Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 100
Invisible : 0
Total : 102
· redtigers01 · Dukes
13210 membres inscrits

Montréal: 1er oct 20:16:08
Paris: 2 oct 02:16:08
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Fin de voyage vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
attic
Impossible d'afficher l'image
La chouette de minerve prend son envol au crépuscule (Hegel)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
10 décembre 2008
Dernière connexion
18 janvier 2009
  Publié: 20 déc 2008 à 03:42
Modifié:  20 déc 2008 à 03:59 par attic
Citer vertical_align_bottom

Il arriva un jour avec, dans ses bagages,
Des perles de rosées venues d’autres pays.
Il avait fait sans doute un terrible voyage
Mais, en jetant son ancre, il fuyait la folie.

Il avait emmené au vent de ses semelles
Le sable ensanglanté des combats incertains
Où l’odeur de la vie, à l’angoisse se mêle,
Semée d’incertitude et de plaisirs malsains.

Il se savait suivi de fantômes de l’ombre,
Visages familiers parmi cent inconnus,
Et qui étaient tombés, mais qu’importe le nombre.
Ils avaient tous un nom, ils avaient tous un but.

Il avait dispersé aux quatre coins du monde
Des rêves de grandeur, des cendres d’absolu
Qui l’avaient amené au centre d’une ronde
Qui s’ouvre seulement quand la mort est venue.

Il pensait retrouver aux rives des ses yeux
Les matins caressants des lointains alizés,
Le manteau d’hermine que revêtent les dieux
Quand ils vivent au nord, aux landes des excès.

Il avait oublié qu’un destin se nourrit
Aux tables du passé où festoie la mémoire.
Il avait oublié, pourtant c’était sa vie,
Qu’au milieu de la nuit, il ne fait jamais noir.

Il est venu un jour avec, dans ses bagages,
Juste un peu d’avenir mais guère d’illusions
Et il attend, perdu, comme un enfant trop sage,
La femme qui saura détruire ses prisons.

Il lui offrait, c’est vrai, un costume trop lourd,
Entre la blouse blanche et la robe fendue.
Mais il trouvait parfois sous ses doigts de velours,
Des parfums de bonheur, de drogue défendue.


 
*Alexis*


parce que la fraternité est plus forte que les tremblements de terre...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
526 commentaires
Membre depuis
26 juillet 2008
Dernière connexion
1er novembre 2013
  Publié: 20 déc 2008 à 04:05 Citer vertical_align_bottom

Dans ce poème, ce beau poème, les influences sont multiples.
La première strophe me fait penser à Brel; la deuxième à Verlaine; la troisième à Hugo; la quatrième à Marceline-Desbordes Valmore...
C'est un texte magnifique chargé de symboles aussi percutants les uns que les autres.

Mes amitiés créoles, Alexis.

  Si je connaissais l'Italie/Où Raphaël fit ses tableaux (Oswald Durand, poète du terroir haïtien))
Montaron Tran


Jouons!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
58 poèmes Liste
275 commentaires
Membre depuis
8 novembre 2008
Dernière connexion
27 mars
  Publié: 20 déc 2008 à 06:42 Citer vertical_align_bottom

Décidément j'aime te lire.
Tu as ce "truc" qui me plaît.


"Il avait oublié qu’un destin se nourrit
Aux tables du passé où festoie la mémoire."


 
(...) Cet utilisateur est un membre privilège

Impossible d'afficher l'image
De deux choses Lune.. l'autre c'est le soleil... (Prévert)
   
Statut: Hors ligne
Statistiques de l'utilisateur
253 poèmes Liste
12928 commentaires
Membre depuis
24 mai 2005
Dernière connexion
4 novembre 2009
  Publié: 20 déc 2008 à 07:02 Citer vertical_align_bottom

Quelle plume ! Un réel plaisir à la voir se poser ici... dans son beau lyrisme, et sa maîtrise.. .

Merci Joël...

"Qu’au milieu de la nuit, il ne fait jamais noir" (oui)

  Si l'amour s'écrivait avec des grains de sable, j'en écrirais des plages et des plages...
attic
Impossible d'afficher l'image
La chouette de minerve prend son envol au crépuscule (Hegel)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
10 décembre 2008
Dernière connexion
18 janvier 2009
  Publié: 20 déc 2008 à 10:19 Citer vertical_align_bottom

Vous êtes beaucoup trop gentils avec moi. Mais je ne boude pas mon plaisir de vous avoir fait passer un bon moment. Surtout quand ces mots viennent de maîtres comme vous tous...

 
poète à ses heures


La poésie exprime tout haut ce que chacun ressent tout bas.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
290 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2007
Dernière connexion
13 avril 2011
  Publié: 21 déc 2008 à 13:57
Modifié:  21 déc 2008 à 13:57 par poète à ses heures
Citer vertical_align_bottom

coucou

Beaucoup d'image pour ce poème. Très joli texte.

 
attic
Impossible d'afficher l'image
La chouette de minerve prend son envol au crépuscule (Hegel)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
10 décembre 2008
Dernière connexion
18 janvier 2009
  Publié: 22 déc 2008 à 04:42 Citer vertical_align_bottom

merci poète à ses heures, merci ristretto.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 917
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0232] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.