Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 23
Invisible : 0
Total : 23
13206 membres inscrits

Montréal: 7 mars 04:09:58
Paris: 7 mars 10:09:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Champ-de-mars (1) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 4 mai 2008 à 11:24
Modifié:  18 mai 2008 à 23:02 par Rouge
Citer     Aller en bas de page


[12 nov]
I

J’étais descendue et m’étais postée là, en bas des marches, parce que j’avais froid et parce que c’était comme ça. Un peu aussi parce qu’il fallait pleurer, parfois. C’est alors que ce mec entra (le seul d’ailleurs qui avait daigné posé ses yeux sur moi) et me demanda :
« Est-ce que ça va ?
- Non.
C’était un grand brun avec des lunettes d’intello.
- T’as-tu des clopes ? »

Et je me retrouvai assise avec lui, au beau milieu de nulle part, une clope à la gueule et le silence aux lèvres. Lui attendait que je m’explique. Moi je n’avais pas l’intention de le faire. D’ailleurs même si j’avais voulu, je n’aurais rien trouvé à dire. Parce qu’il n’y avait rien à dire. Nous fumions donc, silencieusement, mais sûrement.
« Tu connais Editors.
(ça n’était pas une question, c’était un fait.)
- I’ve got so much to tell you
- … in so little time
- Le contraire m’aurait déçu. »

Je ne sais pas combien de clope j’ai fumé ce soir là, mais je sais par contre que je n’ai jamais aussi bien fumé une cigarette parmi toutes celles que j’ai fumé dans ma vie, et ce n’est pas peu dire. Après la dernière, il rangea son briquet et son paquet, enfila son manteau et son mystère et je le suivis. De tout façon je n’avais rien d’autre à faire et nulle part où aller.

Après beaucoup de silence, il me demanda si je connaissais la nuit lorsqu’elle était libre et longue et belle. Je répondis que non, et il m’apprit. Je n’avais aucune idée de l’heure qu’il faisait là-bas et à vrai dire je m’en fichais un peu, puisque la lune était vierge et qu’il restait son histoire à écrire. C’est lui qui m’avait dit ça, ce soir-là.

On erra et puis il me montra un centre d’achat. Il y entra, suivi de moi. Il se trouva un coin tranquille et je l’imitai. Ce centre, j’aurais pu y passer la nuit. Il y avait des toilettes, des clopes et puis ce mec, avec moi. La seule chose qui me manquait c’était un crayon. Parce que j’aurais voulu écrire, mais je n’en trainais pas sur moi et lui non plus. Moi je m’étais enfuie trop vite. Lui je ne sais pas. N’empêche que ce soir-là, les mots me brûlaient et je ne pouvais les écrire. Il m’avait proposé d’aller en piquer un, mais je n’avais pas voulu. Et puis de toute façon, les boutiques étaient presque toutes fermées. Il devait bien être passé onze heures, peut-être même passé minuit.
« T’es sûre que t’as vraiment envie d’écrire ?
M’avait-il demandé.
- Oui, certaine. »
Il me passa un truc rectangulaire. Il disait qu’on pouvait écrire avec le bout d’une allumette. Moi je comprenais pas, alors j’ai écouté. À force de penser à où regarder et à comment me tenir, j’ai perdu le fil. Mais j’ai compris l’essentiel. Oui, j’ai compris ce soir-là que des mecs qui peuvent écrire avec des allumettes, ça ne se trouve pas à chaque coin de rue. Si ça se trouvait, c’était le seul de la Terre et il m’avait transmis son savoir comme gage de confiance, parce que j’étais l’élue. J’aimais bien croire à ces histoires.

« People are fragile things, you should know by now.
- Be careful what you put them through
- […] You’ll speak when you’re spoken to. »

C’était de la musique chantée, parlée, peu importe en autant que ça sorte de sa bouche à lui. Il s’alluma une clope et m’en offrit une. Je jetai mon vieux mégot sur le sol des toilettes, même si ça n’était pas propre, même si on était à l’intérieur et même s’il était interdit de fumer dans la bâtisse. À croire que l’infini nous appartenait.

