Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 114
Invisible : 0
Total : 114
13210 membres inscrits

Montréal: 2 oct 00:07:03
Paris: 2 oct 06:07:03
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Contes fantastiques :: Le roi de l'illusion vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
belzeghon


J'ai souvent rêvé d'étoiles du fond de mon abîme .
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
26 commentaires
Membre depuis
11 mars 2007
Dernière connexion
20 octobre 2007
  Publié: 24 sept 2007 à 14:24
Modifié:  12 juin 2010 à 13:36 par Tilou8897
Citer vertical_align_bottom

Il était une fois un pauvre pêcheur que la nature avait accablé de tous les maux possibles .Il était déjà très miséreux : sa cabane ne résistait pas aux pluies de l'automne, ni aux vents glaciaux de l'hiver ; sa barque était en piteux état et flottait à peine sur l'eau ; il n'avait comme vêtement qu'un pagne moisi et son filet troué de pêche ; mais surtout il était fort laid . Il était si laid qu'il répugnait tout être, ce qui l'obligeait à vivre reclus, sur les bords d'un marécage nauséabond .
Jamais, il ne se plaignait de cette vie dure et austère qu'on lui imposait . Chaque matin, il se levait aux aurores pour aller pêcher et n'avait comme compagnie que le seul croassement inquiétant des crapauds . Il ne connaissait rien aux plaisirs, aux loisirs, ni même à l'amitié et à l'amour. C'était un homme frustre qui pêchait pour survivre et qui vivait parce qu'il le fallait .
Un matin, alors qu'il tendait son filet comme en son habitude , il aperçut une lumière dans les brumes matinales . Quelqu'un s'était perdu dans ce territoire hostile qui était sien et poussait des gémissements . Le pêcheur eut d'abord un mouvement de recul , étant peu habitué à voir d'autres hommes, puis il rama jusqu'au lopin de terre d'où la lumière émanait . Et son étonnement fut plus grand encore quand il vit que l'homme était assis sur un rocher couvert de mousse et entouré de toutes parts par les eaux , et surtout sans flambeau , ni torche, ni même sans une bougie .
L'homme ne paraissait pas bien grand et fort . Tout amaigri , il était replié sur lui-même, cachant de ses mains sales , sa tête parfaite. En effet , il était paradoxalement très beau du visage . Vêtu légèrement de quelques lambeaux de tissu , il laissait en entrevoir un squelette, un homme très aminci . L'homme se tourna vers le pêcheur et , d'un regard suppliant, lui dit :
"_ Nourris-moi et offre moi ton toit ! En échange je te rendrai le plus heureux des hommes de ce monde ."
Le pêcheur, mal à l'aise, poussa le bord de sa pagaie et détourna le regard de la lumière . Ce jour-là , il eut peine à retrouver son chemin et rentra chez lui, au soir, et sans rien à manger . Le ventre vide, il se coucha sans repenser à l'homme dans les marées .
Le lendemain, alors qu'il avait pris la direction opposée de la veille , pour être sûr de ne pas croiser l'homme mystérieux , il aperçut à nouveau de la lumière . Il voulut résister à la tentation d'aller voir mais presque divinement , sa barque se dirigea vers la faible étincelle . Et il vit le même homme que la veille ,et l'homme lui redemanda la même chose .
Réfléchissant au jour précédent , et sachant qu'il aurait du mal à revenir chez lui , il accepta d'aider l'homme . Celui-ci sourit et se présenta ; il s'appelait Falséo . Le pêcheur retrouva rapidement son chemin . Alors , il voulut s’arrêter en chemin pour pêcher quelques poissons , Falséo le retint et lui dit de poursuivre son chemin . Intrigué mais n’osant le contredire , le marin reprit sa route.
Une fois chez lui , il aida cet étrange compagnon à descendre sur la terre et l’amena chez lui . Quand il ouvrit la porte, grande fut sa surprise . Sur sa table miséreuse , l’attendait un grand festin . Des mets de toutes sortes : du mouton , du porc, du poulet baignant dans une sauce blanche aux champignons , du poisson dans une huile d’olive et frit , de nombreux légumes venaient décorer les plats, du pain reposait dans la corbeille et les fruits attendaient sagement sur une planche à côté de ce buffet . Les odeurs qui s’en échappaient , étaient envoûtantes , à tel point qu’on se saurait cru au séjour de Dionysos .
Le pêcheur se retourna vers Falséo qui se contenta de lui sourire . Il se mirent à table et engloutirent tous ces mets en parlant peu. A la fin du repas, le pêcheur prépara la couche de son invité et ils s’endormirent rapidement, le ventre bien rempli . Le pêcheur eut le sommeil très agité ce soir-là .
Dès que les premiers rayons de soleil vinrent le réveiller , le pauvre sentit que quelque chose avait changé . Son lit était doux, son oreiller parfait. Des draps, s’échappaient des senteurs de fleurs : rose, tulipe, magnolia . Il était vêtu chaudement .
Il se retourna vers Falséo qui lui souriait à nouveau . Profitant de ce luxe, il visita sa nouvelle demeure, pièce par pièce , fit connaissance des valets et de ses domaines . Ce jour-là , le petit pêcheur des marrées était devenu le seigneur des lieux . Tout le monde s’activait pour le servir, le cajoler , le cocoler , et dans la nouvelle maisonnée , l’on ne respirait que pour le seigneur . Le pêcheur prit rapidement goût à cette vie ( comme l’on prend communément goût au pouvoir) et devint un vrai tyran, formant son autorité sur la crainte , comme s’il se vengeait de sa vie âpre .
Plus la journée passait , plus le sourire de Falséo diminuait . Bientôt vint l’heure de se coucher et le Seigneur s’endormit dans sa couche douillette . Le sommeil fut très agité et au petit matin , il retrouva son lit poussiéreux et son pagne troué . Le regard accablé , il se tourna vers Falséo qui ne souriait plus et qui lui dit :
« _ Merci , mon cher ami, vous fûtes hier l’homme le plus heureux du monde , goûtant aux mille délices du pouvoir, aujourd’hui vous êtes celui que vous devez être . Je me présente , l’on me nomme le Roi des Illusions. »
A ces mots, Falséo disparut. Le pêcheur abattu se lamenta jour et nuit de sa mésaventure et ayant goûté au pouvoir, il ne put se résoudre à retourner pêcher , si bien que certains disent que le pêcheur, attristé et démoralisé , par ce dur retour à la réalité , préféra se laisser noyer et mourir pour tout oublier .


