Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 31
Invisible : 0
Total : 34
· Y.D · Luciole321 · ode3117
13374 membres inscrits

Montréal: 15 mai 09:38:37
Paris: 15 mai 15:38:37
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: divagation... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
mourad


nul n'a écrit, peint ou sculpté que pour sortir de l'enfer (artaud)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
656 commentaires
Membre depuis
1er mai 2008
Dernière connexion
2 avril 2015
  Publié: 19 févr 2009 à 17:14
Modifié:  19 févr 2009 à 17:20 par mourad
Citer     Aller en bas de page

Je ne peux que t’emporter là haut par mes pas qui écrasent mes pas ,de mon corps agenouillé ou debout….et te faire éclipser au sommet de la bonté qui joue du violon, tu n’apparaîtra plus jamais comme tu es…car tu es plus belle que tous les rêves…Et d’en haut marguerites et tulipes te dessinent sur un arc hydrique …idole de toute symétrie…cette symétrie odorante et envoûtante que tu es….Et moi d’en bas je tiens encore les rayons que mon œil a pu garder …de ce qu’elle a vu demain au paradis…derrière l’éclipse de ce qui se dérobe maintenant d’une For Élise coulant de tes cheveux d’émeraude….pour pleuvoir des odes, d’un ciel transparent, d’aucune couleur…et qui laisse entrevoir les secrets de la finitude des corps, mais point celle des rêves….
Je vois des voix qui se promènent à leur insu chacune portant une main, une table, une fleur, un oiseaux…mais bien que les voix sont nombreuses…et si bien qu’elles foisonnent plus que nous, elles sont des années lumières plus légères et ils ne se blessent jamais…Il y a une légende qui dit que les voix discutent entre elles à notre insu, et qu’il ne sont pas toujours d’accords, parfois même dans leur débat infinitésimales, ils peuvent dégager une froideur…une telle froideur….et c’est là qu’il neige….nos indifférences…..
Mais moi qui est conscient de tout cela, je ne peux m’arrêter de parler , je ne peux cesser mes doigts de taper sur mes petits carrés magiques tous ce petit monde qui geigne en riant ou en pleurant sans jamais dépasser le carré de sa condition, ou des ses idéaux….Arrête donc de philosopher sinon tu tomberas dans le piège que te tend la science des formes….tu as oublié ton éclipse suspendu là haut…n’as-tu pas peur qu’il tombe sur ta tête déjà ratatinée… ??
Je ne peux te ramener là bas goutte à goutte comme une pluie qui ne veut pas tomber…comme une pluie qui tombe d’en bas…. Et je divague dans la boue transparente à la lumière de toute logique, opaque à la lumière qui se cache derrière la lune de tous les lunatiques….bientôt toute la boue sera sèche…bientôt je suis encore léger vêtu que de ma chair, de mon sang, et de mes oripeaux…
que c’est bien ! de voir encore le soleil…que c’est bien de chasser de soi les nuages…il est plus que suffisant que leur ombre nous tombe sur la tête…

  un jour tu vies, un jour tu meurs, un jour tu ries, un jour tu pleurs, c'est ça la vie...c'est ça l'amour
mourad


nul n'a écrit, peint ou sculpté que pour sortir de l'enfer (artaud)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
656 commentaires
Membre depuis
1er mai 2008
Dernière connexion
2 avril 2015
  Publié: 3 mars 2009 à 14:47 Citer     Aller en bas de page

merci beaucoup pour ton passage si apprécié

  un jour tu vies, un jour tu meurs, un jour tu ries, un jour tu pleurs, c'est ça la vie...c'est ça l'amour
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 563
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0157] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.