Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 18
Invisible : 0
Total : 20
· Le Poète Masqué · JEV
13211 membres inscrits

Montréal: 8 mars 07:57:37
Paris: 8 mars 13:57:37
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Il n'était plus une foi Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Drakkar
Impossible d'afficher l'image
Rêver est le seul pont vers un seul paradi se trouvant sur terre.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
691 commentaires
Membre depuis
13 mai 2007
Dernière connexion
6 septembre 2020
  Publié: 6 jan 2008 à 21:21
Modifié:  7 jan 2008 à 00:44 par Drakkar
Citer     Aller en bas de page

Il n'était plus une foi




Mais qu'elle se taise la nuit des temps !
Que ce ceci était comme ça
Aucun depuis pas plus d'avant
Ne vivent encore quand sonne le glas


Et le bonheur ce tire-au-flanc
Celui qu'on rajoute sur le tas
N'est fait que d'ombre au malheur blanc
Des fautes qu'on lui met sur le bras


Un qui m'oublie, un qui m'apprend
L'un est purin l'autre verrat
Et puis le temps se fait tyran
Plus on est sale plus on aime ça


Et la fureur ce vieil écran
Qui de lui-même se jette sur moi
Prend sa lumière au coeur d'enfant
Sans que puisse être une autre fois


Ce sont les vieux les vrais titans
qu'ils soient des prêtres ou renégats
Ceux qui nous parlent d'un oeil brillant
Et qui nous disent...''que soit la foi''


Martin

  Avec l'ombre d'une épée tous les coups sont permis
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
14 janvier
  Publié: 8 jan 2008 à 16:51 Citer     Aller en bas de page

La foi ne se force pas, et ne s'apprend pas...


Un texte où la rancœur et la révolte se mélangent pour donner ces vers, ayant au final un goût mélancolique...


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Drakkar
Impossible d'afficher l'image
Rêver est le seul pont vers un seul paradi se trouvant sur terre.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
691 commentaires
Membre depuis
13 mai 2007
Dernière connexion
6 septembre 2020
  Publié: 11 jan 2008 à 14:49 Citer     Aller en bas de page

Jacques

Le sujet n'est pas triste en effet...
Mais la rancoeur n'est elle pas un triste sentiment ?

Merci pour la faute de frappe.

Martin
------------------------------------------------------------------------
Lunastrelle

Elle ne se force pas ni ne s'apprend...tantôt elle est la tantôt elle nous quitte pour certain elle n'a jamais été la mais,ceux qui la possède sont des gens qui ne sombre jamais dans cette révolte que j'ai exprimé ici.

Je ne possède pas la foi mais, le peu de vocabulaire que j'ai me sert d'exutoire ici ...plutôt que de blesser les gens qui m'entourent.

C'est comme frapper sur un sac de sable.

Merci a vous deux.

Martin

  Avec l'ombre d'une épée tous les coups sont permis
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1555
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0180] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.