Mes chers amis , retenons de ce conte, ni la mort tragique du pêcheur , ni la rencontre avec Falséo , ni même ses pouvoirs, mais quelque chose de bien plus important. L’illusion est partout en ce monde , certains la manient, certains la subissent , tout le monde apprend à vivre avec. Ce qui est sûr ,c’est qu’à croire toucher les étoiles, on se brûle les ailes et la chute est mortelle .

Retenons également que le luxe n’est qu’une illusion intemporelle et qu’il vaut mieux être riche d’humanité plutôt que riche d’argent .

  S'il faut choir, je veux tomber du ciel
Symphonie


Il n'y a rien de plus fort au monde que la douceur
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
866 commentaires
Membre depuis
3 septembre 2006
Dernière connexion
25 mai 2012
  Publié: 22 oct 2007 à 13:57 Citer vertical_align_bottom

J'ai pris un poème au hasard, et il faut croire qu'il fait vraiment bien les choses, car sincèrement, je suis sans voix après une telle lecture. Quelle leçon de sagesse!! Un grand coup de coeur pour ce sublime écrit . Un texte magistral
Mille bravos . Amicalement. Symphonie

  Symphonie
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 1er août 2008 à 06:42 Citer vertical_align_bottom

Un bon conte que je lis là, bien mené, et une morale que j'apprécie beaucoup mais qui hélas n'est pas utilisée à bon escient par les hommes...


Amitiés


Justine

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2498
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0201] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.