Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 19
Invisible : 0
Total : 20
· Filiquier
13198 membres inscrits

Montréal: 4 mars 04:11:23
Paris: 4 mars 10:11:23
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Ce jour-là, tu m'a volé un bout d'âme. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Une-Seule-Larme


Pourquoi? Quelle question à la con.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
83 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2007
Dernière connexion
15 août 2010
  Publié: 21 juin 2008 à 07:34 Citer     Aller en bas de page

23 juin 2007, je rentre à la maison après une sale journée de cours. Je pose mon sac et mon blouson dans ma chambre. Quatre par quatre je descends l'escalier et entre en trombe dans la salle à manger. Personne à part ma mère. Elle pleure, beaucoup. J'aperçois au sol le téléphone, le numéro de mamie est affiché.
Quand ma mère pousse un cri de douleur, je me jette dans ses bras. Puis, la voix brisée, elle m'annonce que son frère, mon oncle est mort. Il s'est pendu, dans son jardin. Ce sont ses deux fils âgés de onze et sept ans qui l'ont découvert.
Au début, les larmes ne viennent pas. Le choc, je pense. Puis je me rappelle m'être demandé ce que je ressentirai si l'on m'apprenait qu'une personne proche nous avaient quitté. Je me souviens m'être dis que ça serait horrible, que je risquai de pleurer toutes les larmes de mon corps. Mais que ça passerait, avec le temps...

Je ne savais pas encore que la phrase de maman me bouleverserait, me déchirerait. J'eue l'impression qu'une partie de moi s'en allait avec tonton Laurent. Je sentais la souffrance trouer mon coeur et écraser mon âme. J'avais tellement mal que mes yeux ne se mouillaient pas. J'aurais préféré que ma douleur soit celle de ce que j'avais imaginé. Mais comme je l'ai dis un jour, petite ou grande la douleur a des effets dévastateurs sur nous, sur notre vie.
Surtout que je ne comprenais pas pourquoi il avait ça. Il était heureux, me semblait-il. Ou bien était-ce juste un postiche, un masque? Sûrement oui...
Mais savoir pourquoi ne le ferait pas revenir...
Ce que je redoutais le plus, c'est qu'il ne devienne plus qu'un souvenir. L'important c'est que je ne l'oublierai jamais et que quoiqu'il arrive, je l'aimerai toujours... toujours. Même avec avec cette douleur qui flottait dans mon sang, et mon âme qui hurlait sa détresse.

Voilà, cette nouvelle est vraie du début à la fin. Cette nouvelle raconte tout simplement, que le 23 juin 2007 mon oncle est mort. Et qu'à seulement treize ans, mon âme et mon coeur se sont détruits.


Tout mon amour pour Arthur, Victor et Florence, fils à demi orphelins et veuve depuis ce jour horrible...

 
Une-Seule-Larme


Pourquoi? Quelle question à la con.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
83 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2007
Dernière connexion
15 août 2010
  Publié: 21 juin 2008 à 08:56 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous deux
Sam tes paroles sont comme toujours très réconfortantes
Perle, je sais que tu peux comprendre ce que c'est que de perdre son père ...
Tendresses, merci beaucoup.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 679
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0145] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.