« Tu vois les étoiles ?
- Non, y a un plafond.
- C’est pas qu’un petit plafond qui va nous empêcher de voir les étoiles, pas vrai ?
- Je ne sais pas. Peut-être.
- On pourrait lancer une pierre pour voir s’il se briserait.
- De quoi ?
- Le plafond.
- Pourquoi tu voudrais briser le plafond ?
- Ben pour voir les étoiles… »

Y avait pas une cendre par terre et pourtant on devait avoir fumé en une soirée ce que je fume en une année de cigarette. Les mégots aussi, ils disparaissaient. Comme si le plancher des toilettes tenait à effacer toute trace du passage de ces deux perdus trop habitués de se faire oublier. Et puis d’ailleurs, on était dans les toilettes des hommes ou des femmes ?

//

 
aristide

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
3 janvier 2018
  Publié: 4 mai 2008 à 11:36 Citer     Aller en bas de page

Une ambiance tout à fait étonnante et un style que j'adore !

 
Bo



'Cause nothing is forever, 'cause my life is not enough...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
205 poèmes Liste
2099 commentaires
Membre depuis
5 mai 2002
Dernière connexion
21 novembre 2019
  Publié: 4 mai 2008 à 21:33 Citer     Aller en bas de page

Charmé, comme à toute ces fois où j'ai eu le plaisir de te lire, mademoiselle Érosion...

Champ-de-Mars 1...

Peut-être y aura-t-il un type dans ce genre lorsque tu écriras Mont-Royal 1...

  «...Ancients Souls, From Ancients Times, Runs Deepers...»
Mademoiselle Phébus


Just let me fall out the window with confetti in my hair. (Tom Waits)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
1548 commentaires
Membre depuis
9 mars 2005
Dernière connexion
7 mars 2020
  Publié: 4 mai 2008 à 23:41 Citer     Aller en bas de page

Il y a tant de lui ici.
Tu sais de qui je parle
Celui qui a la plus belle voix
Et qui le sais même pas.


clara clara clara

  (Là-haut l'absence entière et le bleu charbonnant.) Par le jour se levaient des géants tristes, un violon en carton-pâte sous le rêve. (Fernand O. -Le Soleil sous la mort)
Drift

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
68 commentaires
Membre depuis
27 octobre 2003
Dernière connexion
13 août 2015
  Publié: 6 mai 2008 à 15:23 Citer     Aller en bas de page

très sympathique comme texte. très fluide également, ça se lit tout seul

  des fois, faut pas chercher a comprendre...
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 15 mai 2008 à 20:31 Citer     Aller en bas de page

aristide,
Merci !

madame minuit,
Maladresses... C'est exactement le mot que je cherchais sans le trouver. merci, c'est un compliment qui me touche énormément.

Bo,
(j'espère)
merci à toi.

Phébus,
(oui, je sais)
il y a de lui un peu partout tu sais... partout partout dans mon air, dans mes chansons et dans ma tête... (olivier)

Drift,
Je ne savais pas que j'étais fluide ! C'est un des plus beaux compliments que tu peux me faire. Merci !

 
Vaayou


Schön ist die Jugend aber sie ist tot
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
352 commentaires
Membre depuis
14 mai 2008
Dernière connexion
17 juillet 2013
  Publié: 18 mai 2008 à 23:17 Citer     Aller en bas de page

un indéniable style

  il n'est point de bon vent pour celui qui ne sait ou il va
Rouge


Ex-Érosion
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
4048 commentaires
Membre depuis
4 novembre 2006
Dernière connexion
8 décembre 2012
  Publié: 19 mai 2008 à 13:30 Citer     Aller en bas de page

Merci

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1330
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0232] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.