Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 73
Invisible : 0
Total : 77
· M@ry Re@d · Syrille · CIELBLEU69 · Dukes
13230 membres inscrits

Montréal: 30 jan 09:22:35
Paris: 30 jan 15:22:35
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: mon père, cet étranger.. vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
kiannzo
Impossible d'afficher l'image
"l'indifférence est la plus grave maladie de l'âme"..FENELON
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
56 poèmes Liste
104 commentaires
Membre depuis
2 avril 2008
Dernière connexion
8 décembre 2020
  Publié: 3 déc 2009 à 10:26
Modifié:  3 déc 2009 à 16:59 par Lunastrelle
Citer vertical_align_bottom

Je n'ai pas souvenir de baisers partagés
tout au long de l'enfance et jusqu'à ton trépas,
Je n'ai pas retenu de regards échangés,
Quelle fut cette distance bornée de toi à moi ?

N'ai jamais entendu l'écho de ta tendresse
Et me souviens si peu de l'accent de ta voix,
Tu étais quelque part comme une forteresse,
renfermant des trésors qu'on n'imaginait pas !

je t'observais pourtant, étranger, tu semblais,
Au milieu de mes frères , au côté de maman,
Mais quand , au bord des lèvres un sourire naissait,
Cela me rassurait, je te pensais content !

Aurais-je préféré subir l'indifférence
A cette autorité maintenant la pression ?
je voyais s'alourdir le poids de ta souffrance
Sans pour autant comprendre le manque d'affection !

Bien des années après, je saisis ce mystère
Qui te mit au silence dans cette vie si dure,
Je porte en héritage , au gré de cette terre,
Ton déracinement, le feu de tes blessures !

pourquoi ai-je douté de l'amour paternel ?
Aujourd'hui , tu n'es plus, je ne saurai jamais,
Il y aura toujours la question éternelle
Accrochée au "pensoir" ... Moi, papa, je t'aimais !


kiannzo

  Joëlle CREQUER
Malice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
536 commentaires
Membre depuis
12 mars 2008
Dernière connexion
17 mars 2018
  Publié: 3 déc 2009 à 17:15 Citer vertical_align_bottom

Oh, bravo!!
Fort dans ton thème, fort dans tes mots, fort dans tes sentiments, c'est juste superbement douloureux.. juste superbe!!

  On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu'avec un mot gentil tout seul. (Al Capone)
kiannzo
Impossible d'afficher l'image
"l'indifférence est la plus grave maladie de l'âme"..FENELON
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
56 poèmes Liste
104 commentaires
Membre depuis
2 avril 2008
Dernière connexion
8 décembre 2020
  Publié: 4 déc 2009 à 13:56 Citer vertical_align_bottom

Simplement merci Malice.. jusque là je n'avais jamais osé parler de ce père présent/absent... ce sont les mots de mon coeur qui disent aujourd'hui mon ressenti. Bien à toi ;

  Joëlle CREQUER
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1011
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0183] secondes.
 © 2000 - 2023 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.