Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 325
Invisible : 0
Total : 325
13363 membres inscrits

Montréal: 27 sept 20:39:15
Paris: 28 sept 02:39:15
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: La vaine quête Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
OuLiPoMad
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
923 commentaires
Membre depuis
19 janvier 2009
Dernière connexion
9 août 2013
  Publié: 7 mai 2009 à 17:12
Modifié:  25 mai 2009 à 18:07 par OuLiPoMad
Citer     Aller en bas de page

Ecartelée entre mes désirs immoraux
Et le voeu que j'ai fait de garder mon hymen
Je sens en vous monter de l’incompréhension
Elle est celle qui me suit depuis que je naquis

Je languis que la chance me fasse un jour l'offrande
Du futur espéré que je rêve sans pareil
Las de n'ouvrir les yeux que sur de tristes leurres
Absorbée sans répit par cette vaine quête

Je me suis oubliée sacrifiant mes envies
Oui j'ai lesté de plomb la plupart de mes robes
J'aurais mieux aimé qu'elles volent coquines
Dévoilant sans pudeur ce que je suis vraiment

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
23704 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 7 mai 2009 à 17:31 Citer     Aller en bas de page

il n'est jamais trop tard mon amie !

toutes mes amitiés

james

  Membre de la Société des poètes Français.
Eidgar


La lâcheté rend subtile. E.M. Cioran
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
7 mai 2009
Dernière connexion
12 août 2010
  Publié: 8 mai 2009 à 01:58
Modifié:  8 mai 2009 à 02:06 par Eidgar
Citer     Aller en bas de page

Propositions pour un alexandrin classique (maintes variantes possibles):

Elle est là qui me suit depuis que je naquis

Je languis du moment duquel naîtrait l'offrande

Du futur attendu, rêvé sans nul pareil

J'aurais mieux espéré les voir voler coquines


Ah! que j'aime la symétrie des vers égaux!

Will

  Encore une fois.
pyc


La vie peut avoir de beaux visages !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1039 poèmes Liste
16776 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
13 septembre
  Publié: 8 mai 2009 à 02:40 Citer     Aller en bas de page

ce poème montre en quelque sorte que ce que tu es, ce n'est pas toi...tu es dans un rôle qui te fait mal, dont tu aimerais sortir pour être plus proche de ta nature réelle !
le savoir, le réaliser est un premier pas pour espérer se retrouver un jour comme nous sommes !
ton poème s'inscrit, je pense, dans une réalité que beaucoup connaissent.
Ne désespère pas de te retrouver surtout !
amitiés sincères.
pyc.

 
OuLiPoMad
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
923 commentaires
Membre depuis
19 janvier 2009
Dernière connexion
9 août 2013
  Publié: 8 mai 2009 à 02:47 Citer     Aller en bas de page

Merci amis lecteurs et poètes.
Il y a sans doute un peu de moi,
bien que
la membrane fut rompue,
je ne leste pas mes robes quoique je les aime ajustées et sages,
Ah l'Idéal jamais atteint qui nous fait tant rêver alors que l'idéal atteint n'est pas si mal et même plutôt bien,
Il est leurre, Monseigneur, l'heurt de se réveiller...
Tout dépend de la route que l'on choisit.

 
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 8 mai 2009 à 13:37 Citer     Aller en bas de page

Des questions que nous nous posons souvent. Des réactions qui ne nous ressemblent pas . Nous sommes des Janus!!

J'ai bien aimé cette lecture. merci

Amicalement

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 724
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0241] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.