel … Et aujourd’hui, près de 300 ans d’histoire et d’évolution plus tard, dans ce monde qui court à l’envers dans une roue à hamster, je n’arrive toujours pas à comprendre les dédales du chemin qui nous emmène irrémédiablement vers son contraire".
Voilà un problème bien posé. La solution n'offre que deux possibilités : trouver d'autres voies pour l'évolution de l'espèce humaine que sont "le progrès scientifique, intellectuel et culturel", ou alors l'analyse est erronée, et nous ne régressons pas.

 
MonCielEstCrypté


Penser l'impensable, Nommer l'inommable, Contester l'incontestable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
85 poèmes Liste
475 commentaires
Membre depuis
13 mars 2011
Dernière connexion
25 avril
  Publié: 18 juin 2011 à 17:46 Citer     Aller en bas de page

J'parviens pas à avoir une opinion sur le progrès, mais j'veux simplement apporter des idées:

Imaginez une intelligence artificielle capable de comprendre son propre fonctionnement et capable de l'améliorer elle-même et ainsi devenir plus intelligente et s'améliorer encore une fois et ainsi de suite. Le progrès alors ne serait plus dans nos mains. Serions nous un dispositif dans un grand procédé destiné à organiser le monde de cette façon?


Ou imaginez cette ironie: Nous réussissons après des décennies de recherche à n'avoir aucun impact écologique sur la planète et à amener chaque être humain au-dessus du «seuil de pauvreté» (indéfinissable c'est vrai). Et il est alors annoncé qu'une comète que nous n'avions pas vu venir parce que trop concentrés à préserver nos ressources va détruire la terre et il n'y a rien à faire. Aurions-nous dû exploiter toutes nos ressources au maximum afin de terraformer et coloniser l'univers pour diversifier notre présence dans le monde?


En tout cas, il y avait des dégueulasseries au siècle des lumières aussi que les fameux philosophes essayaient de dénoncer (l'esclavage). Je trouve que la différence est que les intellectuels d'aujourd'hui, même s'ils dénoncent au mieux de leur capacité, ne semblent pas vouloir faire de politique et nous nous retrouvons dirigés par les moindres d'entre nous.

Concernant la culture, je crois qu'elle est appréciée dans à peu près la même proportion que depuis toujours. Son déclin, en apparence, peut être attribué à la volonté obsessionnelle de cette société de tout empaqueter en portions individuelles. Par contre elle est plus changeante et bouillonante que jamais. Le progrès a fait «évoluer» certaines formes d'art (théâtre+photographie = cinéma / dessin d'animation / traitement de texte - house of leaves, etc / nouveaux instruments de musique et enregistrement / graffiti - seule forme d'art que la machine n'a pas encore trouvé comment empaqueter et vendre / gratte-ciels)

Y'a aussi la publicité et le problème de l'éducation comme tragédies. OK, j'suis tanné nous sommes foutus. J'm'en vais me saouler.

  T'es bien jolie, mais est-ce que tu fond sur la langue?
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1017
Réponses: 5

Page : [1]

État du vote : 0/13274

 

 
Cette page a été générée en [0,0273] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.