Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 31
Invisible : 0
Total : 31
13208 membres inscrits

Montréal: 25 sept 00:25:51
Paris: 25 sept 06:25:51
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Dépression vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Nicolas Reuge

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
1037 commentaires
Membre depuis
27 octobre 2004
Dernière connexion
2 septembre
  Publié: 18 nov 2009 à 11:42
Modifié:  20 nov 2009 à 10:00 par Nicolas Reuge
Citer vertical_align_bottom

Dépression


"La dépression est le bonheur d’être triste"
Disait Hugo, paradoxal, dans sa sagesse,
Elle aime à se poser sur l’épaule des artistes
Tel un corbeau luisant, les choyant de détresse,

Débroussaillant leurs âmes de ces vaines lubies :
L’attrait du matériel, des choses superflues,
Le corbeau de passage aux yeux couleur rubis,
Aux serres bien plantées dans la chair des élus,

Leur sang noir coulant sur des marbres gothiques,
Ruisselle et se répand aux confins de lumière,
Les dépressifs se meurent à leurs choix hérétiques
Et retournent lentement à des sources premières :

A l’imagination, à la joie créatrice,
Où les elfes et les fées sont plus vrais que nature,
Au monde dit invisible et pourtant la matrice
De richesses sans prix, du réel l’ossature.

  Electron libre, un point c'est tout.
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16149 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
8 mars
  Publié: 18 nov 2009 à 13:49 Citer vertical_align_bottom

Il est bien vrai ton poème

je me rappelle une de mes vieilles tantes siciliennes qui disait toujours que la dépression était une maladie de riches, car comme les riches avaient moins de soucis ils avaient ce temps de penser à leur nombril et d'être dépressifs...


A l’imagination, à la joie créatrice,
Où les elfes et les fées sont plus vrais que nature,


mais comme on les voit jamais....

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
23748 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 18 nov 2009 à 15:44 Citer vertical_align_bottom

Une bien triste maladie que beaucoup de personnes ne comprend pas !

mes amitiés Nicolas poète

james

  Membre de la Société des poètes Français.
Nicolas Reuge

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
1037 commentaires
Membre depuis
27 octobre 2004
Dernière connexion
2 septembre
  Publié: 21 nov 2009 à 09:15 Citer vertical_align_bottom

Guido, ta grand_mère avait sans doute en partie raison, mais cela n'explique pas tout. Comme le dit James, la dépression est un mal bien mystérieux...

Merci à vous deux.

Amitiés

Nicolas

  Electron libre, un point c'est tout.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1279
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,1437] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.