Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 335
Invisible : 0
Total : 335
13363 membres inscrits

Montréal: 27 sept 21:59:07
Paris: 28 sept 03:59:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: En attendant la fête Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
OuLiPoMad
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
923 commentaires
Membre depuis
19 janvier 2009
Dernière connexion
9 août 2013
  Publié: 27 mai 2009 à 08:43
Modifié:  27 mai 2009 à 11:31 par OuLiPoMad
Citer     Aller en bas de page


Je m'efforçais de paraître le plus calme possible
J'étais adossé contre un banc de pierres face au vent
Un hématome à la nuque me faisait tant souffrir
Mon nez douloureux m'empêchait de respirer

La fête ne commencerait pas avant le soir

Des gouttes de sueur perlaient sur mon front
Les battements de mon coeur m'étouffaient
Mes mains aux doigts gourds fourmillaient en cadence
Du sang commençait à sécher le long de mes jambes

Des harnais et une selle étaient posés là

Je ne pouvais même pas lever un bras
Comme si je n'en avais plus la force
On aurait pu me faire n'importe quoi à l'instant
Je n'aurais pas réagi, aurais-je seulement crié

En contrebas on entendait hurler une sirène

Les idées se bousculaient mal dans ma tête
Les mots se désyllabant comme un calque froissé
Et à une dizaine de mètres de moi, une jeune fille
Qui semblait dormir blottie en chien de fusil

Un fauteuil roulant avait été renversé

Le sang sur mes jambes ruisselait jusqu'à sa tête
C'est alors que je découvrais une atroce sensation
Comme de la claustrophobie en plein air
Une intuition morbide et suffocante de destin brisé

Si on pouvait attendre que la fête soit finie




 
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16145 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
9 septembre
  Publié: 27 mai 2009 à 11:37 Citer     Aller en bas de page

Un texte à lire par le plus grand nombre...

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
OuLiPoMad
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
923 commentaires
Membre depuis
19 janvier 2009
Dernière connexion
9 août 2013
  Publié: 27 mai 2009 à 11:45 Citer     Aller en bas de page

A me relire, je me file la chair de poule !

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
23704 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 27 mai 2009 à 13:05 Citer     Aller en bas de page

oui il faut le lire absolument !

merci pour cette lecture
toutes mes amitiés

james

  Membre de la Société des poètes Français.
Galaad


Les mots sont le miroir de l'âme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
3532 commentaires
Membre depuis
22 septembre 2006
Dernière connexion
21 janvier 2018
  Publié: 27 mai 2009 à 16:41 Citer     Aller en bas de page

Un instant ou la vie bascule, l instant d avant ne sera plus jamais l instant d apres.... Et pourtant rien ne change autour....

Amitié

 
OuLiPoMad
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
923 commentaires
Membre depuis
19 janvier 2009
Dernière connexion
9 août 2013
  Publié: 28 mai 2009 à 14:35 Citer     Aller en bas de page

Au départ j'écrivais un meurtre puis il me parut évident de transformer le drame en accident.
Mon point de départ était l'image de mains inertes ;-) puis germa l'idée de la paralysie puis cette histoire que vous avez lue.

 
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 28 mai 2009 à 22:38 Citer     Aller en bas de page

C'est très réussi. J'en ai moi aussi la chair de poule. Le destin peut basculer en une fraction de seconde. Quand on y réfléchit....
Merci pour ce partage
Amicalement

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
23704 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 21 avr 2010 à 10:07 Citer     Aller en bas de page

je suis repassé pour le lire ma chère amie poète

un moment ou je me suis évadé dans tes vers du début jusqu'à la fin

mille mercis james

  Membre de la Société des poètes Français.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 922
Réponses: 7
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0262] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.