Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 15
Invisible : 0
Total : 19
· JH.Metz · JYL · Dimitryet
Équipe de gestion
· Ashimati
13218 membres inscrits

Montréal: 8 déc 05:06:43
Paris: 8 déc 11:06:43
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: La fontaine du passé vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 8 oct 2008 à 15:41
Modifié:  8 oct 2008 à 16:22 par Stegobulle
Citer vertical_align_bottom

Venez donc boire à la fontaine
Vous épancher de l'eau glacée
Venez donc purger votre peine
Vous laisser choir et vous sécher

Sentez-vous couler dans vos veines
Tout ce que la vie peut charrier ?
Sentez-vous émerger vos peines
Avec ces larmes refoulées ?

Étendez-vous sur l'herbe verte
Pleurez encore sur vos plaies
Laissez passer ce temps inerte
Laissez-le souffrir et brûler

Regardez le ciel déchiré
Dans son ventre bleu s'amoncellent
Toutes les horreurs qui congèlent
Votre vision dénaturée

Venez donc boire à la fontaine
Puis éponger vos joues mouillées
Laissez la fadeur du passé
Briser le métal de vos chaînes

Ressentez ce nouvel élan
Et laissez-vous galvaniser
Prenez le train des sentiments
Laissez vos cris tétanisés

Gardez votre joli sourire
Emmêlez-le dans un soupir
Et laissez-moi vous regarder
J'aime vous voir ainsi danser

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
(...) Cet utilisateur est un membre privilège

Impossible d'afficher l'image
De deux choses Lune.. l'autre c'est le soleil... (Prévert)
   
Statut: Hors ligne
Statistiques de l'utilisateur
253 poèmes Liste
12928 commentaires
Membre depuis
24 mai 2005
Dernière connexion
4 novembre 2009
  Publié: 8 oct 2008 à 16:16 Citer vertical_align_bottom

Diablement enthousiaste cette danse... puisse-t-elle être convaincante autant qu'elle m'a convaincue et que je l'ai aimée... même s'il n'est pas toujours facile d'accorder ses pas sans se prendre les pieds dans ce passé qui nous fait glisser parfois...

  Si l'amour s'écrivait avec des grains de sable, j'en écrirais des plages et des plages...
Eliawe Cet utilisateur est un membre privilège


Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
71 poèmes Liste
8937 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2007
Dernière connexion
23 avril 2019
  Publié: 9 oct 2008 à 08:40 Citer vertical_align_bottom

Je crois que c'est le rythme choisit aussi qui donne cette impression de froid. Mais plutôt ce froid brûlant que la neige laisse dans nos paumes, je trouve.

Bref, merci.

 
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 4 juil 2009 à 16:14 Citer vertical_align_bottom

Il est vrai que je n'écris que très rarement dans la "vraie" douceur, quand on la croit présente il n'en est rien. En le relisant, je le revis et me sens encore plus mal, car je le sonde différemment.

Merci à vous deux, merci beaucoup.

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1085
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0207] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.